La question du premier « océanaute »


> Dessin de Diogène – Précontinent I, dans B. Kolar et O. Unger, L’aventure merveilleuse des explorations sous-marines, Paris, Grund, 1977, p. 118-119.

Comme beaucoup de recherches, l’étude sociohistorique des programmes et projets d’habitats sous-marins n’est pas sans poser des questions de périodisation : par quelle date commencer et quand arrêter ? Ainsi, j’ai souvent indiqué en sous-titre de ma recherche que je travaillais sur les maisons sous-marines des années 1960 aux années 1980, puis j’ai finalement décidé de déplacer l’enquête en la faisant se poursuivre jusqu’à aujourd’hui.
On notera que ces deux bornes ne posent pas les mêmes questions et je vais me contenter pour ce billet, de traiter la question du « premier ».
Pour affiner ma chronologie, je me suis appuyé sur la Bible de l’habitat sous-marin, le livre de James W. Miller et Ian G. Koblick, Living and working in the sea (Van Nostrand Reinhold, 1984, tableau p. 383-sq.), ouvrage qui recense la plupart des opérations qui se sont déroulées avant 1984, résumées à travers un tableau recensant les expériences menées entre 1962 et sa date de parution :


> Tableau p. 390, dans J. W. Miller & I. G. Koblick, Op. cit.

La chronologie de Miller et Koblick en recoupe d’autres, notamment celle des pionniers de cette aventure, Edwin Link ou Jacques-Yves Cousteau, qui ont fait la course au premier homme (premier habitant) sous la mer et qui se sont plus ou moins disputé la première place. En effet, c’est au plongeur belge Robert Sténuit qu’il revient d’avoir fait le premier long séjour dans une capsule habitable conçue et immergée par l’industriel (et chasseur de trésors) américain Edwin Link durant l’été 1962. Mais cette expérience a été immédiatement suivie par celle de Cousteau qui immerge une plus vaste capsule dans laquelle vivront deux « océanautes » durant une semaine.

Si Link a souhaité collaborer avec Cousteau et si Sténuit ne manque pas de rendre hommage aux projets du commandant dans l’ouvrage où il fait le récit de ses Jours les plus profonds (Paris, Plon, 1965), le cinéaste et futur captain planet met tous ses écrits, photos et films au service d’un puissant récit qui évince ses prédécesseurs et concurrents. Cousteau restera donc le premier à montrer à un très large public qu’il est possible de vivre sous la mer.

 

Et de trois… Diogènes !

Pour départager ces deux pionniers, il est intéressant de revenir à un article de l’époque qui présente « Les trois Diogènes » (article de François Clouzot dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962 – article téléchargeable sur le site du Musée Frédéric-Dumas) :

« Trois expérience intéressantes [qui] ont eu lieu au cours de l’été 1962, qui avaient toutes le même but : à savoir la mise au point d’un procédé permettant aux plongeurs de rester au fond de l’eau un temps suffisant pour y effectuer un travail de quelque importance, sans avoir à se préoccuper des paliers de décompression. » (F. Clouzot, Op. cit.)

Sous-titré « Vers un séjour prolongé au fond des mers », l’article du bulletin officiel de la Fédération française d’études et de sports sous-marins, commence par une « première expérience » menée par… Hannes Keller.


> Photo du caisson de Keller, dans F. Clouzot, Op. cit.

Déjà présenté dans la publication, Keller est un ingénieur suisse occupé à mettre au point des mélanges gazeux qui lui ont permis de plonger à 100 mètres dans un lac, avant de faire appel aux Français du GERS afin de poursuivre sa quête des profondeurs.

