L’invention d’une vie sous-marine

> À propos du livre de Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon,
Éditions de l’Homme sans Poids, 2017.

> Photo du Frédéric Dumas dans le célèbre nez sous-marin de la Calypso1

Passionné par l’univers sous-marin dévoilé par Un cinéaste nommé Cousteau, auquel il a consacré une biographie filmique, Franck Machu n’a pas pu résister à l’appel d’une autre figure essentielle de cette aventure Frédéric Dumas, un autre fils de la Méditerranée. J’aurais aimé en écrire une recension, mais j’ai mis du temps avant de lire ce gros livre qui ouvre de multiples pistes de réflexion que je vais suivre au risque de ne pas résumer la vie déjà fort riche et passionnante d’un pionnier de l’exploration des fonds sous-marins.

C’est en pleine discussion avec Franck Machu que j’ai eu la chance de croiser alors que j’étais à la recherche d’un mystérieux petit film que Cousteau a consacré à sa première expérience Précontinent2, que j’ai découvert la sortie de son ouvrage consacré à Dumas. Et bien que ne sachant pas très bien si ce dernier pouvait réellement apporter de nouvelles informations à ma recherche sur les habitats subaquatiques, j’ai été tenté par cette histoire et ai acheté ce gros ouvrage atypique, auto édité, soutenu et même enrichi par le musée Frédéric-Dumas de Sanary3. Peu importe le rôle exact de Dumas dans mon questionnement, il avait merveilleusement photographié Précontinent. Et surtout, j’avoue que je partage avec F. Machu et bien d’autres, l’envie de faire revivre et perdurer cette belle épopée des héros un peu oubliés de ma jeunesse.

Qui est donc Frédéric Dumas ?

C’est un nom qui a forcément retenu l’attention des tout premiers lecteurs du Monde du silence, le livre et non le film primé au Festival de Cannes, quelques années après.


>Le Monde du silence, réédité dans la Bibliothèque verte en 1957.

En effet, cet ouvrage de J.-Y. Cousteau (nom inscrit en grand !) a été écrit avec F. Dumas et sera d’abord publié en 1953 aux États-Unis grâce à James Dugan qui le traduira en anglais4. Pionniers de l’exploration sous-marine, Cousteau, Dumas et… Philippe Tailliez5, commencent par photographier et filmer les paysages du silence, qu’ils vont parfois présenter au public, avant de réaliser qu’il manque un livre narrant leur conquête et leurs exploits respectifs. Fort de son succès américain au début de l’année 1953, l’ouvrage paraît également en France au mois de décembre afin d’attendre la parution de Plongées sans câbles, l’ouvrage concurrent que Tailliez prévoyait également d’écrire en collaboration avec Dumas6. Tiraillé entre les deux officiers plongeurs en quête de reconnaissance de leurs faits et gestes sous-marins, notamment au sein du GERS7 Dumas a choisi Cousteau pour lequel il a fourni six chapitres sur les quatorze que compte le livre à succès8.

Cet épisode parmi beaucoup d’autres nous permet de mieux situer le rôle essentiel joué par Dumas dans l’histoire et le développement de la plongée sous-marine et tout l’intérêt de la minutieuse biographie qui lui est consacrée. Sans essayer de résumer ce gros livre, je veux souligner quelques aspects qui m’ont tout particulièrement intéressé au regard des recherches que je mène.

Une biographie étendue, un livre-archive

Tout d’abord, je voudrais décrire ce fort volume de plus de quatre cents pages, grand format sur deux colonnes serrées et denses, en plus d’être très richement illustré. Lourd à manier, ce livre-archive n’est ni une biographie ordinaire ni un « beau livre » en tant que tel, mais véritablement un gisement d’informations sur la vie et le parcours du pionnier de l’exploration sous-marine que fut Dumas. Si nous y suivons la vie de « Didi », c’est à partir de son journal personnel, en y retrouvant ses notes et croquis ou, encore, ses objets personnels ainsi que ses photos qui retracent toute cette aventure.

Ajoutons aussi que cette biographie étendue est également extensive, car c’est aussi un peu celle de… Cousteau, l’infatigable commandant, explorateur, cinéaste, chroniqueur et meneur d’hommes que fut le commandant au long cours. Comme nous l’avons vu précédemment, sans jamais être dupe des qualités et des défauts de « JYC », c’est ce dernier que Dumas choisit de suivre au bout du monde et au plus profond.

