Première fenêtre ouverte sous la mer [1] Enfermés…


> Réfugiés sur la coque du Nautilus, ill. Vingt mille lieues

Vingt mille lieues sous les mers, le célèbre roman de Jules Verne, a eu une influence considérable sur l’imaginaire de la conquête de l’espace sous-marin, mais également sur ses projets d’habitation1. Il est donc intéressant de suivre ce roman dont l’intrigue tient à l’espace d’un bâtiment sous-marin, le célèbre Nautilus2. 

PREMIÈRE PARTIE : ENFERMÉS…

Avant une éventuelle colonisation du « plateau continental » et autres désirs d’habiter sous la mer, il a fallu vaincre les peurs et résistances vis-à-vis d’un environnement longtemps perçu comme hostile ou inhospitalier3. La plupart des histoires de la pénétration de l’homme sous la mer, remontent à Alexandre le Grand et se poursuivent avec d’autres aventuriers modernes capables de s’y engager courageusement4. Le prolongement moderne de ces récits héroïques sera le plus souvent militaire ou industriel. La généralisation ou socialisation qui étend l’accès de ces pratiques à un plus grand nombre de personnes, implique « une “révolution douce” où progressivement l’idée d’aller sous l’eau sans y travailler fait son chemin », selon les termes de l’historien de la plongée sous-marine Vianney Mascret. Ce dernier voit cette idée s’exprimer pleinement dans un roman de Jules Verne : Vingt mille lieues sous les mers5. Selon l’historien qui s’attache aux différentes innovations permettant le développement de la plongée, avec au XIXᵉ siècle, le scaphandre Cabirol ou le régulateur Rouquayrol-Denayrouze mentionné dans le roman, l’écrivain d’anticipation et d’explorations diverses, dispose très probablement de bonnes sources d’information sur ces nouveaux équipements par la lecture des gazettes scientifiques, la fréquentation de l’Exposition Universelle de 1867 et, également, parce qu’il « réside 54 Faubourg Montmartre alors que les ateliers de l’entreprise Cabirol sont situés au 17 de la même rue », avec « deux statues miniatures de scaphandriers à l’entrée des ateliers »6.

Sans détailler les sources ou la véracité des connaissances techniques mobilisées par le romancier, il semble intéressant de revenir sur son célèbre roman d’aventures sous-marines pour montrer précisément comment il ouvre une première fenêtre sous la mer. Métaphoriquement et plus littéralement, sinon architecturalement, cette aventure vise à explorer, à expliquer et à regarder ce qui se passe sous les mers au moyen du Nautilus, un vaisseau capable de naviguer confortablement dans les profondeurs inviolées des océans, cela en y ouvrant de larges fenêtres permettant d’en contempler toute la beauté et les richesses.

Suivons les héros de cette aventure en deux temps, deux épisodes. Le premier épisode nous conduira à la rencontre et, surtout, à la découverte de l’intérieur du Nautilus, le sous-marin où les héros du roman sont enfermés, retenus prisonniers. Le second épisode verra s’ouvrir la première fenêtre sous la mer dans un mouvement qui nous entrainera à la découverte de ce nouveau milieu.

Enfermés… sous la mer

Vingt mille lieues sous les mers est une quête de connaissances scientifiques qui s’enclenche par la recherche d’un monstre marin, un « narwal »7 géant qui terrorise les marins, inquiète les autorités et intrigue un spécialiste de la faune marine, le professeur Aronnax8. À la poursuite du monstre sur un bateau spécialement affrété, le scientifique, son fidèle serviteur dénommé Conseil et le chasseur de baleines Ned Land, finissent par le croiser et l’affronter dans un combat où ils font naufrage avant d’échouer sur la coque de ce qui s’avèrera être le fameux Nautilus !

Secourus par l’équipage du vaisseau, mais immédiatement enfermés dans une cabine sans éclairage, les naufragés sont alors confrontés à un nouveau mystère à éclaircir : quel est cet engin et à qui appartient-il ?



> Enfermés dans une pièce aux parois métalliques, ibid.

