La possibilité d’une architecture sous-marine (Rougerie)


> Détail (titre et signature) du plan de la Maison sous la mer mer (Précontinent II) © Jean-Charles Roux

Travaillant sur les projets de maisons sous la mer, je suis régulièrement amené à devoir répondre à la question implicite ou explicite : mais s’agit-il vraiment d’architecture ?

Une question que j’ai d’ailleurs intégrée à ma problématisation, en considérant que cette recherche couvrait à la fois des réalisations d’habitats subaquatiques militaro-industriels ou technoscientifiques généralement mis au point par des ingénieurs et des projets d’architectes, souvent restés sur le papier, à l’exception remarquable des réalisations conçues par l’architecte français Jacques Rougerie.

En effet, si la plupart des architectes, historiens ou critiques de ce domaine, ne s’aventureront jamais à considérer que la très iconique maison Étoile de mer de Précontinent II puisse relever du noble art de bâtir, cela même si elle a pu attirer l’attention de l’historien et critique Michel Ragon ou des architectes anglais d’Archigram. Et il est fort à parier que les dessins montrant que les maisons et équipements de Cousteau ont été conçus par Jean-Charles Roux, qui se présente parfois comme architecte d’intérieur sous marin, ne suffiront pas à faire changer d’avis les gardiens de l’orthodoxie.

Mais il n’en va pas de même pour Galathée (1977) ou Hippocampe (1981), habitats conçus par un architecte et qui pourraient donc être légitimement considérés comme des exemples concrets d’architecture sous-marine. Suivons donc en images, le parcours de Galathée, première maison sous-marine conçue par un architecte, quant à la question de sa valeur architecturale, de son architecturalité.

Comme nous l’avons écrit ailleurs (« L’architecture sous pression », à paraître fin 2019), il est indéniable que ce projet de maison sous-marine innove non seulement par la générosité de ses ouvertures permettant de vivre au coeur du milieu, mais aussi par sa couleur blanche et ses formes bulbeuses qui ne sont pas sans rappeler les architectures des années 1970, d’un Chanéac et ses cellules amphores ou d’un Antti Lovag et ses maisons-bulles, sans sacrifie à la haute technicité d’équipements équivalents au bloc unitaire imaginé par Buckminster Fuller.

En outre cette réalisation est montrée et exposée par un dessin ou une maquette suivant les codes en vigueur dans le monde de l’architecture.


> Dessin de Galathée, daté (1976) et signé par J. Rougerie © Jacques Rougerie Architecte

Moins solennelle que la célèbre photo de Mies van der Rohe devant son Illinois institute of technology, l’architecte semble rêveur devant ses deux réalisations marines.


> L’architecte devant une maquette de Galathée (et de l’Aquascope à droite) © Jacques Rougerie Architecte

Notons que ce type d’iconographie sera largement repris à travers les publications de l’agence, mais également dans la presse du monde de la mer et de la plongée sous-marine (exemple du magazine Océans qui relayera les différents projets de Rougerie).

Mais aussi beaux soient ses dessins, tout l’intérêt et la force de l’architecture sous-marine de Rougerie tiennent à ce qu’elle dépasse les architectures de papiers de ses prédécesseurs en donnant lieu à la construction-fabrication de ces drôles de projets. Une étape qui est également photographiée et filmée pour être montrée.


> Montage photographique de la fabrication et de l’assemblage de Galathée  © Jacques Rougerie Architecte

Enfin, la maison sous-marine de Rougerie devient réelle, au point de pouvoir concurrencer symboliquement auprès des architectes le village sous-marin de Cousteau, avec sa mise à l’eau durant l’été 1977.

Il existe un film montrant l’événement (reportage pour le journal télévisé) et plusieurs photos qui attestent de ce moment où le projet architectural fait ses tests d’étanchéité tout en étant baptisé comme on procéderait pour la mise à l’eau d’un bateau.


> Mise à l’eau de Galathée à Ouistreham en août 1977  © Jacques Rougerie Architecte

Cette photo sera ensuite publiée dans les publications rendant compte de la possibilité d’une architecture marine et sous-marine, et notamment par l’historien-critique d’architecture Michel Ragon.

Par contre, il n’existe aucune photo sous-marine de cet habitat qui, malgré de multiples aventures, ne sera jamais complètement immergé et utilisé sous la mer. Transportée au Japon, où elle faillit être mise au service d’une expérimentation nipponne, Galathée sera finalement exposée sur le parvis du Pavillon de la mer réalisé par l’architecte pour l’Exposition internationale sur la mer qui s’est déroulée à Osaka en 1981.


> Galathée devant de Pavillon de la mer à Osaka en 1981  © Jacques Rougerie Architecte

Si Rougerie poursuivra l’aventure avec Hippocampe qui sera immergée, habitée avec des enfants et photographiée sous l’eau en décembre 1981 (non sans mal, mais c’est une autre histoire), cette petite enquête sur la possibilité d’une architecture sous-marine ouverte par Galathée, se termine sur terre et non sous l’eau, avec une architecture exposée comme une oeuvre d’art (de bâtir).

Une oeuvre architecturale échouée sur terre, qui sera néanmoins détournée de sa fonction première en étant occupée le temps d’un concert.


> Photo de Galathée trouvée sur un blog japonais (2008)

Une oeuvre qu’on peut considérer comme une contribution architecturale majeure au programme d’habiter sous la mer que porte toujours et encore l’architecte.

Malheureusement, à l’heure où tout est patrimoine et alors qu’on restaure le moindre lavoir breton, cette réalisation architecturale novatrice semble aujourd’hui oubliée et même abandonnée sur un terrain vague japonais…


> Photos de Galathée trouvées sur un blog japonais (2010)

En conclusion de cette petite enquête sur la légitimité architecturale de tels projets, on peut poser sur une nouvelle question : faut-il patrimonialiser cette première maison sous-marine conçue par un architecte ?

Citer ce billet : “La possibilité d’une architecture sous-marine (Rougerie)”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 18/11/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/225.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.