De la chasse à la conquête du monde sous-marin

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Forcément décriée aujourd’hui, sur terre comme sous la mer, la chasse sous-marine moderne* qui s’est développée sur la Côte d’Azur française autour de la Seconde Guerre mondiale, est souvent présentée par ses pionniers comme la première étape d’un mouvement de découverte de ce milieu, conduisant à son exploration voire sa conquête, mais aussi à sa protection (ce que ne dis pas encore la citation ci-dessous, mais d’autres Cousteau, Gorsky et d’autres s’en chargeront) :

« Les « fadas » ont inventé plus qu’un sport, c’est de leurs bricolages, de leur passion surtout que tout est parti. Ils sont descendus d’abord pour tuer des poissons, ils ont voulu ensuite rapporter des images et la photo sous-marine est née, ils ont voulu aller voir plus bas et le scaphandre autonome a été mis au point, puis la soucoupe plongeante (qui permet l’exploration du plateau continental, c’est-à-dire la bordure des continents de 0 à 300 m). Suisses, Américains, Italiens et Belges ont suivi et le bathyscaphe s’est posé dans la fosse des Mariannes, par 11.000 mètres de fond, au plus profond des océans ; aujourd’hui, enfin, les techniques de vie en saturation permettent à l’homme non plus de plonger mais de « vivre » sous la mer. » p. 49.

De la chasse à la photo, au scaphandre autonome, à la soucoupe plongeante, au bathyscaphe et aux… maisons sous la mer ! Portrait de Cousteau ou histoire d’une quête oubliée ?

* Sténuit rappelle en préambule que « les Polynésiens chassent sous la mer depuis que le monde est monde », ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.