Manières de concevoir un engin sous-marin


> Plan du futur FNRS 3 [bathyscaphe] ébauché par Dumas1

Menées dans une école d’architecture, c’est-à-dire parmi des praticiens parfois très pointilleux sur ce qui est ou qui n’est pas de l’architecture, mes recherches sur l’architecture sous-marine s’intéressent principalement à une architecture sans architectes. J’ai déjà abordé cette question à partir de la pratique de l’architecte J. Rougerie et aussi sous l’angle de la forme des habitats sous-marins et sous celui de la figure du concepteur d’habitats ou d’engins destinés à évoluer dans cet environnement. Je voudrais dans ce billet l’aborder plus directement sous l’angle de la conception, des principes d’une conception marine sinon subaquatique. Cela à partir du récit que fait le compagnon de Cousteau, Philippe Tailliez des aventures et des aléas du premier bathyscaphe conçu scientifiquement par le célèbre Auguste Piccard.

Cette analyse menée à partir d’un chapitre de l’ouvrage de Tailliez et, comme on le verra plus loin, d’un « dessin » de Frédéric Dumas, est une étape dans un travail que j’intitule, Cousteau, architecte ? qui pourrait donner lieu à un petit ouvrage examinant la figure singulière du non-architecte Jacques-Yves Cousteau, marin, explorateur, homme d’images et pionnier des premières expériences de maisons sous la mer qui ont eu une influence considérable sur la possibilité d’une architecture pour ce milieu extrême. Ce travail et cet ouvrage devant être articulés à une réflexion symétrique sur la production d’une architecture sous-marine singulière par l’architecte Jacques Rougerie.

Continuer la lecture

  1. Publié dans Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon, Éditions de l’Homme sans poids, 2017, p. 98. F. Machu indique que ce plan a été inséré dans un rapport par fait Cousteau en vue de la réalisation du FNRS 3. []

CONFINEMENT, vu par l’architecte J. Rougerie


> L’architecte J. Rougerie en plongée à l’extérieur d’une maison sous la mer

Suite à mon précédent billet sur le confinement et sur l’apport des toutes premières expériences de vie au sein de sommaires habitats sous-marins, je voudrais mentionner l’expérience récemment rapportée par l’architecte Jacques Rougerie qui, à la suite du Cousteau de Précontinent II, a constamment oeuvré pour développer des habitats plus ouverts sur ce milieu. En effet, J. Rougerie ne s’est pas contenté de concevoir la première maison sous-marine d’architecte, il a constamment expérimenté par lui même la vie dans ce type d’habitat. Continuer la lecture

CONFINEMENT, version sous-marine


> Robert Sténuit confiné à l’intérieur de son cylindre en 1962.

Le « confinement », c’est-à-dire le fait d’être retiré ou de s’enfermer dans des limites étroites selon la définition qu’en donne le Cntrl, est une expérience d’une extrême actualité. Une grande partie de la population française (et bien au-delà) est aujourd’hui confinée et on commence à voir ici et là des articles ou témoignages sur les pratiques de spécialistes de cette expérience, comme les spationautes. Des expériences qui nous ramènent aux précurseurs de tout cela que furent les océanautes qui nous intéressent.

Continuer la lecture

Du masque à la soucoupe plongeante


> Couverture du catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique

Tout plongeur connaît forcément la célèbre marque de matériel subaquatique La Spirotechnique, filiale de L’Air liquide, l’entreprise sur laquelle Jacques-Yves Cousteau s’appuya pour développer le premier détendeur qui contribua à populariser la plongée sous-marine, et qui sera créée afin de commercialiser ce dernier et toute une gamme d’équipement pour amateurs et professionnels. [La Spirotechnique est devenue Aqualung et a été cédée depuis.]

Continuer la lecture

Michel Ragon et l’architecture sous-marine


> Couverture de M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes,
tome 3 : Prospective et futurologie
, Casterman, 1978.

