Au plus profond… d’une recherche

> Robert Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965. 

J’ai présenté récemment cet ouvrage, en expliquant qu’il avait joué un rôle important au tout début de ma recherche sur les programmes et projets d’habitats sous-marins.

Bien sûr, le livre n’est pas à l’origine de la recherche, mais sa lecture m’a convaincu que je pouvais me lancer dans un tel travail. En effet, si j’avais envie depuis longtemps d’étudier les maisons sous-marines, j’avais surtout en tête les images du Précontinent II de J.-Y. Cousteau que je mettais en relation avec le projet Galathée de l’architecte J. Rougerie.

Ces deux habitats bornaient ma recherche d’un point de vue historique (1963 à 1977), ainsi que de l’expérimentation techno-industrielle à la réalisation architecturale. Mais je craignais alors de ne pas pouvoir aller beaucoup plus loin et de devoir limiter mon propos à l’analyse de ces deux opérations exceptionnelles.

C’est donc avec les images du village sous-marin et de la maison d’architecte, que je me suis lancé dans une lecture fine du texte de Sténuit.

Premier constat rassurant, ce récit personnel des expériences vécues par le premier océanaute de cette quête de nouveaux espaces racontait la même histoire que celle du très médiatique captain planet. Mais surtout, ce petit livre de souvenirs livrés sur le mode du journal de bord, cet ouvrage fort peu illustré (un cahier de photos n&b est donné en annexe*), livrait de belles images (écrites, littéraires) de l’expérience d’un habiter sous-marin.

Débutant mon enquête par le texte le moins spectaculaire, faute d’image et de la compétence médiatique d’un Cousteau, j’ai été convaincu qu’il y avait une piste à suivre autour de l’opposition entre un discours de conquête et un discours de l’habiter et que ce dernier allait me conduire aux questionnements spatiaux et architecturaux que je poursuis aujourd’hui.

* La photo de couverture du livre de Sténuit montre la seconde expérience Man-in-sea conçue par Edwin Link en 1965, avec Sténuit et Jon Lindbergh (fils de l’aviateur Charles Lindbergh !) comme plongeurs-océanautes.

Citer ce billet : “Au plus profond… d’une recherche”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 20/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/106.

2 réflexions sur « Au plus profond… d’une recherche »

  1. Ping : Sous la mer comme au ciel ? | Habiter et construire sous la mer |HCSM|

  2. Ping : La question du premier « océanaute » | Habiter et construire sous la mer |HCSM|

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.