La bataille des masques et des respirateurs

[Spécial Covid-19]

> Jean-Albert Foex, La Chasse sous-marine en 10 leçons, et tout sur la plongée de A à Z, Paris, Hachette, 1972, p. 27.

Le Covid-19 a provoqué chez les malades les plus touchés une affection grave nécessitant des soins intensifs et, le plus souvent, le recours à équipement d’assistance respiratoire. Les respirateurs nécessaires à secourir un grand nombre de patients ont donc constitué un enjeu de la crise sanitaire auquel ont répondu différemment des industriels impliqués dans l’exploration et les sports sous-marins : de l’Air Liquide, maison mère de la célèbre Spirotechnique du commandant Cousteau à… Décathlon. Une occasion de revenir sur la petite histoire de ces équipements et aussi d’évoquer brièvement l’abandon français d’une industrie pionnière.

Commençons par revenir à la crise sanitaire du Covid-19 qui a été l’occasion de mettre en évidence les problèmes de communications, d’imprévision ou difficultés de gestion de la situation matérielle par les autorités françaises. Les pénuries de masques chirurgicaux, de gants, de gels hydroalcooliques et d’un certain nombre de médicaments ont démontré notre dépendance vis-à-vis d’autres pays où les usines de production de ces différents produits avaient été délocalisées depuis fort longtemps. Les masques pour tous et, surtout, pour le personnel médical, mais aussi les respirateurs nécessaires à la pris en charge des malades en grande détresse respiratoire ont été un des nœuds de cette crise. Dans cette « guerre » contre le Covid-19 déclarée par le président Macron, la production de tels équipements est devenue une affaire hautement stratégique. Et c’est dans un tel contexte que, le 23 avril 2020, la cellule investigation de Radio France annonce que l’entreprise Air Liquide qui s’est associée à d’autres1 pour produire 10000 respirateurs, en a finalement produit 8500 « pour rien », ces derniers se révélant inadaptés aux victimes du Covid-192.


> Capture d’écran de la page web de France Inter citée ci-dessus (consultée le 5-06-2020)

Pour résumer ce fiasco qui met en scène la seule entreprise française capable de fabriquer des respirateurs médicaux, il semble que les discussions entre l’État et l’industriel n’ont pas été très claires et on conduit à produire en trop grande quantité un respirateur médical mobile (Osiris), plus facile à fabriquer, mais finalement inadapté aux besoins urgents des services de réanimation3. Si l’entreprise finit par produire en plus faible quantité, des respirateurs utilisables dans les chambres d’hôpital, la polémique se poursuivra même si un communiqué du gouvernement tentera d’y mettre fin en annonçant qu’il ne s’agissait que d’un équipement de dépannage et que l’entreprise s’était engagée à fournir 15000 respirateurs destinés aux urgences4.

Il est intéressant de revenir sur le consortium industriel organisé autour du groupe Air Liquide « leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé »5 et, plus particulièrement, sur sa filiale Aqua Lung International « spécialisé dans les produits aquatiques, pour usage professionnel ou de loisirs », qui est régulièrement mentionnée dans les rapports d’activité du groupe6. Ce fabricant d’équipements de plongée a repris le nom de sa branche américaine, comme le souligne un communiqué du groupe datant de 2016 :

« La Spirotechnique, ancien nom d’Aqua Lung, naît en 1946 de la rencontre entre le commandant Jacques-Yves Cousteau, Jean Delorme, Président-Directeur-Général d’Air Liquide, et Emile Gagnan, ingénieur du groupe Air Liquide. Le commandant Cousteau et Jean Delorme proposent alors à Emile Gagnan de concevoir un équipement qui pourrait servir l’exploration des fonds marins, le détendeur de plongée CG45. »7

Mais après avoir glorieusement fêté ses 70 ans, Aqua Lung est finalement revendu au groupe Montagu, une société d’investissement européenne installée à Londres8. Et s’il est compréhensible que l’exploration sous-marine a pu faire la fierté et servir l’esprit d’innovation du groupe Air Liquide qui ne l’oubliait pas dans ses rapports d’activités, Aqua Lung ne fait plus partie du groupe et ses équipements de plongée n’ont plus vocation à participer à la conception de respirateurs conçus pour répondre à la crise du Covid-19…


> Page 30 du Rapport annuel 2014 de la société Air Liquide.

