Plongeurs plutôt qu’astronautes ?

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Il est intéressant de s’arrêter sur le petit manuel de plongée sous-marine publié par Robert Sténuit en 1967 (1ère édition en 1963), soit quelques années après ses deux premières expériences de vie dans deux maisons sous la mer (Man-in-sea I en 1962, II en 1965).

Commençons par souligner que ce livre reflète un basculement qui s’est produit au cours des années 1960. Titrée « Vacances chez Neptune », comme la première édition de 1963 qui semblait se ranger du côté des propos d’explorateur, la troisième édition met en avant « La plongée sous-marine », revendiquant le statut de manuel de formation à cette nouvelle activité sportive. Et à la lecture, l’ouvrage semble parfaitement remplir ces fonctions dans sa première partie, intitulée « Comment aller sous la mer ? », qui développe classiquement un cours commençant par la physiologie et la physique de la plongée, plus l’équipement, la pratique, etc. C’est sur la seconde partie, intitulée « Pourquoi donc aller sous la mer ? », qu’il est plus intéressant de s’arrêter en la citant :

« Les quatre cinquièmes de la surface du globe sont recouverts par les eaux et le fond des mers était hier aussi vierge que l’Afrique Centrale avant Stanley.
Notre époque sera connue plus tard comme celle de la découverte de l’espace et de la découverte de la mer. Pouvez-vous [48] prendre votre part de la découverte de l’espace ? Si vous ne pouvez pas, vous pouvez certainement la prendre dans la découverte de la mer.
Vous tirerez une intense sensation de joie, d’accomplissement, de jouissance privilégiée à progresser dans une grotte ou le long d’un récif ou dans un chaos rocheux où aucun homme jamais n’a posé son regard avant vous. Vous vous sentirez enrichi de surprendre et de comprendre les habitudes de certains poissons, de connaître une épave, une crevasse à langoustes ou un coin de paysage qui n’existe que pour vous à l’insu du restant de l’humanité. Et croyez-moi, vous aussi vous donnerez bientôt dans la cachotterie et dans un bien vilain égoïsme. » p. 47-48

L’ouverture de cette partie nous ramène à la conquête spatiale de la mer, ou plus exactement au rapprochement que feront la plupart des pionniers de l’exploration sous-marine en rattachant leur conquête à celle de la (trop) lointaine Nouvelle frontière. Sténuit semble nous dire à tous : si vous ne pouvez pas intégrer un programme de la Nasa ou les Cadets de l’espace, il vous reste la plongée à Bandol ou Calvi… Ainsi, la seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la chasse, la photographie et l’archéologie sous-marine…

Enfin, on retrouve l’esprit de conquête en quatrième de couverture qui présente l’auteur avec une photo de Sténuit en océanaute allongé dans le « Cylindre-Link » (sic).

L’image donnant lieu à une présentation des premières expériences d’habitat sous-marin, car si la « vie sous la mer […] est pour demain », « les vacances sous la mer [sont] à votre portée », grâce à ce livre !

 

 

 

 

 

 

 

 

Citer ce billet : “Plongeurs plutôt qu’astronautes ?”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 19/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/114.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.