Thérapie des profondeurs

> Extrait de l’article « Un océan de ressources » par Sylvain Courage,
L’Obs n° 2918 du 1er au 7 octobre 2020, p. 66-67.

Suite directe de mes précédents billets abordant la question du confinement (version sous-marine ou vu par un architecte de la mer) et à la difficile protection contre l’épidémie de Covid-19 au moyen de masques, je voudrais aborder brièvement la question des traitements ou de la rééducation post-traumatique par la plongée…

Comme on peut le lire dans l’extrait que j’ai photographié, l’article rend ainsi compte d’expériences menées dans le service hyperbare de Marseille (ville de la plongée s’il en est), démontrant que la pratique de la plongée sous-marine a permis de traiter différents cas sévères de souffrance psychique, le plus souvent post-traumatique (victimes d’attentats, etc.).

L’explication scientifique qui est rapportée par le journaliste indique que le niveau de stress des patients pouvait diminuer après avoir respiré sous l’eau, de l’air comprimé distribué au moyen d’un classique détendeur de plongée. Le médecin chef du service hyperbare apportant une analyse physiologique du phénomène en décrivant :

« l’effet dopaminergétique de l’exposition répétée à l’azote sous pression, la cohérence cardiaque améliorée par la ventilation sur le détendeur ainsi que la pleine conscience par un état de méditation involontaire1 »

Avant de commenter ces deux-trois effets anti-stress de la plongée à l’air comprimé, il est important de relever une erreur classique commise par le journaliste, d’autant plus importante qu’elle crée de la confusion quant à ce qu’avance le médecin. Avant de citer le spécialiste de médecine hyperbare, le journaliste de l’Obs évoque des patients « immergés avec palmes et bouteilles d’oxygène » ! Si l’oxygénothérapie existe aussi, cette plongée thérapeutique repose ici sur l’utilisation de classiques bouteilles d’air comprimé, c’est-à-dire de bouteilles permettant d’inhaler notre habituel mélange d’oxygène et… d’azote, comme le rappellent les premières pages de presque tous les manuels de plongée sous-marine. 


> Composition de l’air dans Ph. Molle2 et P. Rey, Plongée subaquatique,
éditions Amphora, [1972] 1977, p. 19. 

C’est donc ce fameux gaz neutre qui occupe 79 % de l’air que nous respirons qui sous pression serait donc responsable de la diminution d’un état de stress traumatique.

Jugé ici bénéfique, l’azote est également à l’origine de deux problèmes bien connus des plongeurs : la fameuse ivresse des profondeurs ou narcose à l’azote qui complique la plongée profonde (au-delà de 30 à 70 mètres selon les sujets), au point de devoir utiliser des mélanges respiratoires remplaçant l’azote par de l’hélium et/ou de l’hydrogène pour dépasser ce cap. Notons que cette ivresse, modérée, a sans doute quelque chose à voir avec l’effet déstressant démontré par la médecine hyperbare.


> L’ivresse des profondeurs illustrée par D. Sérafini, La plongée sous-marine,
(BD et manuel de plongée) Fayard-Mame, [1976] 1977, p. 593.

Le second problème lié à la présence d’azote ou d’autre gaz inerte dans l’air ou tout autre mélange respiratoire utilisé par les plongeurs est le risque d’accident de décompression. En effet, le gaz inerte s’accumule dans tout notre corps (sang, muscles, os, etc.) et doit donc en être évacué au cours de la remontée et du retour en surface sous peine de provoquer des barotraumatismes pouvant aller jusqu’à entrainer la mort. Ainsi, tous les manuels de plongée qui nous apprennent à y pallier par des… paliers de décompression.


> Accidents de décompression dans Ph. Molle et P. Rey, Op. cit., p. 42. 

Ce bref exposé reste incomplet si nous ne revenons pas à l’oxygène dont notre journaliste de l’Obs avait cru remplir les bouteilles des plongeurs. Effectivement, on peut imaginer qu’il serait plus simple de se débarrasser de l’enivrant et barotraumatisant azote, plutôt que de le remplacer par d’autres gaz inertes, moins grisants, mais n’empêchant pas de perdre du temps en paliers de décompression. Malheureusement l’utilisation de l’oxygène pur est également toxique en cas de longues inhalations à la pression atmosphérique, mais avec des effets démultipliés avec l’augmentation de la pression (hyperoxie). Il est donc dangereux de plonger à l’oxygène pur à plus d’une dizaine de mètres de profondeur, un exercice réservé aux militaires voulant éviter de se faire repérer par un panache de bulles remontant à la surface.

Dernier effet positif relevé par le spécialiste de médecine hyperbare, la simple respiration au moyen d’un détendeur qui favoriserait la cohérence cardiaque et pourrait ainsi nous plonger dans un état méditatif. Je ne peux que penser au « plongeur cosmique » joliment décrit par McLuhan, et qu’on retrouve dans tous les récits de plongée libre ou avec bouteilles décrites par Cousteau, Bernard Gorsky ou, plus près de nous, par Guillaume Néry4, pour ne citer que quelques noms.


> Je suis un plongeur cosmique (photo personnelle)

Je peux d’ailleurs décrire ma propre expérience de covidé au long cours, trop malade pour la médecine de ville et pas assez pour la médecine de guerre pendant et juste après le confinement : pression thoracique et tachycardie étaient mon quotidien5. Longtemps privé de mer par le grand confinement biopolitique, je me suis contenté du paracétamol réglementaire et de méditations offertes par Petitbambou.com. Dès la libération des plages, j’ai replongé avec palmes, masque et tuba. Je n’avais ni la force ni le souffle permettant de descendre profond, mais le simple fait de nager en respirant mécaniquement au moyen d’un tuba me permettait de réguler mon rythme cardiaque et de diminuer les douleurs thoraciques résiduelles. Effet respiratoire, et sans doute aussi, ce qu’oublie l’article, mais que connaissent bien les plongeurs et apnéistes, effet de l’eau froide agissant sur le visage et sur le corps en abaissant automatiquement le rythme cardiaque, comme un réflexe archaïque.

Pour conclure, en revenant au coeur de la problématique de l’habitat sous-marin, je voudrais rappeler que toutes ces questions d’azote et de paliers de décompression, sont les moteurs des programmes d’installation de maisons sur le plateau continental, comme disaient Cousteau, Link ou Bond. C’est en effet, pour éviter de remonter trop souvent et de faire de longs paliers en pleine eau, que les pionniers de la plongée ont imaginé qu’il vaudrait mieux ne pas remonter, en habitant au fond des mers. Il s’agit alors de plonger à saturation, c’est-à-dire en utilisant le fait que nos tissus finissent par être saturés d’azote à un point tel que le séjour sous-marin peut être prolongé presque indéfiniment, ou du moins, sans allonger les délais de désaturation-décompression. C’est ce raisonnement, pratique et économique, qui va permettre aux pionniers de l’habitat sous-marin de justifier leurs expériences et leur programme.

Citer ce billet : “Thérapie des profondeurs”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 09/10/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1355.
  1. Mathieu Coulange cité par L’Obs, op. cit. []
  2. Philippe Molle, architecte et plongeur, que je me permets de saluer au passage, en renvoyant à sa biographie. []
  3. Pour ceux qui souhaitent mieux connaître cet auteur : https://dominiqueserafini.com/bande-dessinees-abc-de-la-plongee []
  4. G. Néry, Profondeurs, Artaud Poche, 2016. []
  5. Voir le mot clé #apresj20 sur Twitter pour suivre l’actualité et accéder à un groupe de soutien efficace concernant ces cas de covid long. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.