L’invention d’une vie sous-marine

> À propos du livre de Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon,
Éditions de l’Homme sans Poids, 2017.

> Photo du Frédéric Dumas dans le célèbre nez sous-marin de la Calypso1

Passionné par l’univers sous-marin dévoilé par Un cinéaste nommé Cousteau, auquel il a consacré une biographie filmique, Franck Machu n’a pas pu résister à l’appel d’une autre figure essentielle de cette aventure Frédéric Dumas, un autre fils de la Méditerranée. J’aurais aimé en écrire une recension, mais j’ai mis du temps avant de lire ce gros livre qui ouvre de multiples pistes de réflexion que je vais suivre au risque de ne pas résumer la vie déjà fort riche et passionnante d’un pionnier de l’exploration des fonds sous-marins.

Continuer la lecture

  1. F. Machu, Op. cit., p. 203. []

Thérapie des profondeurs

> Extrait de l’article « Un océan de ressources » par Sylvain Courage,
L’Obs n° 2918 du 1er au 7 octobre 2020, p. 66-67.

Suite directe de mes précédents billets abordant la question du confinement (version sous-marine ou vu par un architecte de la mer) et à la difficile protection contre l’épidémie de Covid-19 au moyen de masques, je voudrais aborder brièvement la question des traitements ou de la rééducation post-traumatique par la plongée…

Continuer la lecture

Parution : « Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin »

L’encre du livre est à peine sèche…
Yvanne Bouvet et Kimberley Page-Jones (dir.), Discours sur la mer. Résistances des pratiques et des représentations, Presses universitaire de Rennes, 2020.

…et il faut attendre la page 211, pour y trouver mon chapitre qui reste tout mouillé :
« Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin. Les maisons sous la mer des années 1960-1980. »

Continuer la lecture

La « voie » des masques


> E. Morin en 2016 en illustration d’un interview pour La Tribune

En guise de post-scriptum à mon précédent billet [spécial Covid-19], La bataille des masques et des respirateurs, je voudrais citer un court passage du dernier ouvrage d’Edgar Morin.

Dans ce petit livre de réflexions pour trouver une voie post-covid1, le sociologue devenu philosophe, revient sur sa traversée du siècle (« Cent ans de vicissitudes ») avant de tirer « Les 15 leçons du coronavirus ».

Sa huitième leçon questionne la diversité des situations et l’inégale inventivité des pays dans la gestion de cette crise. Si les exemples y sont très rapidement décrits, c’est l’occasion pour Morin de mentionner brièvement (et sans référence), les masques et respirateurs qui nous intéressent :

« L’inventivité des industriels et des scientifiques a aussi pu mettre en place des masques détecteurs de Covid, et fabriqué en pleine crise de la pandémie des respirateurs pour sauver les malades.2 »

S’il est très excessif d’en déduire une véritable « voie des masques » (qui n’appartient qu’à Lévi-Strauss 😉 ) cet exemple doit nous inciter à questionner les voies qui favorisent, ou pas, l’inventivité industrielle française en temps de crise.

Citer ce billet : “La « voie » des masques”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 20/07/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1340.
  1. Edgar Morin, Changeons de voie. Les leçons du coronavirus, Paris, Denoël, 2020. ↩︎
  2. Ibid. p. 43. ↩︎

Cousteau et l’architecte Édouard Albert

[Série Cousteau, architecte ?]


> Vue d’exposition MONACOPOLIS à la Villa Paloma Edouard Albert (1910-1968) Tour arborescente du quartier marin à l’anse du Portier et Ile artificielle flottante, Monaco Projet non réalisé, 1963-1966 © NMNM/photographie Magliani.

 

Dans le cadre de mon projet de recherche/publication Cousteau, architecte ? analysant les rapports du commandant aux architectes ainsi qu’à l’architecture ou la conception, je souhaite brièvement revenir sur sa relation à l’architecte Édouard Albert (1910-1968).

