Cousteau et l’architecte Édouard Albert

[Série Cousteau, architecte ?]


> Vue d’exposition MONACOPOLIS à la Villa Paloma Edouard Albert (1910-1968) Tour arborescente du quartier marin à l’anse du Portier et Ile artificielle flottante, Monaco Projet non réalisé, 1963-1966 © NMNM/photographie Magliani.

 

Dans le cadre de mon projet de recherche/publication Cousteau, architecte ? analysant les rapports du commandant aux architectes ainsi qu’à l’architecture ou la conception, je souhaite brièvement revenir sur sa relation à l’architecte Édouard Albert (1910-1968).

Si Cousteau est très proche d’architectes rencontrés autour de son terrain d’action de la Côte d’Azur, le célèbre architecte naval André Mauric et son frère Edmond Mauric ami proche qui construira sa villa à Sanary, le pionnier de l’exploration sous-marine a également croisé des grandes figures de l’architecture innovante des années 1960. On pense notamment à l’architecte Édouard Albert (1910-1968), connu pour la tour Croulebarbe, premier « gratte-ciel » parisien (1957-1959), l’université de Jussieu (1963-1971) ou la bibliothèque universitaire de Nanterre (1968).


> La tour Croulebarbe, dit “Gratte-ciel n°1” à Paris.

Tout à la fois expérimentateur constructif d’une architecture tubulaire qui caractérise un certain nombre de ses réalisations, É. Albert participe également au Groupe international d’architecture prospective (GIAP) appelant à une architecture spatiale une utopie résolument hors sol visant à développer une ville verticale accrochée à des mégastructures tridimentionnelles1.

C’est autour d’un projet de cette envergure que l’architecte en vient à rencontrer Cousteau dans les années 1960. Alors directeur du Musée océanographique de Monaco, le commandant cherche à redynamiser cette institution et fait appel aux services de l’architecte. Ce dernier développe l’idée d’une île artificielle au large de Monaco, un équipement valorisant les sciences et les loisirs, considéré par l’intéressé comme étant « d’abord un projet de pure imagination2 », développé à la suite d’une conversation avec Cousteau.


> Édouard Albert, Île artificielle au large de Monaco, dans : M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes, tome 3, Prospective et futurologie, p. 174.

Nous n’avons pas accès à ce qu’ont pu se dire l’architecte prospectif et le plongeur visionnaire, mais il est intéressant de s’arrêter sur la manière dont Cousteau évoque ce nouvel ami prématurément disparu peu de temps après leurs échanges. Ainsi, le pionnier de la plongée lui rend un hommage appuyé qui mérite d’être longuement cité pour ce qu’il nous apprend sur la manière dont le commandant voit l’architecture tout en s’impliquant dans une démarche de création qui ne le laisse pas indifférent :

« Il entre dans mon bureau. Je ne le connais pas. Je croise son regard qui brûle. Je sens que nous sommes déjà d’accord. Et pour longtemps. Ensuite, c’est du remplissage : convaincre un convaincu. Ses mains magiques échafaudent des structures, sa voix cassée exprime la fièvre, ses lèvres ironiques humanisent sa fougue. Ses tours de métal unissent l’air au sol et à la mer. Hypnotisé, j’entre dans le jeu. Ses tours deviennent des îles peuplées de papillons, d’hélicoptères, de poissons, de studios de télévision, de gorgones. Des tempêtes d’étoiles, une géométrie ménagère, des équations pour rire, des gerbes de joie, d’opulence et d’austérité.

La mer devinée le fascine, il y trempe un bout de peau pour y plonger ses rêves, en sort des barques de Viking en forme d’universités, de bibliothèques, des farandoles, coques de noix, fauteuils, archipels, stades, voiliers, partout des coques qui attendent l’étreinte de l’eau, la fête de l’homme et de la mer. Soudain, l’air qu’il respire avec avidité, l’étouffe, il trébuche, puis repart dans son univers moins oppressant que le nôtre, où tout est léger parce que solide, amusant mais calculé. Il m’entraîne, je réponds à sa gaieté par ma joie, et nous voilà d’emblée aux portes de l’amitié.3 »

Avec tout son lyrisme habituel, Cousteau évoque une rencontre avec un créateur passionné, qui transmute des tours en îles, qui s’inspire de la mer et des bateaux, qui semble y plonger pour y trouver son inspiration et créer des artefacts terrestres qui trouvent grâce aux yeux du pionnier de l’exploration des océans.

Cette capacité de donner un souffle poétique à la création architecturale ne fait pas pour autant de Cousteau un architecte, pour revenir à notre question initiale.

Cependant, l’architecture intéresse au plus haut point le fils aîné du pionnier des maisons sous la mer. En effet, Jean-Michel Cousteau a décidé d’embrasser cette carrière qu’il commence en s’associant avec un collaborateur d’Édouard Albert ! Les deux architectes s’associeront pour mener divers projets chacun de leur côté4, mais ils s’associeront également autour d’un autre projet d’île artificielle, comme le rappelle l’historien et membre du GIAP, M. Ragon :

« En 1970, un collaborateur d’Édouard Albert, François Marotti (né en 1924), le fils de Cousteau, Jean-Michel (né en 1938) et Daniel Audrerie (né en 1941) proposèrent ‘’Acrocean-City’’, tour flottante dont vingt-quatre niveaux sont immergés et sept au-dessus de la mer.5 »

Ainsi, la démarche de conception d’engins, équipements et maisons sous-marines du commandant, semble avoir suscité la vocation architecturale de son fils, qu’il nous faudra également interroger sur le rapport de son père à cet art de bâtir : un prochain épisode de notre recherche d’un Cousteau, architecte ?

Citer ce billet : “Cousteau et l’architecte Édouard Albert”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 29/06/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1329.
  1. M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes, tome 3, Prospective et futurologie, Paris, Casterman, 1978, p. 73. ↩︎
  2. Édouard Albert cité dans le livre de l’historien Bernard Marey, Édouard Albert, Centre Georges-Pompidou, coll. Jalons, 1998, p. 43. ↩︎
  3. Citation de Cousteau dans B. Marey, Op. cit., p. 43 (« Hommage à É. Albert », dans Les Lettres Françaises du 6 mars 1968). ↩︎
  4. François Maroti (et non « Marotti » comme l’écrivent Ragon et J.- M. Cousteau) se chargera notamment de la réalisation de la bibliothèque universitaire de Nanterre après la disparition de É. Albert. ↩︎
  5. M. Ragon, Op. cit., p. 160. ↩︎

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.