Encore une première « maison » sous l’eau ?


> Une première maison sous la mer conçue par Simon Lake en 1919 ?

La question de la première maison sous-marine ou subaquatique est un tube sans fond, je l’ai déjà abordée, mais un nouvel exemple américain m’incite à l’évoquer à nouveau.

Commençons par rappeler les épisodes précédents. Comme j’ai pu l’écrire plusieurs reprises, on peut commencer par la première expérience se pensant, se présentant (et s’expérimentant) comme telle en commençant par le cylindre de Man-in-Sea (noté I, par la suite) conçu par Edwin Link et habité par Robert Sténuit dans la baie de Villefranche en 1962. On peut tout aussi bien lui préférer ce que dit et fait Jacques-Yves Cousteau qui immerge son cylindre surnommé Diogène, premier opus de son programme Précontinent, quelques jours après celui de Link, mais offrant plus de confort puisqu’il accueille deux personnes sans compter les visiteurs, pour un séjour long (une semaine complète) à une profondeur moindre, finalement plus sûre et habitable : seulement 10 mètres pour les hommes de Cousteau, contre 60 pour Sténuit plongeant pour Link. 

Relevons que la poursuite d’un record de profondeur peut se retourner contre celle de l’habiter, et les prudents océanautes peuvent être considérés comme de paisibles habitants des mers, en renvoyant Sténuit du côté des aventuriers des grands fonds, semblable à son prédécesseur suisse Hannes Keller pris dans le même mouvement incitant à y voir le premier des « trois Diogènes » de l’année 1962.

Sans vouloir éluder la question de la première maison sous-marine, cet inévitable débat montre bien qu’on a affaire à une logique de compétition et de conquête du milieu sous-marin jouant sur deux dimensions : spatiale (descendre plus profond) et/ou temporelle (rester plus longtemps). Deux paramètres que tout plongeur a pris l’habitude de visualiser dans les représentations des courbes de sécurité (plongée sans paliers) et, bien entendu, dans les tables de plongée qui permettent de gérer ces fameux paliers. Pour revenir à nos « trois Diogènes », certains pensent descendre au plus profond (Keller), quand d’autres souhaitent descendre et rester, sinon habiter (Link/Sténuit), tandis que les derniers s’installent pour habiter longuement (océanautes de Cousteau).

S’il est finalement assez simple de classer ces expériences, il est plus compliqué de déterminer quels sont les premiers « projets » de maison sous la mer.

Certains remontent au tonneau utilisé par Alexandre le Grand, suivi d’autres cloches de plongée qui nous conduisent tout droit à la tourelle utilisée par H. Keller et au débat sur la nature profonde du cylindre de Link ‘’Submerged Décompression Chambre’’ ou « maison ». Tandis que la question du SDC nous ramène à Sir Robert Davis, ingénieur et concepteur d’équipements pour la célèbre compagnie Siebe & Gorman, généralement crédité du premier projet d’habitat subaquatique destiné à abriter des scaphandriers entre deux interventions.

On considère généralement que ce projet d’habitat dessiné par Davis dans les années 1930, constitue la principale source d’inspiration de George Bond qui poursuivra ces recherches dès les années 1950 pour l’US Navy dans le cadre du programme Genesis, première étape avant la mise à l’eau de Sealab (I en 1964).

Dans la biographie qu’il a consacrée à Cousteau, Richard Munson indique une autre source :

« Afin de concevoir les équipements nécessaires pour des séjours sous-marins de longue durée, Bond étudia les plans de Simon Lake, un ingénieur américain, qui avait imaginé en 1918 de construire une série de dépôts d’approvisionnement dans lesquels les plongeurs auraient pu pénétrer par un sas situé sur le ventre de leur submersible. »1

Concepteur de sous-marins notamment pour l’US Navy dès 1894, Simon Lake semble avoir été évincé de ce marché par la suite au point de se reconvertir dans les dispositifs de renflouement et sauvetage sous-marin. C’est dans ce cadre civil, que se situe l’engin présenté au moyen d’une coupure de presse semblant indiquer que cette invention de 1919 a été mise en oeuvre et même utilisée à Long Island2.

« BUILT TO SALVAGE BILLIONS FROM OCEAN
RIDGEPORT, CONN.—Walking dry-clad in six fathoms of water on the floor of Long Island Sound, 50 men and women guests of Simon Lake, inventor of the submarine, tried out his new device that is intended to salvage from the floor of the ocean billions of dollars in gold and treasure sunk by submarine and wreck during the war. From the operating vessel a steel tube four and a quarter feet in diameter is conected to a flatiron-shaped compartment. The observers crawl through the tube to this compartment and the tube is forced downward until the compartment rests on the floor of the ocean, or over a vessel to be salvaged and a metallic hatch is opened. Compressed air pumped in keeps seawater out. A suction equipment will lift 300 tons of coal an hour. The dotted line outlines the tube to the diving chamber and the arrow shows its course in lowering to the ocean bed. »3

Quoi qu’il en soit de sa réalisation et de son expérimentation sur lesquels nous n’avons pas suffisamment d’informations même si l’autobiographie de Lake décrit précisément un système sophistiqué où l’abri subaquatique intervient en renfort d’un bateau équipé d’un tube permettant d’aspirer le charbon des épaves, mais en mobilisant aussi des scaphandriers et l’Argonaut (son sous-marin).


> Schéma du tube de S. Lake présenté dans son autobiographie4

Quoi qu’il en soit, ce système industriel semble assez proche de ce que visent les premières maisons sous la mer. Cette ressemblance fonctionne y compris dans l’ambition de renflouer des trésors engloutis qui fut également partagée par Link ou Sténuit. Cette application a très probablement été envisagée par Cousteau, également fort occupé dans les années 1950 par le long chantier d’archéologie sous-marine du Grand-Congloué, non loin du futur site où il installera Diogène, sa toute première véritable maison sous la mer. 

Citer ce billet : “Encore une première « maison » sous l’eau ?”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 11/11/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1389.
  1. Richard Munson, Cousteau. Le commandant et son monde, Ergo-Press, 1989, p. 136. []
  2. Toutefois, l’expérience des projets d’architectes m’incite à me méfier de ce type de propos qui peut tout aussi bien rester dans le domaine du possible et du projet, réalisé ou pas. Ces données sont donc à compléter ultérieurement. []
  3. Retranscription du texte de l’article consacré au système développé par Simon Lake pour renflouer des épaves contenant du charbon ou d’autres cargaisons. []
  4. Submarine. The Autobiography of Simon Lake, D. Appleton-Century Inc., New York London, 1938, p. 134-135. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.