L’article rappelle ainsi ses différents exploits menés pour la plupart en caisson hyperbare, jusqu’à l’expérience effectuée en mer qui constitue toute l’actualité de cet article :

« En juillet 1962, Keller effectue une nouvelle tentative en compagnie de l’instructeur fédéral, François Claire. Cette fois, la plongée est réelle et s’effectue en mer au large de Bandol, à bord du “Tringa”, appartenant à la marine des États-Unis. Les deux plongeurs descendent dans un caisson cylindrique baptisé : “Diogène”. Cet engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers ; il est pendu au bout d’un câble, descendu dans la mer à la profondeur voulue, les deux plongeurs contrôlent eux-mêmes la montée en pression à l’intérieur du caisson. Lorsqu’ils ont équilibré la pression de l’eau, ils peuvent ouvrir un sas et effectuer une sortie en scaphandre autonome à la profondeur où ils se trouvent. Ils reviennent ensuite prendre place dans leur appareil qui, de nouveau hermétiquement clos, est remonté immédiatement à bord, ce qui permet aux expérimentateurs d’effectuer leurs paliers de décompression dans des conditions de grande sécurité et sous le contrôle du docteur Bullmann. Cette dernière expérience fut gênée par une forte houle et, pour cette raison, Keller dut limiter la profondeur à 150 mètres, mais il restait néanmoins une demi-heure à cette profondeur, la durée de la remontée étant cette fois de 1h. 13. » (Ibid.)

Cette première partie consacrée à l’expérience de Keller se poursuit en évoquant les suites envisagées avec la participation de la Marine américaine en relevant au passage l’appui de Cousteau et de la Marine nationale (française).

Quant à la « deuxième expérience », elle est attribuée à :

« M. Link [qui] voulait s’attaquer au même problème, mais par des voies différentes. Il avait l’intention de construire un caisson permettant à un plongeur de vivre plusieurs jours au fond des mers. Mais, par suite de circonstances imprévues, il dut se contenter d’une tourelle de dimension réduite, peu compatible avec un séjour prolongé. » (Ibid.)

C’est dans ce caisson que se déroule la seconde expérience décrite de la manière suivante :

« Robert Sténuit descendit sa maison à 60 mètres de profondeur et y vécut pendant 25 heures entrecoupées de quelques sorties en mer. » (Ibid.)


> Photo de R. Sténuit dans sa “maison”, dans F. Clouzot, Op. cit.

Enfin, la « troisième expérience » revient au commandant Cousteau qui, trois jours après Link, immerge « derrière les îles du Frioul, sa “Maison sous-marine” également baptisée “Diogène” » :

« Cette “maison”, beaucoup plus grande que les précédentes, permit aux deux plongeurs : MM. [A.] Falco et C. Wesly, de vivre confortablement pendant 8 jours à l’intérieur, en effectuant chaque jour des sorties de 4 à 5 heures, en scaphandre autonome, pour effectuer au fond un certain travail. Ces sorties pouvaient se faire jusqu’à 25 mètres de profondeur. Elles comportaient différents travaux et des tests psychologiques. » (Ibid.)

Qu’en est-il de notre question du premier habitant d’une maison sous la mer ? Si cet article de 1962 rapproche les trois expériences réalisées durant l’été 1962 au nom de leur objectif commun, il prend néanmoins soin de les distinguer.

L’expérience de Keller réunit deux plongeurs dans un « caisson cylindrique », nommé Diogène, mais (1) qui n’est jamais qualifié de « maison », (2) qui est descendu en pleine eau sans être situé précisément, et cela (3) durant seulement une demi-heure. Ce qui n’empêche pas de reconnaître l’exploit de cette descente et intervention à 150 mètres.
L’expérience de Link immerge un plongeur dans (1) un cylindre qualifié par son concepteur et son occupant de « maison », (2) en rade de Villefranche, (3) durant un jour complet.
Quant à l’expérience de Cousteau, elle accueille deux plongeurs dans (1) un plus vaste cylindre amplement qualifié et montré comme une maison, (2) pleinement installée à 10 mètres de profondeur, et (3) durant 8 jours d’activités diverses.

Ce petit résumé des trois situations permet de comprendre ce qui s’y joue. Le premier Diogène part à la conquête des profondeurs, tandis que les deux autres entendent installer des habitats sur le plateau continental qu’ils envisagent comme terrain susceptible de supporter une nouvelle colonisation pacifique dont Cousteau se fera le chantre.
Hans Keller n’est sans doute pas le premier océanaute, mais son expérience s’inscrit indubitablement dans le processus technique et industriel qui sortira vainqueur de cette conquête… mais c’est une autre histoire, celle de la seconde borne de notre chronologie.