Au risque de mettre provisoirement à distance la crise sanitaire, attardons-nous sur l’histoire oubliée de ce « premier détendeur de scaphandre autonome » longtemps célébré par le groupe industriel français. Le chemin qui conduit à ce détendeur est minutieusement restitué dans la thèse de Vianney Mascret9. Le passage du casque de scaphandrier marchant au fond de l’eau à l’association du masque et détendeur accompagné d’une bouteille d’air comprimé, permettant de se mouvoir dans toutes les dimensions est rappelé en ouverture d’une enquête visant l’autonomie subaquatique ainsi permise. Mascret commence par identifier le « moment de la bascule techniquement possible entre les deux, c’est-à-dire autour de 1860-1865 » en remontant au « scaphandre de Rouquayrol et Denayrouze » consacré par Jule Verne dans Vingt mille lieues sous les mers.10 Sans revenir sur la genèse de cet équipement, il faut rappeler qu’il a d’abord été conçu pour les mineurs des houillères de Decazeville et qu’il sera adapté au milieu subaquatique dans le Lot ! Cela avant de venir concurrencer les scaphandres lourds dans des activités de pêche d’éponges ou de perles11, qui feront le succès de cette entreprise française. Il faut attendre le XXesiècle, le développement du tourisme et des loisirs, pour voir apparaître le régulateur Fernez-Le Prieur, « un appareil à débit continu qui ne permet pas de longues immersions mais l’association du détendeur à une bouteille pour pneumatique Michelin de trois litres gonflée à cent cinquante bars de pression permet de rester sous l’eau sans lien avec la surface »12. Complété par des palmes et masques modernes qui sont développés à la même époque, ce nouvel équipement respiratoire est popularisé par le commandant Yves Le Prieur qui donne une première impulsion à la plongée-loisir. Mais il faut surtout attendre le détendeur Cousteau-Gagnan pour que l’aventure humaine et industrielle démarre pleinement :

« C’est un des avantages de l’appareil de Cousteau et Gagnan que de fonctionner à l’air comprimé. Il semble particulièrement bien adapté pour la plongée autonome et il a surtout l’avantage d’être « à la demande » contrairement à celui de Le Prieur qui est à débit continu. Le détendeur inventé par Cousteau doit beaucoup à sa belle famille. En effet, le père de sa femme, née Melchior, est administrateur à L’Air Liquide. Par ce biais, Cousteau entre en relation avec un ingénieur, Émile Gagnan, et leur association après des essais infructueux dans la Marne en 1943, débouche sur un détendeur « à la demande » que Cousteau baptise déjà dans des perspectives de développement international : l’Aqualung. En octobre, Frédéric Dumas plonge à -62 mètres avec cet équipement et confirme la supériorité du détendeur Cousteau-Gagnan sur son concurrent direct, le détendeur de Georges Commeinhes. La plongée se déroule devant huissier, preuve, s’il en est, que l’expérimentation n’est pas gratuite et qu’il s’agit bien pour Cousteau de se poser en précurseur reconnu. L’engagement de L’Air liquide n’est pas terminé puisque la société crée une filiale chargée de vendre le matériel de plongée : la Spirotechnique. La puissance industrielle et commerciale de la Spirotechnique installe définitivement l’invention de Cousteau comme une référence incontournable. »((Ibid. p. 108-109.))

L’historien de la plongée n’oublie pas de rappeler que l’équipement conçu par Cousteau avec le renfort de la compagnie Air Liquide puis de la marque La Spirotechnique qui reprendra le nom Aqualung, bénéficiera d’une « superbe vitrine du GRS », groupe de recherches sous-marines13, auquel il faudra ajouter toute l’activité d’un Cousteau cinéaste et homme des médias14. C’est cette histoire qui continue d’être mobilisée par le fabricant de matériel de plongée qui fait toujours référence à Cousteau dans une mise en scène déclinant année après année, les étapes décisives de la mise au point du détendeur CG45 qui lancera la plongée autonome moderne.

