Parution : « Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin »

L’encre du livre est à peine sèche…
Yvanne Bouvet et Kimberley Page-Jones (dir.), Discours sur la mer. Résistances des pratiques et des représentations, Presses universitaire de Rennes, 2020.

…et il faut attendre la page 211, pour y trouver mon chapitre qui reste tout mouillé :
« Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin. Les maisons sous la mer des années 1960-1980. »

Ce texte qui renvoie au premier colloque où j’ai pu présenter ce qui était alors une nouvelle recherche (qui a bien avancé depuis…), en présentant les différentes expériences ou réalisations d’habitats sous-marins sur lesquels je m’appuie, mais aussi en insistant sur la différence entre discours verbal et visuel de conquête et discours d’habitation.

Conquête ou habitation, deux manières différentes d’envisager le dessous des mers.

La première renvoie à l’idée de “pénétration” d’un monde dangereux, hostile, inconnu qui doit susciter des performances ou exploits techniques sinon “virils”. Un environnement qui doit d’ailleurs être “exploité” comme on l’envisageait sans peine dans les années 1960-1970, qu’on pense au CNEXO qui affichait fièrement cet objectif, avant de se fondre dans l’Ifremer.

La seconde pouvant s’inscrire dans un même esprit conquérant, mais avec parfois une touche d’émerveillement, de plénitude, de plaisir d’être là dans un univers merveilleux qu’il faut apprendre à contempler ou à aimer. Ce qui nous renvoie au concept de topophilie que j’avais emprunté à Bachelard à propos d’un autre billet (“L’image d’un espace sous-marin, heureux“).

Les pionniers ne voient évidemment aucune contradiction entre le fait d’habiter et celui d’exploiter le pétrole ou d’autres ressources subaquatiques, tels les fameux nodule polymétalliques qui se forment dans les grands fonds. Leur discours bien rodé consiste au contraire à montrer qu’on exploitera mieux, plus rationnellement et économiquement, en résidant confortablement au fond des mers. Pourtant, cherchant à démontrer cela, qu’on peut habiter sans trop de risques et même avec un certain plaisir dans un habitacle immergé sous les eaux, ils construisent une autre représentation, celle d’un rapport plus pacifique, douce ou respectueuse avec un milieu naturel qu’ils aiment et où ils aimeraient se fondre.

Cette idée très seventies, présente chez Cousteau et même chez un certain nombre des premiers chasseurs sous-marins de la côte d’Azur des années 40-50, s’épanouira chez l’architecte Jacques Rougerie imaginant une civilisation de “mériens” qu’il continue d’appeler de ses voeux et tente de transmettre aux générations futures.

> Voir l’ouvrage sur le site de l’éditieur : www.pur-editions.fr ainsi que sa table des matières.

Citer ce billet : “Parution : « Discours de conquête et d’habitation de l’espace sous-marin »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 25/09/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1348.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.