Plongés dans ces réflexions, leur « prison s’éclaira soudain », annonce le narrateur, et le montre une des gravures illustrant le roman. Sortis de la pièce aux murs de métal riveté où ils étaient confinés, les trois naufragés font alors connaissance avec le capitaine Nemo. Celui-ci leur annonce qu’ils sont dorénavant prisonniers du Nautilus, mais qu’ils ne devraient pas le regretter. Une promesse qui s’adresse tout particulièrement au professeur Aronnax, auteur d’un grand livre sur le fond des mers, à qui le capitaine offre l’occasion unique de dépasser les faibles possibilités d’investigations offertes par la « science terrestre » :

« Vous allez voyager dans le pays des merveilles. […] Je vais revoir dans un nouveau tour du monde sous-marin, – qui sait ? le dernier peut-être, – tout ce que j’ai pu étudier au fond de ces mers tant de fois parcourues, et vous serez mon compagnon d’études. À partir de ce jour, vous entrez dans un nouvel élément, vous verrez ce que n’a vu encore aucun homme, – car moi et les miens nous ne comptons plus, – et notre planète, grâce à moi, va vous livrer ses derniers secrets. »

Prisonniers d’un mystérieux engin sous-marin, les naufragés sont embarqués dans une campagne d’exploration scientifique totalement inédite pour la science océanographique de l’époque limitée à rester à la surface de son objet d’étude.

On peut noter que cette situation romanesque préfigure une posture de généralisation de l’observation qui se prolongera un siècle plus tard, en passant la tête sous l’eau ou en y séjournant de manière prolongée. Une position qui sera notamment inaugurée par le professeur Raymond Vaissière, le biologiste marin qui participera activement à l’opération Précontinent II (1963), du commandant Cousteau. C’est également ce qui justifiera les projets d’habitats-laboratoires sous-marins conçus par l’architecte Jacques Rougerie, tout au long des années 1970-80.

Retournons au cœur du Nautilus, en faisant l’hypothèse que son espace intérieur va servir à structurer l’intrigue de ce roman de J. Verne9. La visite du bâtiment commence par la salle à manger où le scientifique est convié à déjeuner. Après avoir suivi « une sorte de couloir électriquement éclairé, semblable aux coursives d’un navire », le professeur entre dans « une salle à manger, ornée et meublée avec un goût sévère ». 


> Salle à manger du Nautilus, ibid.

Tout n’y est que bois précieux et vaisselle étincelante qui constituent un intérieur bourgeois semblant se démarquer de l’espace métallique de la cabine où il était précédemment retenu. Ressemblant à un intérieur qu’on pourrait rencontrer dans n’importe quelle maison terrestre, cet environnement rappelle néanmoins la mer par la composition des mets qui y sont dégustés. Tous les propos de table consistent à identifier ces aliments, clairement reconnaissables ou imitant des produits terrestres. Cette richesse des ressources marines ne se limite pas à la nourriture, mais sert également à une infinité d’autres applications, ce qui permet au capitaine Nemo d’exprimer le rapport qu’il entretient à un environnement où il a décidé de vivre : « Tout me vient maintenant de la mer comme tout lui retournera un jour ! » Ou encore :

« La mer est tout ! Elle couvre les sept dixièmes du globe terrestre. Son souffle est pur et sain. C’est l’immense désert où l’homme n’est jamais seul, car il sent frémir la vie à ses côtés. »

Mêlant des considérations philosophiques, des constats scientifiques, sans oublier d’y adjoindre une dimension politique libertaire que ne renieraient pas les libertariens adeptes du Seasteading10, ces échanges incitent tout à la fois, à aimer, connaître, exploiter, coloniser et habiter ce nouveau milieu de façon raisonnée11. Un type de discours que Cousteau pourra tenir un siècle plus tard dans un habitat sous-marin tout aussi convivial, mais avec une décoration beaucoup moins bourgeoise.