Désormais détenu par un fonds d’investissement britannique, Aqua Lung ne constitue plus une référence dans les rapports d’activités du groupe Air Liquide qui valorise désormais la « révolution cryogénique », le « réseau de canalisations », le spatial, l’électronique et, bien sûr, la santé15. C’est désormais une entreprise high-tech qui a rompu ses liens avec les technologies sous-marines qui, comme d’autres grandes entreprises françaises, va tenter d’apporter sa contribution à la « guerre » technologique mondialisée contre le Covid-19 avec le demi-succès que l’on sait.

Il serait intéressant de comparer cet engagement avec celui de l’entreprise allemande Dräger qui se présente comme « leader international des technologies médicales et de sécurité », sur son site web. Revendiquant la « technologie pour la vie », l’entreprise s’est également engagée à fournir « de nombreux respirateurs lourds de réanimation » ainsi que « des équipements de protection »16. Spécialisée dans la santé et la sécurité, Dräger est également connue pour ses équipements subaquatiques très techniques et moins grand public que ceux de La Spirotechnique-Aqua Lung17. Cette haute technicité n’empêche pas l’entreprise d’utiliser l’image populaire de Hans Hass célèbre plongeur-cinéaste concurrent de Cousteau, dans une plaquette promotionnelle18, sans oublier une vue intérieure de Helgoland, la maison sous-marine allemande19.


> Hans Hass illustrant une plaquette historique de Dräger.


> Intérieur de la maison sous-marine Helgoland illustrant une plaquette historique de Dräger.

À côté de l’ambition décevante d’Air Liquide et l’intervention plus modeste de Dräger, il est intéressant de s’arrêter sur la démarche simple et pragmatique d’une entreprise de grande distribution dans le domaine des sports et loisirs : Décathlon. Commercialisant des équipements pour tous les sports, y compris sous-marins, l’entreprise choisit de participer au « combat collectif » en mobilisant un équipement simple et innovant : son « masque intégral de snorkelling EasyBreath [transformé] en accessoire d’équipement de protection individuelle (EPI) contre le COVID-19 »20.


> Copie d’écran du site web de Décathlon (consulté le 5-06-2020)

Sans commettre les erreurs d’Air Liquide, l’enseigne sportive indique d’emblée qu’il s’agit là d’une « solution d’urgence, dégradée, pour pallier la pénurie » qui sévit alors de toutes parts21. Ceci tout en expliquant comment « en quelques jours seulement, le consortium, a pu dessiner l’adaptateur et l’imprimer en 3D pour les essais d’utilisation en milieu hospitalier »((Ibid.)). Concrètement, il s’agit alors de remplacer le tuba du masque de randonnée aquatique par système permettant de le raccorder à des filtres antiviraux et antibactériens. Après validation du projet par les autorités sanitaires, le groupe a donc pu démarrer la production de l’adaptateur et annonce s’apprête à expédier 25 000 adaptateurs aux hôpitaux, dès la mi-avril22.


> Stock de masque EasyBreath (image fournie par le service médias Décathlon)

Notons que la production industrielle ne concerne qu’un petit adaptateur (dont les plans 3D seront mis à disposition en open source), tandis que les magasins fermés de l’enseigne suspendront la vente de ce masque réquisitionné pour assurer ce nouvel usage médical23.


> Vue 3D de l’adapateur open source pour les respirateurs italiens24

Que retenir de ces histoires de respirateurs et de masques ?