Ainsi, la biographie met en avant une sorte de double, plus modeste ou discret, du pionnier absolu, historique de cette aventure que restera Cousteau, second personnage de cette vie sous-marine.


> Frédéric Dumas, fils de Poséidon, le livre-archive.

Les inventions d’un second rôle

Si le commandant occupe le devant d’une scène de plus en plus médiatique, voire mondaine, alors que Dumas aspire à une vie simple et modeste, la biographie de ce dernier nous montre qu’il y joue un second rôle de tout premier plan. Sur un point qui m’intéresse tout particulièrement, le livre décrit minutieusement comment s’invente et se fabrique artisanalement un bon nombre d’outils essentiels à cette conquête du fond des mers : du masque bricolé par l’autodidacte Dumas et développé par d’autres au très sophistiqué détendeur silencieux (conçu par Dumas, mais breveté sans lui), aux premières tables de plongée françaises dont Didi reprend les calculs, et au premier manuel de plongée dont il est un des principaux contributeurs, etc. De la Spirotechnique à Beuchat9, jusqu’au GERS ; sans diplômes, mais armé d’une ingéniosité qui n’a d’égale que sa modestie, Dumas participe à la production ou l’amélioration des équipements essentiels à la découverte du monde sous-marin. S’il ne va pas jusqu’à participer à la conception des plus gros engins comme les soucoupes plongeantes ou les maisons sous la mer développées par l’OFRS de Cousteau, il est pourtant impliqué dans l’expérimentation et les premières esquisses du futur FNRS 3 et, enfin, il participera également aux transformations de la Calypso dont son fameux faux nez dans lequel il sera photographié10.


> Croquis de F. Dumas (p. 29) 

Le GERS au-delà des pionniers

La biographie de Dumas nous permet de suivre l’évolution du GERS et, peut-être de comprendre pourquoi la France n’a pas su conserver l’avance que lui avait donnée ses pionniers. Rappelons que le Groupe d’études et de recherche sous-marines a été créé à l’initiative de Cousteau et Taillez (qui en prendra le commandement) pour doter la Marine d’un pôle d’innovation dans le domaine de la plongée au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Si cette institution originale et inventive est bien connue grâce aux récits héroïques qu’en ont faits Cousteau et Tailliez11, on la suit avec Dumas sur une période beaucoup plus longue, et qui montre notamment la reprise en main opérée par la bureaucratie militaire. Autodidacte et civil au statut dérogatoire dans cette institution, Dumas y incarne peu à peu le dernier représentant d’une génération de pionniers dont il faut sans doute conserver le souvenir ou le prestige (surtout quand il s’agit de Cousteau), tout en en limitant la liberté ou l’initiative. Cette évolution douloureusement vécue par Didi entre deux permissions aventureuses sur la Calypso, nous permet de mieux mesurer la réduction de l’engagement militaire français dans le grand projet de conquête-colonisation du plateau continental. Ainsi, rappelons que contrairement à l’US Navy ou à d’autres institutions scientifiques du monde entier, la France ne développera aucun programme d’habitat sous-marin… après celui de Cousteau qui prendra fin avec la crise de l’Argyronète12.

L’écologie des pionniers

Enfin, dernier point passionnant et très actuel, celui d’une invention de l’écologie. Portraits croisés de Dumas et de Cousteau, la biographie de Didi fait ressortir deux parcours et deux types d’engagements vis-à-vis d’un milieu naturel découvert, révélé et défendu différemment par chacun d’entre eux. Comme la plupart des pionniers de la Côte d’Azur, Dumas et Cousteau commencent leur aventure en tant que chasseurs-cueilleurs des fonds marins. C’est encore cette posture qui se fait jour dans les scènes de massacre inutile aujourd’hui reprochées au grand film Le Monde du silence (1956). C’est néanmoins ces chasses nécessaires au temps des disettes de l’Occupation, ces regards émerveillés suscités par l’appât de poisson puis d’amphores ou de trésors engloutis, qui ont permis de contribuer à la construction d’une préoccupation environnementale qu’on voit poindre chez Cousteau et qui se manifeste plus discrètement chez Dumas. Leurs chemins divergent. Le cinéaste nommé Cousteau cherchera à faire aimer et connaître ce monde sous-marin aux générations futures afin qu’elles s’engagent à le protéger. Pour y parvenir, le Captain Planet, sillonnera le monde à bord du supersonique Concorde, occupera les écrans de télévision et rencontrera les puissants de ce monde. Plus modestement, d’une façon plus existentielle, Dumas poursuivra sa vie d’ascète retiré dans sa maison de Sanary suivant une voie aujourd’hui plébiscitée et pleine d’avenir.