Après déjeuner, le capitaine Nemo invite le scientifique à une promenade digestive à travers le Nautilus. Pour ces deux hommes épris de connaissance, la visite commence par bibliothèque qui occupe une pièce aussi vaste que la précédente. Décorée et meublée tout aussi bourgeoisement, avec ses « hauts meubles en palissandre noir, incrustés de cuivres », l’endroit est une inépuisable source de savoirs avec son « grand nombre de livres uniformément reliés », accueillant avec ses « vastes divans, capitonnés de cuir marron, qui offraient les courbes les plus confortables », et bien éclairé grâce à une omniprésente « lumière électrique ». Lieu élégant, confortable et clos, cette bibliothèque a surtout le mérite d’exister dans cet engin inhabituel dans lequel le professeur se prépare à un long séjour studieux. Après avoir énuméré une partie de la richesse intellectuelle des rayonnages qui est comparée à ceux dont disposait le savant dans son muséum, puis avoir traversé le fumoir garni de cigares fabriqués à base d’algues, les deux hommes pénètrent dans un « vaste quadrilatère à pans coupés », un salon-musée « dans lequel une main intelligente et prodigue avait réuni tous les trésors de la nature et de l’art ».


> Un salon-musée à la gloire de la mer, ibid.

La collection est riche « en plantes, en coquilles et autres productions de l’Océan, qui devaient être les trouvailles personnelles du capitaine ». Refermant la porte de ce cabinet de curiosité, le capitaine conduit alors son hôte vers ses nouveaux appartements, « non pas une cabine, mais une chambre élégante, avec lit, toilette et divers autres meubles ». La cellule semble confortable, presque à l’inverse de celle du capitaine « sévère, presque cénobitique », avec une « couchette de fer, une table de travail, quelques meubles de toilette », rien que le « strict nécessaire, seulement ».

La visite s’arrête là, dans sa représentation d’un intérieur qui évoque celui d’une belle demeure meublée avec gout par un homme cultivé et savant. Presque imperceptible, les fonds marins n’y sont évoqués qu’à travers les matériaux ayant servi à fabriquer certains objets (les cigares d’algues séchées), la thématique des ouvrages, les objets qui servent de décor, etc. Si toutes pièces communiquent entre elles, aucune d’entre elles ne semble s’ouvrir sur un univers sous-marin qui paraît bien éloigné, comme tenu à distance.


> Un espace technique et machinique, ibid.

Reprenant la visite sous un angle résolument technique, le chapitre vante la magie du « tout par l’électricité ». Il détaille les équipements et le fonctionnement du sous-marin en examinant ses prouesses énergétiques : l’utilisation de l’électricité produite à partir du « charbon de mer », de la houille extraite sous la mer. Préfigurant les futurs sous-marins nucléaires, même l’air nécessaire à la respiration des occupants pourrait être produit ainsi s’il n’était pas plus simple de remonter à la surface pour emmagasiner ce précieux gaz au moyen de pompes, électriques souligne le capitaine. 

Le parcours des espaces habitables et techniques du Nautilus, permet au scientifique de se faire une idée plus précise du vaisseau subaquatique dans lequel il est retenu prisonnier avec ses compagnons :

« En effet, je connaissais déjà toute la partie antérieure de ce bateau sous-marin, dont voici la division exacte, en allant du centre à l’éperon : la salle à manger de cinq mètres, séparée de la bibliothèque par une cloison étanche, c’est-à-dire ne pouvant être pénétrée par l’eau, – la bibliothèque de cinq mètres, – le grand salon de dix mètres, séparé de la chambre du capitaine par une seconde cloison étanche, – ladite chambre du capitaine de cinq mètres, – la mienne de deux mètres cinquante, – et enfin un réservoir d’air de sept mètres cinquante, qui s’étendait jusqu’à l’étrave. Total, trente-cinq mètres de longueur. Les cloisons étanches étaient percées de portes qui se fermaient hermétiquement au moyen d’obturateurs en caoutchouc, et elles assuraient toute sécurité à bord du Nautilus, au cas où une voie d’eau se fût déclarée. »

La reconstitution mentale des lieux permet d’envisager la possibilité de s’en échapper, en relevant notamment l’existence d’un canot couvert et étanche accroché à la coque du sous-marin, spécialement conçu pour être largué sous l’eau et remonter à la surface. En attendant l’occasion de s’en servir, les visiteurs poursuivent leur chemin à travers la cuisine, puis la mystérieuse salle des machines qui produit toute cette électricité. Complétant la description par « Quelques chiffres », le chapitre suivant met à jour le plan de ce bateau :

