Cousteau était-il « cornucopien » ?

Ma dernière publication, « Cousteau à la Nasa », pas forcément très architecturale, mais quand même intéressée par les projets de colonies de l’espace développés par Gerard O’Neill.

Pour savoir si vous êtes « cornucopien », ou tout contre, je vous conseille de lire l’avertissement de la rédaction de Terrestre qui donne un résumé des échanges que j’ai eus avec l’historien de l’environnement François Jarrige sur l’opportunité de publier un article se contentant de restituer aux lecteurs français et de contextualiser des échanges de 1976, entre Stewart Brand, Cousteau et le numéro deux de la Nasa.

Stewart Brand est sans aucun doute personnellement visé par le terme « cornucopien », mais c’est sans doute plus compliqué que cela, si on se fie à Wikipédia qui réfère cette théorie à Julian Lincoln Simon et son livre The Ultimate Resource (1981). En effet, comme je l’ai rappelé dans l’article, Brand est un élève et disciple de Paul R. Ehrlich (The Bomb P, 1968) qui discutera fermement les thèses de J. L. Simon. Quoi qu’il en soit, ils étaient sans doute tous technophiles, comme pouvait l’être ce grand architecte cornucopien-en-chef : Richard Buckminster Fuller, un autre maître à penser de S. Brand.

Lorsque même le président Macron nous dit qu’on ne sait plus rêver aux étoiles… pour expliquer que la vieille Europe ne sait plus vraiment produire de vaccins, pas plus que des masques ou respirateurs, on comprend mieux d’où ça vient…

Citer ce billet : “Cousteau était-il « cornucopien » ?”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 25/03/2021. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1464.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.