Disparu le 14 février dernier, Michel Ragon (1924-2020) a joué et, sans aucun doute, continuera de jouer, un rôle essentiel auprès des architectes atypiques rencontrés dans mes recherches sur l’habitat sous-marin. Critique et historien de l’art et de l’architecture, autodidacte revendiqué, Ragon a été un acteur incontournable dans le développement au cours des années 1960-1970, d’une recherche architecturale, à la fois utopique et prospective.

Continuer la lecture

Formes des habitats sous-marins


> Maison étoile de mer de Précontinent II photographiée par Frédéric Dumas

Chercheur au sein d’une équipe qui affiche son intérêt pour l’invention et l’évolution des formes architecturales, je souhaite revenir sur la question de la forme des habitats sous-marins. Et pour commencer, j’aimerais rapporter les propos de Juliette Tilquin, fille de Frédéric Dumas, un des célèbres Mousquemers, c’est-à-dire un des tout premiers compagnons de plongée de Cousteau…

Continuer la lecture

Figures du concepteur… sous-marin


> “Edwin A. Link with builder’s model of Johnson-Sea-Link, one of five models that he constructed before the actual working sub was completed” (M. Clayton Link, Windows in the Sea, 1974, p. 187)

Edwin Link est un des pionniers de l’habitat sous-marin et de la plongée à saturation. Aperçue dans la biographie (scientifique) que Marion Clayton Link a consacrée à son mari, cette photo m’incite à poursuivre le questionnement précédemment ouvert autour de la possibilité d’une architecture sous-marine, autrement dit d’une pratique valorisable dans le « champ » (au sens de Bourdieu) ou dans le « monde » (au sens de Becker) de l’architecture, je voudrais m’arrêter quelques photos/figures du concepteur d’habitats sous-marins.

Continuer la lecture

Caisson ou maison sous la mer ?


> Marion C. Link, Windows in the sea, Washington, Smithsonian Institution Press, 1973, p. 34.

J’ai précédemment abordé la question du « premier » océanaute, comme première personne ayant habité sous la mer. Rappelons qu’il s’agissait alors non seulement de départager les deux pionniers de l’habitat sous-marin que sont Edwin Link avec son programme Man-in-Sea et Jacques-Yves Cousteau avec Précontinent, mais de faire entrer dans cette course un troisième pionnier, Hannes Keller qui durant l’été 62 mène une première expérience de plongée profonde au moyen d’un « caisson cylindrique baptisé : “Diogène” [un] engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers » (F. Clouzot, « Les trois Diogènes » dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962).

Continuer la lecture

« L’architecture sous pression » [publication]

Christophe Camus, « L’architecture sous pression », Les Cahiers de la recherche architecturale urbaine et paysagère [En ligne], 6 | 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 26 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/craup/2621

Dans cet article, nous analysons un type spécifique et extrême d’espace hyper-conditionné au sein d’un milieu hyper-contraint : les maisons sous la mer conçues et développées au cours des années 1960-1980. Une première partie présente plusieurs programmes d’habitat de cette période, des expérimentations technoscientifiques pionnières de Jacques-Yves Cousteau (1962-1965), aux recherches architecturales de Jacques Rougerie (1977-1982). La deuxième partie montre comment ces habitats subaquatiques soumis à de fortes pressions s’affranchissent progressivement des questions techniques pour développer des solutions plus architecturales. Enfin, la dernière partie, examine les développements d’une véritable architecture subaquatique qui ouvre ces espaces hyper-conditionnés sur le milieu sous-marin pour l’habiter pleinement.

Archigram in a « Yellow Submarine »

null> « We all live in a yellow submarine », (manuscrit de W. Chalk ?) The AAP, consulté le 9-12-2019

Archigram, le célèbre collectif d’architectes anglais, est incontournable dès lors qu’on s’intéresse à l’architecture futuriste et, plus particulièrement, ses incursions sous-marines. Il faut ainsi retourner visiter le site web The Archigram Archival Project (AAP) pour mesurer l’intérêt que ces concepteurs ont pu porter au milieu subaquatique, à la plongée sous-marine et, bien sûr, à toute une panoplie d’équipements et d’engins permettant l’exploration de ce nouveau monde pour nous embarquer tous dans leur sous-marin jaune.

Continuer la lecture

Sous la mer comme au ciel ?