Avec leurs styles de vie différents qui ne semblent pas avoir entamé leur longue amitié, les deux pionniers incarnent ainsi deux voies possibles des choix écologiques qui s’offrent encore à nous.

Enfin, pour revenir aux habitats sous-marins notre sujet de prédilection, si Didi ne participe pas à la genèse des différentes déclinaisons de Précontinent, il nous donne néanmoins des pistes sur leur conception. Bricoleur-concepteur de petits équipements essentiels à l’exploration subaquatique, de la plage au GERS, Dumas co-conçoit avec Cousteau (et bien sûr beaucoup d’autres ingénieurs) des engins plus complexes comme l’esquisse d’un bathyscaphe vraiment marin ou, plus tard, le nez immergé de la Calypso. Employé au GERS, il ne participera pas aux activités de l’OFRS ou du CEMA (les bureaux d’études de Cousteau), mais il en sera le testeur ou le critique sous-marin toujours avisé. Rappelons également qu’il aurait aimé être l’un des océanautes de Précontinent II, qu’il sera le premier à habiter (presque à squatter la toute première nuit13), mais Cousteau souhaitera le voir travailler sur le scénario du film de l’opération dont il documente les préparatifs avec son Calypso-Phot14. Un rôle qui me permet aujourd’hui d’utiliser ses belles photos du village sous-marin, qu’il en soit éternellement remercié15 !

Citer ce billet : “L’invention d’une vie sous-marine”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 23/10/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1372.
  1. F. Machu, Op. cit., p. 203. []
  2. Intitulé Maisons sous la mer, les océanautes, ce court-métrage de 1962, semble définitivement disparu des archives de Cousteau, mais c’est une autre histoire. []
  3. En effet, le musée Frédéric-Dumas met en ligne sur son site web un moteur de recherche indexant la totalité du livre, un outil très pratique qui va dans l’esprit livre-archive que je développe plus loin. []
  4. Même si Cousteau et Dumas maîtrisent parfaitement cette langue. []
  5. Une bande de pionniers que Tailliez baptisera poétiquement les « Mousquemers », cela des années plus tard dans un mouvement compliqué de revendication d’une paternité et/ou d’une préséance dans cette conquête physique, technologique et médiatique du nouveau monde sous-marin. []
  6. Ph. Tailliez, Plongées sans câbles, Arthaud, 1954, voir aussi mon billet consacré au bathyscaphe. []
  7. Groupe d’études et de recherches sous-marines qu’ils créeront et animeront au sein de la Marine nationale française après la Libération et qui emploiera le civil Dumas durant toute sa vie professionnelle. []
  8. Suivant les manuscrits retrouvés dans les archives de Dumas par F. Machu, Op. cit., p. 220. []
  9. L’entreprise d’équipement sous-marin créée par Georges Beuchat avec lequel Didi conçoit des palmes innovantes, etc. []
  10. Voir photo d’ouverture de ce billet. []
  11. Le Monde du silence et Plongées sans câble comprennent chacun un chapitre consacré au GERS ! []
  12. Un sous-marin crache plongeurs pensé comme une véritable maison sous la mer mobile. Rappelons aussi, qu’il faudra attendre les années 1980 pour qu’une entreprise française, la Comex, reprenne en charge le sous-marin de Cousteau et participe activement à l’expérimentation d’un habitat sous-marin conçu et porté par l’architecte Jacques Rougerie. []
  13. F. Machu, Op. cit., p. 270-271. []
  14. Le nouvel appareil photo sous-marin mis au point avec son concours, commercialisé par la Spirotechnique avant d’être repris par Nikon. []
  15. Ainsi que Juliette et François Tilquin, sa fille et son gendre, toujours disponibles pour faire vivre ce précieux héritage d’un pionnier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.