Confinement, version sous-marine PUBLIÉE

Ce carnet de recherche sert d’abord à écrire la recherche en train de se faire, mais aussi de rendre compte de ses résulats et publications. J’ai donc le plaisir d’y annoncer la publication “papier” d’un article issu d’un billet « CONFINEMENT, version sous-marine » initialement posté sur ce blog scientfique le 23 mars 2020.

Rappelons que ce propos avait rencontré un petit succès d’estime puisqu’il avait été mis en avant sur la page d’accueil hypotheses.org avant de susciter un petit article de La Lettre de l’InSHS (n° 65, mai 2020, p. 34).

Représentatif de l’année écoulée, une version enrichie de ce texte est aujourd’hui publiée dans la revue de l’Ensab, Exercice(s) d’architecture n°9 (diffusée par les Presses du Réel). Si l’essentiel de la revue s’intéresse à la question de « L’autonomie de l’architecture », entendue comme autonomie des concepteurs-créateurs face à diverses contraintes, mon article vient après ce dossier. Néanmoins, comme j’ai pu le montrer ailleurs, il est indéniable que l’architecture sous-marine est une activité s’exerçant sous de fortes contraintes techniques tout en visant une autre forme… d’autonomie chère aux océanautes (énergétique, respiratoire 😉

Mais il n’y a pas que l’architecture subaquatique dans ma pratique de chercheur, je signale également mon autre contribution s’inscrivant pleinement dans ce dossier thématique en questionnant l’impossible hétéronomie de l’architecture…

Bonne lecture…

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christophe Camus (11 janvier 2021). Confinement, version sous-marine PUBLIÉE. Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.