Il faudra y consacrer un autre billet…

Citer ce billet : “La question du premier « océanaute »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 12/11/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/215.

Un centre de plongée au temps des Beaux-Arts

Lors d’une exposition du fond ancien de la bibliothèque de mon école d’architecture, j’ai eu l’occasion de feuilleter un recueil rassemblant Les concours d’architecture de l’année scolaire 1956-1957 (Paris, Vincent, Fréal & Cie) de la prestigieuse École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, avec l’agréable surprise d’y dénicher le programme d’un concours (d’étudiants) pour « Une école nationale de navigation à voile et d’exploration sous-marine » !

Le programme de l’exercice commence par rappeler que « La technique moderne a beaucoup contribuer à améliorer la pratique de certains sports tels que la navigation à voile, la natation, la plongée et l’exploration sous-marine qui connaissent auprès des nouvelles générations une vogue grandissante » (p. 13), suivent alors les exemples des Glénans (Bretagne) et de Saint-Florent (Corse).

Destiné à accueillir 200 élèves, garçons et « jeunes filles », mais en dortoirs séparés, le centre doit comprendre ces hébergements, des locaux de travail théorique, une « petite cinémathèque », une bibliothèque, deux classes, des terrains de sport, une piscine d’eau de mer avec ses vestiaires et, surtout, un port avec quai, grands hangars pour les petites embarcations mais aussi le « délicat matériel de plongée rangé sur des étagères spécialement étudiées pour en faciliter le parfait entretien » (ibid.). Et sans aucunement se limiter à la pratique sportive, le centre entend sensibiliser les générations futures au milieu marin :

« Dans le voisinage du port et en partie aménagés dans les parois rocheuses, seraient convenablement présentés, pour l’éducation des jeunes gens, quelques aquariums et des collections bien cataloguées de spécimens les plus intéressants de la faune et de la flore sous-marine, ainsi que quelques salles de documents, dessins, gravures, photographies et maquettes se rapportant à l’évolution de la navigation à la voile à travers les âges jusqu’à nos jours. » (ibid.)

Dans ce généreux programme de 1957, la plongée n’est pas seulement une activité sportive, mais est pensée comme une ouverture au milieu sous-marin qu’elle permet d’explorer. Outre le programme de ce concours d’école, l’annuel donne à voir les planches (« sur une feuille grand-aigle », 75 × 106 cm.) des lauréats.

Ainsi, le premier prix étant attribué à M. Dubroux (en haut de la planche ci-dessous), élève de MM. Gromort et Arretche :

Arrêtons-nous également sur le 3e prix attribué à M. (Edmond) Lay (en bas de la planche ci-dessous) issu du même atelier :

Ainsi que sur le 4e prix attribué à M. (Pierre) Parat* (en haut de la planche ci-dessous), élève de M. Beaudouin :

* Sans doute le plus connu de ces anciens « élèves », fondateur de l’Agence Andrault et Parat (ANPAR), et qui vient tout juste de disparaître.

Citer ce billet : “Un centre de plongée au temps des Beaux-Arts”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 04/11/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/164.

Archigram et l’architecture sous-marine, 1964-1966

Pour les architectes, construire sous l’eau ou dans d’autres espaces lointains ou extrêmes, relève de registres utopiques, prospectifs ou purement imaginaires. Néanmoins certains architectes sont allés jusqu’à s’inspirer d’expériences concrètes comme celles de Cousteau qui ont fait l’objet d’une très large médiatisation internationale.

