Plongée à saturation & courbe de sécurité

Lorsque le commandant Cousteau, George F. Bond (médecin de l’US Navy qui lance les premières expérimentations de plongée à saturation en caisson hyperbare), Edwin Link ou Robert Sténuit cherchent à justifier la nécessité de développer des habitats sous-marins, ils sont obligés d’en revenir aux paliers de décompression que doivent faire les plongeurs qui restent un certain temps à une certaine profondeur…

Je suis parfois obligé d’expliquer cela en utilisant des schémas contemporains pour faire rapidement comprendre ces principes. Pour remonter aux sources, je m’appuie ici sur la table/courbe de sécurité qui illustre le petit manuel de plongée sous-marine écrit par le premier océanaute de l’histoire, Robert Sténuit.

Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Ce que ne montre pas cette table, mais qui se trouve indiqué dans la Table de décompression de la page précédente indiquant les paliers, on considère à l’époque qu’on peut séjourner pendant une « durée illimitée » de 0 à 10 mètres de profondeur.  Et ce sera précisément la profondeur à laquelle se dérouleront les deux premières expériences Précontinent (1962 et 1963) menées par Cousteau, tandis que Link émergera sa première capsule sous-marine abritant Sténuit, à moins 60 mètres (1962).

Citer ce billet : “Plongée à saturation & courbe de sécurité”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 19/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/120.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.