Continuer la lecture

L’image d’un espace sous-marin, heureux


> Vue intérieure de Précontinent II en 1963, avec Simone Cousteau à la fenêtre

J’ai souvent tenté de montrer l’ambiance des habitats sous-marins au moyen de photos, démontrant avant tout que de telles expériences ont bien eu lieu, mais aussi que les espaces intérieurs de ces cylindres ou capsules étroites permettaient d’y vivre presque confortablement à grand renfort de descriptions enthousiastes ou d’adhésion volontariste à l’idée de coloniser pacifiquement et d’habiter le fond des océans. S’il ne fallait retenir qu’une seule image de cet habiter heureux, ce serait celle-là1.

Continuer la lecture

  1. Une image plusieurs fois publiée et donc entrevue, mais retrouvée tout récemment dans un article du Gardian qui évoque l’amour de la vie sous-marine. []

La bataille des masques et des respirateurs

[Spécial Covid-19]

> Jean-Albert Foex, La Chasse sous-marine en 10 leçons, et tout sur la plongée de A à Z, Paris, Hachette, 1972, p. 27.

Le Covid-19 a provoqué chez les malades les plus touchés une affection grave nécessitant des soins intensifs et, le plus souvent, le recours à équipement d’assistance respiratoire. Les respirateurs nécessaires à secourir un grand nombre de patients ont donc constitué un enjeu de la crise sanitaire auquel ont répondu différemment des industriels impliqués dans l’exploration et les sports sous-marins : de l’Air Liquide, maison mère de la célèbre Spirotechnique du commandant Cousteau à… Décathlon. Une occasion de revenir sur la petite histoire de ces équipements et aussi d’évoquer brièvement l’abandon français d’une industrie pionnière.

Continuer la lecture

Manières de concevoir un engin sous-marin


> Plan du futur FNRS 3 [bathyscaphe] ébauché par Dumas1

Menées dans une école d’architecture, c’est-à-dire parmi des praticiens parfois très pointilleux sur ce qui est ou qui n’est pas de l’architecture, mes recherches sur l’architecture sous-marine s’intéressent principalement à une architecture sans architectes. J’ai déjà abordé cette question à partir de la pratique de l’architecte J. Rougerie et aussi sous l’angle de la forme des habitats sous-marins et sous celui de la figure du concepteur d’habitats ou d’engins destinés à évoluer dans cet environnement. Je voudrais dans ce billet l’aborder plus directement sous l’angle de la conception, des principes d’une conception marine sinon subaquatique. Cela à partir du récit que fait le compagnon de Cousteau, Philippe Tailliez des aventures et des aléas du premier bathyscaphe conçu scientifiquement par le célèbre Auguste Piccard.

Cette analyse menée à partir d’un chapitre de l’ouvrage de Tailliez et, comme on le verra plus loin, d’un « dessin » de Frédéric Dumas, est une étape dans un travail que j’intitule, Cousteau, architecte ? qui pourrait donner lieu à un petit ouvrage examinant la figure singulière du non-architecte Jacques-Yves Cousteau, marin, explorateur, homme d’images et pionnier des premières expériences de maisons sous la mer qui ont eu une influence considérable sur la possibilité d’une architecture pour ce milieu extrême. Ce travail et cet ouvrage devant être articulés à une réflexion symétrique sur la production d’une architecture sous-marine singulière par l’architecte Jacques Rougerie.

Continuer la lecture

  1. Publié dans Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon, Éditions de l’Homme sans poids, 2017, p. 98. F. Machu indique que ce plan a été inséré dans un rapport par fait Cousteau en vue de la réalisation du FNRS 3. []

CONFINEMENT, vu par l’architecte J. Rougerie

[Spécial Covid-19]

> L’architecte J. Rougerie en plongée à l’extérieur d’une maison sous la mer

Suite à mon précédent billet sur le confinement et sur l’apport des toutes premières expériences de vie au sein de sommaires habitats sous-marins, je voudrais mentionner l’expérience récemment rapportée par l’architecte Jacques Rougerie qui, à la suite du Cousteau de Précontinent II, a constamment oeuvré pour développer des habitats plus ouverts sur ce milieu. En effet, J. Rougerie ne s’est pas contenté de concevoir la première maison sous-marine d’architecte, il a constamment expérimenté par lui même la vie dans ce type d’habitat. Continuer la lecture

CONFINEMENT, version sous-marine

[Spécial Covid-19]

> Robert Sténuit confiné à l’intérieur de son cylindre en 1962.