 

On peut s’arrêter sur l’exemple du collectif Archigram, un groupe d’architectes anglais mêlant habilement réflexion technologique et pop culture, qui s’est librement inspiré du « Jacques Cousteau’s underwater village » et d’autres engins subaquatiques dans ses recherches conceptuelles sur la ville, dans « Metropolis issue », Archigram Magazine, n° 5, 1964, p. 18 :

essai

> Voir aussi le numéro complet sur le site The Archigram Archival Project, University of Westminster : http://archigram.westminster.ac.uk/project.php?revID=3085

Dans le même esprit, il est intéressant de citer les propos de l’architecte anglais Warren Chalk (1927-1988), membre du collectif Archigram, qui s’est intéressé aux expériences sous-marines menées par Link, Bond ou Cousteau qu’il lie aux réflexions techno-architecturales de Richard Buckminster Fuller sur la capsule spatiale comme un nouvel environnement artificiel produit par l’homme :

« These activities will give rise, eventually, to on-surface and undersea marine settlements as unexceptional communities. The notion of manned undersea communities arises directly from research carried out by Professor John Scott Haldane in 1906, and the continuing experiments by such men as Auguste Piccard, Sir Robert H. Davis, Edwin A. Link (the inventor of the Link Trainer for simulated flight conditions), George F. Bond and Commander Jacquess-Yves Cousteau.
These men and others have been responsible for the development of numerous underwater inventions and hardware including the aqualung, the SPID (submerged portable inflatable dwelling), various deep-submergence rsearch craft, underwater houses and laboratories. »,
Warren Chalk, « Hardware of a new world », Forum, 1966.

> Lire sur le site The Archigram Archival Project, University of Westminster : http://archigram.westminster.ac.uk/essay.php?id=291

 

Enfin, il restera la petite photo de plongeur sous-marin incluse dans un autre projet conceptuel et technologique mais terrestre, des architectes anglais, un « complexe récréatif proposé pour Monte-Carlo [qui consiste en] une coque recouverte d’une “pelouse” (la plage) » :

> Dominique Rouillard, Superarchitecture. Le futur de l’architecture 1950-1970, Paris, Éditions de la Villette, 2004, Fig. 245, p. 394.

Citer ce billet : “Archigram et l’architecture sous-marine, 1964-1966”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 27/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/136.

 

 

Au plus profond… d’une recherche

> Robert Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965. 

J’ai présenté récemment cet ouvrage, en expliquant qu’il avait joué un rôle important au tout début de ma recherche sur les programmes et projets d’habitats sous-marins.

Bien sûr, le livre n’est pas à l’origine de la recherche, mais sa lecture m’a convaincu que je pouvais me lancer dans un tel travail. En effet, si j’avais envie depuis longtemps d’étudier les maisons sous-marines, j’avais surtout en tête les images du Précontinent II de J.-Y. Cousteau que je mettais en relation avec le projet Galathée de l’architecte J. Rougerie.

Ces deux habitats bornaient ma recherche d’un point de vue historique (1963 à 1977), ainsi que de l’expérimentation techno-industrielle à la réalisation architecturale. Mais je craignais alors de ne pas pouvoir aller beaucoup plus loin et de devoir limiter mon propos à l’analyse de ces deux opérations exceptionnelles.

C’est donc avec les images du village sous-marin et de la maison d’architecte, que je me suis lancé dans une lecture fine du texte de Sténuit.

Premier constat rassurant, ce récit personnel des expériences vécues par le premier océanaute de cette quête de nouveaux espaces racontait la même histoire que celle du très médiatique captain planet. Mais surtout, ce petit livre de souvenirs livrés sur le mode du journal de bord, cet ouvrage fort peu illustré (un cahier de photos n&b est donné en annexe*), livrait de belles images (écrites, littéraires) de l’expérience d’un habiter sous-marin.

Débutant mon enquête par le texte le moins spectaculaire, faute d’image et de la compétence médiatique d’un Cousteau, j’ai été convaincu qu’il y avait une piste à suivre autour de l’opposition entre un discours de conquête et un discours de l’habiter et que ce dernier allait me conduire aux questionnements spatiaux et architecturaux que je poursuis aujourd’hui.

* La photo de couverture du livre de Sténuit montre la seconde expérience Man-in-sea conçue par Edwin Link en 1965, avec Sténuit et Jon Lindbergh (fils de l’aviateur Charles Lindbergh !) comme plongeurs-océanautes.

Citer ce billet : “Au plus profond… d’une recherche”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 20/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/106.