> Illustration article J. Chouteau « Aspects physiologiques de la plongée » (1970)

Après avoir organisé une journée d’étude du réseau ARCHES (réseau disruptif sur les architectures extrêmes) au siège du Centre national d’études spatiales à Paris le 22 novembre dernier, nous avons pu constater que les programmes spatiaux à destination de la Lune ou de Mars mobilisaient toujours quelques jeunes architectes. Il n’en va pas de même pour les projets d’habitats sous-marins, même si ces derniers ont par le passé entretenu des liens très fort avec la conquête de l’espace intersidéral.

Revenons brièvement et de façon non exhaustive sur ces liens.

Continuer la lecture

La possibilité d’une architecture sous-marine (Rougerie)


> Détail (titre et signature) du plan de la Maison sous la mer mer (Précontinent II) © Jean-Charles Roux

Travaillant sur les projets de maisons sous la mer, je suis régulièrement amené à devoir répondre à la question implicite ou explicite : mais s’agit-il vraiment d’architecture ?

Une question que j’ai d’ailleurs intégrée à ma problématisation, en considérant que cette recherche couvrait à la fois des réalisations d’habitats subaquatiques militaro-industriels ou technoscientifiques généralement mis au point par des ingénieurs et des projets d’architectes, souvent restés sur le papier, à l’exception remarquable des réalisations conçues par l’architecte français Jacques Rougerie.

Continuer la lecture

La question du premier « océanaute »


> Dessin de Diogène – Précontinent I, dans B. Kolar et O. Unger, L’aventure merveilleuse des explorations sous-marines, Paris, Grund, 1977, p. 118-119.

Comme beaucoup de recherches, l’étude sociohistorique des programmes et projets d’habitats sous-marins n’est pas sans poser des questions de périodisation : par quelle date commencer et quand arrêter ? Ainsi, j’ai souvent indiqué en sous-titre de ma recherche que je travaillais sur les maisons sous-marines des années 1960 aux années 1980, puis j’ai finalement décidé de déplacer l’enquête en la faisant se poursuivre jusqu’à aujourd’hui.
On notera que ces deux bornes ne posent pas les mêmes questions et je vais me contenter pour ce billet, de traiter la question du « premier ».

Continuer la lecture

Un centre de plongée au temps des Beaux-Arts

Lors d’une exposition du fond ancien de la bibliothèque de mon école d’architecture, j’ai eu l’occasion de feuilleter un recueil rassemblant Les concours d’architecture de l’année scolaire 1956-1957 (Paris, Vincent, Fréal & Cie) de la prestigieuse École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, avec l’agréable surprise d’y dénicher le programme d’un concours (d’étudiants) pour « Une école nationale de navigation à voile et d’exploration sous-marine » !

Le programme de l’exercice commence par rappeler que « La technique moderne a beaucoup contribuer à améliorer la pratique de certains sports tels que la navigation à voile, la natation, la plongée et l’exploration sous-marine qui connaissent auprès des nouvelles générations une vogue grandissante » (p. 13), suivent alors les exemples des Glénans (Bretagne) et de Saint-Florent (Corse).

Continuer la lecture

Archigram et l’architecture sous-marine, 1964-1966

Pour les architectes, construire sous l’eau ou dans d’autres espaces lointains ou extrêmes, relève de registres utopiques, prospectifs ou purement imaginaires. Néanmoins certains architectes sont allés jusqu’à s’inspirer d’expériences concrètes comme celles de Cousteau qui ont fait l’objet d’une très large médiatisation internationale.

 

On peut s’arrêter sur l’exemple du collectif Archigram, un groupe d’architectes anglais mêlant habilement réflexion technologique et pop culture, qui s’est librement inspiré du « Jacques Cousteau’s underwater village » et d’autres engins subaquatiques dans ses recherches conceptuelles sur la ville, dans « Metropolis issue », Archigram Magazine, n° 5, 1964, p. 18 :

essai

> Voir aussi le numéro complet sur le site The Archigram Archival Project, University of Westminster : http://archigram.westminster.ac.uk/project.php?revID=3085

Continuer la lecture