« C’est un cylindre très-allongé, à bouts coniques. (…) La longueur de ce cylindre, de tête en tête, est exactement de soixante-dix mètres, et son bau, à sa plus grande largeur, est de huit mètres. »

L’étude du plan fait l’objet d’une illustration montrant les deux hommes confortablement assis dans le divan d’un salon bourgeois. La scène qui pourrait être rapprochée de celle du film Le Monde sans soleil (1964), où le commandant Cousteau dessine Précontinent II attablé dans la salle à manger de sa seconde grande maison sous-marine. Le Nautilus ne ressemble pas à la maison en forme d’étoile de mer de Précontinent II. L’engin du capitaine Nemo reste clos sur lui-même. Aucune échappatoire, hormis le canot étanche largable, et surtout aucune fenêtre ouverte sous la mer, tout au long de cette présentation du confortable sous-marin ! Il faut attendre un retour à la surface, à midi pour faire le point, afin que le scientifique puisse contempler l’extérieur du bâtiment qu’il avait confondu avec un monstre marin. Une belle illustration montre comment « Le capitaine Nemo prit la hauteur du soleil », en laissant apercevoir les hublots du poste de commande de l’engin (voir le début de la seconde partie [2] Ouverture). Ces petites ouvertures fonctionnelles peuvent être rapprochées des hublots de faible dimension (60-80 cm de diamètre) qu’on retrouvera sur les tout premiers cylindres sous-marins de Link ou de Cousteau.

Ce n’est pas encore la première fenêtre ouverte sous la mer !  [Suite au prochain épisode…]

Citer ce billet : “Première fenêtre ouverte sous la mer [1] Enfermés…”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 10/03/2021. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1447.

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Que l’on pense aux livres de J. Rougerie : Les enfants du capitaine Nemo (écrit avec H. Verlomme, 1986) ; à De Vingt mille lieues sous les mers à SeaOrbiter (2010). 

2 Rappelons que le nom de l’engin du capitaine Nemo est emprunté par J. Verne à un sous-marin réel conçu par l’américain Robert Fulton qui le proposera au Directoire et à Bonaparte pour briser le blocus anglais. Le Nautilus de Fulton inspirera celui de Verne.

3 Voir le classique : Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion, coll. Champs, (1988) 1990.

4 Claude Riffaud, La grande aventure des hommes sous la mer, Paris, Albin-Michel, 1988. 

5 V. Mascret, L’aventure sous-marine : Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985), Université Claude Bernard – Lyon I, 2010, p.24.

6 Ibid.

7 Un « narval » (licorne des mer) selon l’écriture actuellement utilisée.

8 Jules Verne, Vingt Mille Lieues sous les Mers, 1871, Publications Ebooks libres et gratuits [www.ebooksgratuits.com]. Ayant travaillé sur une édition numérique du livre, plutôt que d’indiquer systématiquement les références des pages citées, je renvoie aux indications de partie, chapitre et… aux possibilités de recherche dans le texte offertes par la plupart des logiciels de lecture des PDF, ePub, etc.

9 Ph. Hamon, Exposition. Littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989. 

10 « La mer n’appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s’y battre, s’y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s’éteint, leur puissance disparaît ! Ah ! monsieur, vivez, vivez au sein des mers ! Là seulement est l’indépendance ! Là je ne reconnais pas de maîtres ! Là je suis libre ! »

11 Préfigurant les prises de position du commandant (« captain ») Cousteau, on peut relever les considérations écologiques du capitaine Nemo dans la partie II, chapitre « XII Cachalots et baleines » : « En détruisant la baleine australe comme la baleine franche, êtres inoffensifs et bons, vos pareils, maître Land, commettent une action blâmable. C’est ainsi qu’ils ont déjà dépeuplé toute la baie de Baffin, et qu’ils anéantiront une classe d’animaux utiles. Laissez donc tranquilles ces malheureux cétacés. Ils ont bien assez de leurs ennemis naturels, les cachalots, les espadons et les scies, sans que vous vous en mêliez. » Observation qui est, elle-même, reprise à son compte par l’homme de science : « Cependant, le capitaine avait raison. L’acharnement barbare et inconsidéré des pêcheurs fera disparaître un jour la dernière baleine de l’Océan. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.