De la chasse à la conquête du monde sous-marin

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Forcément décriée aujourd’hui, sur terre comme sous la mer, la chasse sous-marine moderne* qui s’est développée sur la Côte d’Azur française autour de la Seconde Guerre mondiale, est souvent présentée par ses pionniers comme la première étape d’un mouvement de découverte de ce milieu, conduisant à son exploration voire sa conquête, mais aussi à sa protection (ce que ne dis pas encore la citation ci-dessous, mais d’autres Cousteau, Gorsky et d’autres s’en chargeront) :

« Les « fadas » ont inventé plus qu’un sport, c’est de leurs bricolages, de leur passion surtout que tout est parti. Ils sont descendus d’abord pour tuer des poissons, ils ont voulu ensuite rapporter des images et la photo sous-marine est née, ils ont voulu aller voir plus bas et le scaphandre autonome a été mis au point, puis la soucoupe plongeante (qui permet l’exploration du plateau continental, c’est-à-dire la bordure des continents de 0 à 300 m). Suisses, Américains, Italiens et Belges ont suivi et le bathyscaphe s’est posé dans la fosse des Mariannes, par 11.000 mètres de fond, au plus profond des océans ; aujourd’hui, enfin, les techniques de vie en saturation permettent à l’homme non plus de plonger mais de « vivre » sous la mer. » p. 49.

De la chasse à la photo, au scaphandre autonome, à la soucoupe plongeante, au bathyscaphe et aux… maisons sous la mer ! Portrait de Cousteau ou histoire d’une quête oubliée ?

* Sténuit rappelle en préambule que « les Polynésiens chassent sous la mer depuis que le monde est monde », ibid.

Plongée à saturation & courbe de sécurité

Lorsque le commandant Cousteau, George F. Bond (médecin de l’US Navy qui lance les premières expérimentations de plongée à saturation en caisson hyperbare), Edwin Link ou Robert Sténuit cherchent à justifier la nécessité de développer des habitats sous-marins, ils sont obligés d’en revenir aux paliers de décompression que doivent faire les plongeurs qui restent un certain temps à une certaine profondeur…

Je suis parfois obligé d’expliquer cela en utilisant des schémas contemporains pour faire rapidement comprendre ces principes. Pour remonter aux sources, je m’appuie ici sur la table/courbe de sécurité qui illustre le petit manuel de plongée sous-marine écrit par le premier océanaute de l’histoire, Robert Sténuit.

Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Ce que ne montre pas cette table, mais qui se trouve indiqué dans la Table de décompression de la page précédente indiquant les paliers, on considère à l’époque qu’on peut séjourner pendant une « durée illimitée » de 0 à 10 mètres de profondeur.  Et ce sera précisément la profondeur à laquelle se dérouleront les deux premières expériences Précontinent (1962 et 1963) menées par Cousteau, tandis que Link émergera sa première capsule sous-marine abritant Sténuit, à moins 60 mètres (1962).

 

Plongeurs plutôt qu’astronautes ?

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Il est intéressant de s’arrêter sur le petit manuel de plongée sous-marine publié par Robert Sténuit en 1967 (1ère édition en 1963), soit quelques années après ses deux premières expériences de vie dans deux maisons sous la mer (Man-in-sea I en 1962, II en 1965).

Commençons par souligner que ce livre reflète un basculement qui s’est produit au cours des années 1960. Titrée « Vacances chez Neptune », comme la première édition de 1963 qui semblait se ranger du côté des propos d’explorateur, la troisième édition met en avant « La plongée sous-marine », revendiquant le statut de manuel de formation à cette nouvelle activité sportive. Et à la lecture, l’ouvrage semble parfaitement remplir ces fonctions dans sa première partie, intitulée « Comment aller sous la mer ? », qui développe classiquement un cours commençant par la physiologie et la physique de la plongée, plus l’équipement, la pratique, etc. C’est sur la seconde partie, intitulée « Pourquoi donc aller sous la mer ? », qu’il est plus intéressant de s’arrêter en la citant :

