Du masque à la soucoupe plongeante


> Couverture du catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique

Tout plongeur connaît forcément la célèbre marque de matériel subaquatique La Spirotechnique, filiale de L’Air liquide, l’entreprise sur laquelle Jacques-Yves Cousteau s’appuya pour développer le premier détendeur qui contribua à populariser la plongée sous-marine, et qui sera créée afin de commercialiser ce dernier et toute une gamme d’équipement pour amateurs et professionnels. [La Spirotechnique est devenue Aqualung et a été cédée depuis.]


> « L’usine modèle », catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique, p. 3

Je voudrais extraire quelques images issues d’un catalogue diffusé par cette entreprise en 1965 (téléchargeable sur le site web du Musée Frédéric-Dumas), pour interroger les liens forts qui existent entre la plongée comme activité sportive et de loisir et le monde militaro-industriel à partir duquel cette activité s’est développée.

Du point de vue d’une sociologie du sport, cette question a déjà été traitée par Vianney Mascret dans la passionnante thèse de doctorat intitulée L’aventure sous-marine qu’il a consacrée à une Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985). Le sociologue y montre comment l’invention de ces loisirs sous-marins doit beaucoup aux militaires et aux industriels. Avant de devenir un sport ou un loisir accessible au plus grand nombre, cette pratique aventurière est développée pour répondre à des nécessités stratégiques ou économiques.

Faisant un état des lieux des inventeurs et inventions qui ont permis le développement des loisirs subaquatiques, Mascret mentionne les commandants Le Prieur ou Cousteau ; avant de remonter dans le temps, en mentionnant les industriels français : Cabirol ou Rouquayrol et Denayrouze qui inspireront Jules Verne.

Notons au passage que les industriels français cherchent alors à concurrencer les scaphandres commercialisés par l’entreprise britannique Siebe-Gorman qui m’intéresse en tout premier lieu puisque cette dernière sera la première à développer le concept de maison sous la mer, dès les années 1930 sous la houlette du fameux Robert Davis qui inspirera George F. Bond auprès duquel Link et Cousteau iront chercher des conseils et informations scientifiques sur la plongée à saturation.

Mais il est intéressant de revenir aux expérimentations des Français qui permettent d’imaginer aller se promener sous la mer, comme le souligne très bien Mascret :

« On assiste à une « révolution douce » où progressivement l’idée d’aller sous l’eau sans y travailler fait son chemin. On retrouve cette idée exprimée dans le roman de Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, où l’auteur équipe ses promeneurs sous-marins d’un scaphandre, vraisemblablement Cabirol, et d’un « régulateur Rouquayrol-Denayrouze ». La longue partie de chasse qu’il met en scène, comme les promenades dans l’Atlantide, atteste d’un univers qui reste très fantasmatique [suit une citation du roman]. »
V. Mascret, L’aventure sous-marine : Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985), Université Claude Bernard – Lyon I, 2010, p. 24


> « Paysages sous-marins de l’île Crespo », ill. de Vingt mille lieues sous les mers [Promenade en plaine]

Le roman et ses illustrations de la fin du XIXe siècle ont probablement contribué à populariser l’idée d’aller explorer le fond des mers, voire de l’habiter confortablement, mais il faudra d’autres perfectionnements de l’équipement du plongeur afin de gagner en autonomie et de lui permettre une plus grande communion avec le milieu dans lequel il engage son corps (et aussi son « âme » comme le laisse entendre plusieurs pionniers). De l’espace hostile dont il faut se protéger, on passe ainsi à un espace merveilleux. D’une certaine façon Cousteau (et d’autres comme Hans Haas) poursuivra cette diffusion d’une imagerie attractive incitant à poursuivre cette promenade sous-marine.

Relevons que la deuxième page du catalogue de La Spirotechnique met à l’honneur ce Cousteau cinéaste à travers sont second long métrage entièrement tourné sous l’eau et au sein de Précontinent II.


> « Le Monde sans soleil », catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique, p. 2.

Car comme le sait tout plongeur, Cousteau a joué un rôle essentiel dans cette aventure sous-marine. Pionnier d’une exploration d’abord menée en apnée à côté d’autres adeptes de la chasse sous-marine, il s’intéresse au système expérimenté par le commandant Le Prieur, dont il améliore grandement le principe pour développer le fameux détendeur Cousteau-Gagnan qui permet de distribuer de l’air comprimé à la demande quelle que soit la profondeur à laquelle on plonge. Associé aux masques, palmes, combinaisons isothermiques, les bouteilles d’air comprimé et détendeurs vont ainsi constituer l’équipement de base du plongeur moderne partant à l’exploration d’un nouveau monde.


> « Les détendeurs », catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique, p. 4.

Au fil des pages, le catalogue de 1965 met donc en scène toute cette histoire, à la fois très technique, comme le montre une page présentant les différentes pièces composant un détendeur décomposé en « vues éclatées » (p. 6) et, très sportive, avec une autre page présentant lampes et poignards au moyen d’une séduisante plongeuse, lampe en main et poignard au mollet.


> « Les lampes, les poignards », catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique, p. 12.

Ainsi toute une série de pages poursuivent sur cette lancée en présentant de façon ludique et décontractée des plongeurs et (quelques) plongeuses vêtus de la collection de combinaison en néoprène conçue par le fabricant.

Cependant, la dernière section du catalogue revient aux choses sérieuses en exposant des équipements professionnels. On y trouve des vêtements étanches, des bouées de sécurité et des caissons de décompression, des compresseurs pour recharger les bouteilles, des narghilés (pour plongeurs-travailleurs plus statiques), un « téléphone sous-marin sans fil » et… la très célèbre « soucoupe plongeante « SP 600″ » conçue et popularisée par Cousteau et son équipe.


> « La soucoupe plongeante », catalogue Plongée 1965 – La Spirotechnique, p. 26.

Tout ce parcours au cœur du catalogue de l’entreprise d’équipements subaquatiques La Spirotechnique, qui annonce dans ses dernières pages qu’elle « réalise et diffuse dans le monde entier les conceptions du Cdt. J.-Y. Cousteau » (p. 31), nous fait voyager à travers les mondes de l’exploration sous-marine, tantôt encore militaro-industriels (manuel La Plongée de la Marine Nationale vendu 24 Frs, p. 30), tantôt sportifs, de loisirs ou hédonistes.

La connexion très active entre ces univers pouvant sembler opposés passe par Cousteau qui met ses inventions au service de tous, mais aussi qui met en images cinématographique son exploration pionnière d’un monde autrefois hostile, mais désormais accessible à tous. La soucoupe plongeante, véritable star du Monde sans soleil, en témoigne, ainsi que le plus modeste « Calypso-phot » (p. 27), génial 24 x 36 permettant à tous de photographier sous la mer comme sur terre.

Citer ce billet : “Du masque à la soucoupe plongeante”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 06/03/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1107.

1 réflexion sur « Du masque à la soucoupe plongeante »

  1. Ping : Du masque à la soucoupe plongeante – fr.hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.