Le « confinement », c’est-à-dire le fait d’être retiré ou de s’enfermer dans des limites étroites selon la définition qu’en donne le Cntrl, est une expérience d’une extrême actualité. Une grande partie de la population française (et bien au-delà) est aujourd’hui confinée et on commence à voir ici et là des articles ou témoignages sur les pratiques de spécialistes de cette expérience, comme les spationautes. Des expériences qui nous ramènent aux précurseurs de tout cela que furent les océanautes qui nous intéressent.

Continuer la lecture

Du masque à la soucoupe plongeante


> Couverture du catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique

Tout plongeur connaît forcément la célèbre marque de matériel subaquatique La Spirotechnique, filiale de L’Air liquide, l’entreprise sur laquelle Jacques-Yves Cousteau s’appuya pour développer le premier détendeur qui contribua à populariser la plongée sous-marine, et qui sera créée afin de commercialiser ce dernier et toute une gamme d’équipement pour amateurs et professionnels. [La Spirotechnique est devenue Aqualung et a été cédée depuis.]

Continuer la lecture

Michel Ragon et l’architecture sous-marine


> Couverture de M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes,
tome 3 : Prospective et futurologie
, Casterman, 1978.

Disparu le 14 février dernier, Michel Ragon (1924-2020) a joué et, sans aucun doute, continuera de jouer, un rôle essentiel auprès des architectes atypiques rencontrés dans mes recherches sur l’habitat sous-marin. Critique et historien de l’art et de l’architecture, autodidacte revendiqué, Ragon a été un acteur incontournable dans le développement au cours des années 1960-1970, d’une recherche architecturale, à la fois utopique et prospective.

Continuer la lecture

Formes des habitats sous-marins


> Maison étoile de mer de Précontinent II photographiée par Frédéric Dumas

Chercheur au sein d’une équipe qui affiche son intérêt pour l’invention et l’évolution des formes architecturales, je souhaite revenir sur la question de la forme des habitats sous-marins. Et pour commencer, j’aimerais rapporter les propos de Juliette Tilquin, fille de Frédéric Dumas, un des célèbres Mousquemers, c’est-à-dire un des tout premiers compagnons de plongée de Cousteau…

Continuer la lecture

Figures du concepteur… sous-marin


> “Edwin A. Link with builder’s model of Johnson-Sea-Link, one of five models that he constructed before the actual working sub was completed” (M. Clayton Link, Windows in the Sea, 1974, p. 187)

Edwin Link est un des pionniers de l’habitat sous-marin et de la plongée à saturation. Aperçue dans la biographie (scientifique) que Marion Clayton Link a consacrée à son mari, cette photo m’incite à poursuivre le questionnement précédemment ouvert autour de la possibilité d’une architecture sous-marine, autrement dit d’une pratique valorisable dans le « champ » (au sens de Bourdieu) ou dans le « monde » (au sens de Becker) de l’architecture, je voudrais m’arrêter quelques photos/figures du concepteur d’habitats sous-marins.

Continuer la lecture

Caisson ou maison sous la mer ?


> Marion C. Link, Windows in the sea, Washington, Smithsonian Institution Press, 1973, p. 34.

J’ai précédemment abordé la question du « premier » océanaute, comme première personne ayant habité sous la mer. Rappelons qu’il s’agissait alors non seulement de départager les deux pionniers de l’habitat sous-marin que sont Edwin Link avec son programme Man-in-Sea et Jacques-Yves Cousteau avec Précontinent, mais de faire entrer dans cette course un troisième pionnier, Hannes Keller qui durant l’été 62 mène une première expérience de plongée profonde au moyen d’un « caisson cylindrique baptisé : “Diogène” [un] engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers » (F. Clouzot, « Les trois Diogènes » dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962).

Continuer la lecture