« Les quatre cinquièmes de la surface du globe sont recouverts par les eaux et le fond des mers était hier aussi vierge que l’Afrique Centrale avant Stanley.
Notre époque sera connue plus tard comme celle de la découverte de l’espace et de la découverte de la mer. Pouvez-vous [48] prendre votre part de la découverte de l’espace ? Si vous ne pouvez pas, vous pouvez certainement la prendre dans la découverte de la mer.
Vous tirerez une intense sensation de joie, d’accomplissement, de jouissance privilégiée à progresser dans une grotte ou le long d’un récif ou dans un chaos rocheux où aucun homme jamais n’a posé son regard avant vous. Vous vous sentirez enrichi de surprendre et de comprendre les habitudes de certains poissons, de connaître une épave, une crevasse à langoustes ou un coin de paysage qui n’existe que pour vous à l’insu du restant de l’humanité. Et croyez-moi, vous aussi vous donnerez bientôt dans la cachotterie et dans un bien vilain égoïsme. » p. 47-48

L’ouverture de cette partie nous ramène à la conquête spatiale de la mer, ou plus exactement au rapprochement que feront la plupart des pionniers de l’exploration sous-marine en rattachant leur conquête à celle de la (trop) lointaine Nouvelle frontière. Sténuit semble nous dire à tous : si vous ne pouvez pas intégrer un programme de la Nasa ou les Cadets de l’espace, il vous reste la plongée à Bandol ou Calvi… Ainsi, la seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la chasse, la photographie et l’archéologie sous-marine…

Enfin, on retrouve l’esprit de conquête en quatrième de couverture qui présente l’auteur avec une photo de Sténuit en océanaute allongé dans le « Cylindre-Link » (sic).

L’image donnant lieu à une présentation des premières expériences d’habitat sous-marin, car si la « vie sous la mer […] est pour demain », « les vacances sous la mer [sont] à votre portée », grâce à ce livre !

 

 

 

Le plongeur, L’île… (suite)

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Pour faire suite au précédent billet sur le livre de l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky, on pourrait ajouter une planche composée de deux photos de Tahiti, l’île (faussement) paradisiaque où commence le périple du chercheur d’île en quête de rupture avec la vie moderne.

La photo du haut de la page montre un groupe de danseurs « seulement vêtus du costume traditionnel » (légende, p. 24), tandis que la photo du bas dévoile l’envers du décor des danseurs « mitraillés à bout portant par une armée de touristes » (ibid.). On se doute que l’auteur a cotoyé les photographes de ce spectacle qui lui donne envie de prendre le large à la recherche de la véritable dernière île.

 

« C’est le temps qui commande »

Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965, p. 133

Dans un chapitre de La Dernière île (1965), précisément intitulé Le temps qui commande, Bernard Gorsky revient sur une expédition de pêche qu’il compte mener avec les habitants de l’île de Mouli.

Mais même dans cette île paradisiaque, le temps peut être maussade et, impatient, le voyageur interroge Benoît, un de ses compagnons, qui lui répond tranquillement que c’est le temps qui commande. Réponse qui suscite ces réflexion de l’auteur :

« Jamais je crois les problèmes des rapports entre l’homme et la nature ne me fut posé avec plus de justesse et d’acuité que par cette simple phrase et l’intonation avec laquelle Benoît la prononça. […] Benoît et les siens se soumettaient inconditionnellement à ce qu’ils ne voulaient pas tenter de dominer et ainsi ce qui pouvait les détruire. Les miens ne se soumettaient à rien et voulaient tout dominer au risque d’être détruit. Benoît et les siens ne faisaient que perpétuer l’espèce en s’acheminant vers la mort. Les miens s’acheminaient également vers la mort en perpétrant la fin de l’espèce. Tous, nous étions avertis de l’Apocalypse. La conception moulienne ne permettait-elle pas de tout sauver ? Le monde entier n’était-il pas une tribu ? » p. 160-161.

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Le plongeur, l’île paradisiaque et la crise du modernisme

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Le Mon intérêt personnel pour le monde sous-marin s’est construit et structuré autour des livres et films de Cousteau, mais il doit aussi à l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky.

Né à Paris en 1917, de parents russes émigrés, comme Cousteau et d’autres, il découvre le monde sous-marin alors qu’il est démobilisé sur la Côte d’Azur durant l’Occupation. Dix mètres sous la mer, son premier livre rendant compte de ce parcours est publié en 1946 avec une préface de Léon Bertin (professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris) et des photographies de Cousteau. Mais c’est sans doute son tour du monde de l’exploration sous-marine, à quatre sur un voilier de 12 mètres, le désormais célèbre Moana, qui lui apporte célébrité, consécration littéraire et l’envie de prolonger ces aventures marines.