Sans prétendre pouvoir livrer des conclusions définitives au sujet d’une situation extrêmement complexe, on peut voir dans ces différents exemples le manque de souplesse d’un grand groupe industriel comme l’Air Liquide qui, comme beaucoup d’entreprises commet forcément des erreurs, mais surtout ne parvient pas à produire l’équipement hautement technologique le plus adapté à la situation, sans doute parce qu’il est moins aisé à fabriquer en pleine crise sanitaire affectant une industrie mondialisée. Plus discrète, la filière française de l’entreprise allemande Dräger se contente d’indiquer qu’elle a fourni de « nombreux » équipements, tandis que son PDG précise que la « commande du gouvernement allemand pour 10 000 respirateurs sera étalée et ne constitue qu’une partie de notre production », cela dit à l’allemande, « avec une grande humilité »25. Enfin, Décathlon, la plus jeune, plus petite et plus souple des trois entreprises, parvient à détourner un de ses produits-phare pour en faire un des équipements médicaux les plus attendus durant cette crise((Un produit grand public apparemment moins technologique même si sa conception semble extrêmement soignée comme le montre la page web qui lui est consacré.)).

Il est d’ailleurs intéressant de revenir à cet étonnant masque de snorkeling qui semble une hérésie pour tout adepte sérieux de la plongée sous-marine. À première vue, il ressemble à ces masques-tuba monobloc qu’on voyait sur les plages dans les années 1960-1970 et qui s’avéraient dangereux en cas d’immersion. « Jamais ça ! », conseillaient les manuels et les instructeurs de l’époque26.

Bien sûr le concept de Décathlon est un produit innovant conçu pour résoudre tous les défauts des masques-jouets de cette époque tout en étant clairement présenté comme un équipement de promenade en surface mais permettant d’ouvrir les yeux sous l’eau, sans risque et sans effort particulier. Ce produit s’inscrit donc parfaitement dans le mouvement qui fait passer du scaphandre lourd au scaphandre autonome afin de faciliter l’accès au monde sous-marin.


> Publicité Décathlon pour le masque Easybreath

Alors, comment conclure cette bataille des masques et respirateurs ? Est-ce une sorte de revanche des petites structures (small is beautiful) ou des technologies plus adaptées (sinon low tech) ? Il est difficile de conclure ainsi, puisque nous avons affaires à deux familles d’équipements différents : des respirateurs destinés aux malades ou des masques de protection des soignants, susceptibles d’être transformés en respirateurs27.

Plutôt que de s’engager dans une véritable conclusion, j’y vois une occasion de revenir sur le monde technologique et industriel de la plongée sous-marine. En effet, la mésaventure du groupe Air Liquide doit sans aucun doute être analysée par rapport aux aléas de la gestion technocratique de cette crise sanitaire par les autorités françaises sur fond de désindustrialisation et de mondialisation mise en crise par la pandémie. Questions qui sortent de mon domaine de recherche… Par contre, cette mésaventure me donne l’occasion de revenir sur un sujet au cœur de ma recherche : le désintérêt des autorités politiques et scientifiques françaises pour l’exploration et l’habitat sous-marin, et le déclin d’un secteur industriel sous-marin autrefois florissant. Jusqu’en 2016 et la cession d’Aqua Lung à un fonds d’investissement britannique, l’industriel l’Air Liquide semblait s’enorgueillir dans ses rapports d’activité d’avoir accueilli Cousteau et conçu le détendeur CG45 en son sein. L’histoire de l’entreprise n’hésitait pas à mettre en scène les liens entre le fondateur de l’entreprise et le médiatique commandant s’entretenant sur le pont de la Calypso. Mais aujourd’hui, le grand groupe industriel a revendu la Spiro et oublié cette belle aventure humaine et industrielle, séparant définitivement le respirateur du masque de… la soucoupe plongeante ou des maisons sous la mer, comme un dernier règlement de compte technocratique avec le commandant Cousteau ?

Mais c’est une autre histoire compliquée28 sur laquelle il me faudra lever le masque 😉

PS : Le site de vente en ligne de Décathlon doit désormais prévenir tout acheteur que son masque est « exclusivement réservé à un usage sportif » plutôt que médical…


> Capture d’écran www.decathlon.fr (consulté le 11-06-2020)