Publié en 1965, La Dernière île revient sur ce voyage, ses prolongations éditoriales et, surtout, l’envie de quitter le « brouillard maussade » de l’hiver parisien. Ainsi, la quête est relancée, à la recherche d’une « île de la mer de Corail » qui le conduira jusqu’à Mouli (une des îles de la Loyauté en Nouvelle Calédonie), où il vivra un retour à la mer.

Comme d’autres aventuriers des années 1960, l’évasion contient une critique du modernisme dénoncé à travers sa pollution automobile (« corps envahi, encrassé par les scories du milieu physique », p. 16), mais surtout pour sa faillite spirituelle : « dominé par l’esprit de lucre et de concurrence, amoindri dans sa spiritualité par l’écrasante puissance du matérialisme, absurdement divisé, menacé de destruction atomique » (ibid.)

La planche photographique (ci-dessus) résume parfaitement ce propos et cette vision.

 

Bibliographie de la recherche

Avant de commencer la rédaction de ce carnet d’une recherche en cours, je voudrais indiquer quelques références des articles et textes que j’ai déjà publiés sur ce sujet

Nb : cette liste sera complété par la suite et au fur et à mesure de la sortie de nouvelles publications.

 

 

 

  • PUBLIÉS

C. Camus, « Ouvrir des fenêtres sous la mer : le monde de Jacques Rougerie », Architectures à Vivre n° 95, avril 2017.
> Article publié dans le magazine AàV pour les 40 ans du projet Galathée de J. Rougerie. Disponible sur Academia.edu

C. Camus, « Dessiner pour habiter le monde sous-marin », 
Exercice(s) d’architecture #6, janvier 2018.
> Un petit essai sur le dessin à partir de mes recherches. Disponible sur Academia.edu

C. Camus, « Expérimenter les ambiances sous-marines par l’architecture ? », 
Ambiances [En ligne], 4 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018. 
URL : http://journals.openedition.org/ambiances/1748 
> revue à comité de lecture.

C. Camus, « Habiter et construire sous la mer », rubrique Recherche, Exercice(s) d’architecture #7, janvier 2019.
> Court article de présentation de la recherche. Disponible sur Academia.edu

 

  • À PARAÎTRE

C. Camus, « Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin : les maisons sous la mer des années 1960-1980 », chapitre 3 des Actes du colloque IDMeR, UBO 22-24 novembre 2017, en cours de publication (PUR, courant 2019).

 

Présentation du carnet

Ce carnet rend compte d’une recherche* interrogeant les visions et conceptions du futur de l’architecture, à partir d’une étude des programmes et projets modernistes d’habitats sous-marins, qu’ils soient issus des expérimentations technoscientifiques en quête de nouveaux espaces, ou qu’ils prolongent les recherches prospectives et utopiques des architectes des années 1960-80.
Attachée à une période faste allant des très médiatiques expériences du commandant Cousteau (1962-1965) aux réalisations de l’architecte Jacques Rougerie (1977-1982), l’enquête vient questionner des imaginaires architecturaux, techniques et environnementaux écologiques, entre modernisme conquérant – où il s’agit d’explorer, d’exploiter, de coloniser la mer comme d’autres espaces accessibles – et développement d’une pensée écologique.
Assurant une veille critique sur les projets contemporains, de Rougerie à Vincent Callebaut et d’autres, la recherche doit permettre de mieux comprendre une condition contemporaine tiraillée entre nouvelle puissance technologique et autolimitation écologique.
Entre sociohistoire et études visuelles de programmes et projets d’architecture sous-marine, cette recherche vient prolonger une série de travaux et publications sur l’imaginaire et les pratiques de l’architecture.

* Recherche en cours, menée dans le cadre du GRIEF (EA 7465), labo de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (Rennes), en relation avec le réseau (RST) ARCHES [Réseau disruptif sur les architectures extrêmes].