Citer ce billet : “La bataille des masques et des respirateurs”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 08/06/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1254.
  1. PSA, Valeo et Schneider Electric []
  2. Voir : https://www.franceinter.fr/coronavirus-8-500-respirateurs-produits-pour-rien (consulté le 5-06-2020). []
  3. Plus précisément : « Air Liquide et le ministre de la Santé reconnaissent ainsi à demi-mot que le modèle Osiris incarne peut-être plus une réponse jugée conforme et utile à une urgence sanitaire qu’un équipement médical totalement approprié à la prise en charge habituelle d’un malade du Covid-19 en détresse respiratoire aigüe nécessitant une prise en charge lourde et longue en réanimation. Donc pas inadapté mais moins adapté que l’autre modèle, le T60, qui sera produit à 1500 exemplaires dans le cadre du consortium. » Julien Cottineau, « Air Liquide et le ministère de la Santé font bloc face à la polémique sur le projet 10000 respirateurs », L’Usine Nouvelle, 23-04-2020, en ligne : https://www.usinenouvelle.com/article/air-liquide-et-le-ministere-de-la-sante-font-bloc-face-a-la-polemique-sur-le-projet-10-000-respirateurs.N956956 (consulté le 5-06-2020). []
  4. Communiqué de presse gouvernemental du 23-04-2020 : https://t.co/IeTDSva135 (consulté le 5-06-2020). []
  5. Premières lignes du Rapport annuel 2014 du groupe Air Liquide []
  6. Ibid. []
  7. « Aqua Lung-La Spirotechnique, leader mondial d’équipements de plongée sous-marine, fête ses 70 ans », 4 février 2016 ; une annonce toujours présente sur le site d’Air Liquide : https://fr.media.airliquide.com/actualites/aqua-lung-la-spirotechnique-leader-mondial-dequipements-de-plongee-sous-marine-fete-ses-70-ans-19e8-1ba6d.html(consulté le 4-06-2020). []
  8. Voir la présentation de cette acquisition sur le site de la société : https://www.montagu.com/news/montagu-private-equity-enters-exclusive-negotiations-with-air-liquide-for-the-potential-acquisition-of-aqua-lung/ ; voir aussi sa présentation du fabriquant d’équipement de plongée : https://www.montagu.com/portfolio/aqua-lung/ []
  9. L’aventure sous-marine. Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985), op. cit. []
  10. Ibid. p. 23-24 []
  11. Scaphandres mis au point par l’entreprise britannique Siebe-Gorman qui dessinera les premiers habitats sous-marins, ou Cabirol en France, un chapelier qui développera une industrie de scaphandre made in France. []
  12. Ibid. p. 88 []
  13. Qui deviendra le GERS et correspond à l’actuel CEPHISMER de la Marine nationale. []
  14. F. Machu, Un cinéaste nommé Cousteau, Monaco, Éditions du Rocher, 2011. []
  15. Voir le site web de l’entreprise : https://www.airliquide.com/fr []
  16. Communiqué de presse de Dräger France SAS, n° 33 du 9 avril 2020. []
  17. Le Dräger étant surtout connu pour être un système respiratoire à oxygène fonctionnant en circuit fermé et souvent utilisé par les militaires et autres professionnels. []
  18. Dräger, « La technologie pour la vie depuis 1889 », 2014, p. 20. []
  19. Ibid. p. 39. []
  20. Communiqué de presse de Décathlon, 14 avril 2020. []
  21. Cela même si le masque sera par ailleurs utilisé à des fonctions de respirateur au cœur de la crise sanitaire italienne, comme l’ont rapporté des articles de Courrier International et The Conversation. []
  22. 30 000 seront finalement fournis selon les informations qui m’ont été fournies par le service médias de Décathlon, le 5 juin 2020. []
  23. Décathlon annoncera dans un communiqué du 29 avril que les masques seront à disponibles à la vente début mai. []
  24. Voir : https://www.isinnova.it/easy-covid-19-fr/ []
  25. Communiqué de presse de Dräger France précédemment cité []
  26. Voir l’image de Une de ce billet qui reprend l’illustration d’un manuel de chasse et plongée sous-marine. []
  27. Tout comme l’Osiris de l’Air Liquide ! []
  28. Une histoire qui serait également à mettre en relation avec celle d’une entreprise autrefois prestigieuse aujourd’hui absente de notre affaire de respirateur, la Comex de Henri Germain Delauze. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.