Première fenêtre ouverte sous la mer [2] Ouverture…


> Le Nautilus et ses fameux hublots, ill. Vingt mille lieues…

Vingt mille lieues sous les mers, le célèbre roman de Jules Verne, a eu une influence considérable sur l’imaginaire de la conquête de l’espace sous-marin et ses projets d’habitation. Après un premier épisode qui nous a permis de parcourir l’intérieur (bourgeois) du Nautilus, poursuivons la lecture de ce roman très confiné jusqu’à l’ouverture d’une première fenêtre sous la mer.

DEUXIÈME PARTIE : OUVERTURE…

Si le court séjour sur le pont du Nautilus ne permet pas l’évasion des prisonniers, cette possibilité fait son chemin chez les protagonistes de cette aventure… Le bouillonnant compagnon d’infortune du scientifique, Ned Land s’enquiert de tous les moyens de s’évader. Cela tandis que le professeur l’invite à patienter, à s’évader par l’esprit en s’intéressant au « chef-d’œuvre de l’industrie moderne » qu’incarne à ses yeux le sous-marin, et même à « voir ce qui se passe autour ». Ce type de réponse exaspère le marin canadien qui s’emporte contre la « prison de tôle ! » où il est retenu et ne trouve vraiment rien à voir… Quand soudainement, les fenêtres de l’engin s’ouvrent sous la mer :

« Soudain, le jour se fit de chaque côté du salon, à travers deux ouvertures oblongues. Les masses liquides apparurent vivement éclairées par les effluences électriques. Deux plaques de cristal nous séparaient de la mer. Je frémis, d’abord, à la pensée que cette fragile paroi pouvait se briser ; mais de fortes armatures de cuivre la maintenaient et lui donnaient une résistance presque infinie.
La mer était distinctement visible dans un rayon d’un mille autour du Nautilus. Quel spectacle ! Quelle plume le pourrait décrire ! Qui saurait peindre les effets de la lumière à travers ces nappes transparentes, et la douceur de ses dégradations successives jusqu’aux couchés inférieures et supérieures de l’Océan ! » 1.

Cette révélation, ce jeu de transparence d’une indescriptible beauté se retrouve redoublée par une illustration qui représente les trois hôtes-prisonniers du Nautilus tournés vers une large baie circulaire où une étrange faune colorée se donne en spectacle. C’est comme s’ils étaient devant un aquarium :

« De chaque côté, j’avais une fenêtre ouverte sur ces abîmes inexplorés. L’obscurité du salon faisait valoir la clarté extérieure, et nous regardions comme si ce pur cristal eût été la vitre d’un immense aquarium. »


> Une fenêtre ouverte…, ibid.

Comme par magie, les prisonniers sont émerveillés par ce spectacle qui va même jusqu’à calmer la colère de Ned Land. Le pêcheur peut désormais voir des poissons ! Cette vision réjouit également, l’assistant du professeur qui fait l’inventaire savant des différentes espèces de poissons défilant devant les fenêtres du sous-marin.

Cette première ouverture sur le monde extérieur au sous-marin n’est qu’un prélude à son exploration. Elle se prolonge au chapitre suivant, avec « Une invitation par lettre », qui convie les hôtes du Nautilus à une chasse dans les mystérieuses forêts de « Crespo ». Réveillant la quête d’évasion qui n’a pas quitté Ned Land, la promesse est vite déçue par l’annonce d’une expédition au cœur de forêts… sous-marines. Annoncée au cours d’un repas composé d’holothuries et d’algues, cette sortie donne lieu à une nouvelle explication des technologies disponibles :

« l’homme peut vivre sous l’eau à la condition d’emporter avec lui sa provision d’air respirable. Dans les travaux sous-marins, l’ouvrier, revêtu d’un vêtement imperméable et la tête emprisonnée dans une capsule de métal, reçoit l’air de l’extérieur au moyen de pompes foulantes et de régulateurs d’écoulement. »

Il est question « d’employer l’appareil RouquayrolDenayrouze » dans une version améliorée par le capitaine. La minutieuse discussion technique anime tout le repas qui précède la « Promenade en plaine ». Et les échanges se prolongent jusqu’à la salle où les plongeurs doivent s’équiper. Le matériel y est énuméré et précisément identifié : scaphandres, éclairages, fusils de chasse sous-marine, à air comprimé et cartouches électriques ! Un même regard d’expert scrute le sas qui permet de sortir du Nautilus échoué par 10 mètres de fond.

« Un instant après, nos pieds foulaient le fond de la mer. » Comme lors de l’ouverture de la fenêtre du salon sous-marin, les mots du professeur peinent à restituer ce spectacle inédit :

« Et maintenant, comment pourrais-je retracer les impressions que m’a laissées cette promenade sous les eaux ? Les mots sont impuissants à raconter de telles merveilles ! Quand le pinceau lui-même est inhabile à rendre les effets particuliers à l’élément liquide, comment la plume saurait-elle les reproduire ? »

L’émerveillement n’empêche pas le narrateur de s’efforcer de décrire les sensations et les visions de ce monde sous-marin, interrogeant notamment la luminosité rendant l’observation possible. Une fois encore, une gravure en couleur vient compléter le texte en montrant les plongeurs marchant d’un bon pas au fond de l’océan, au milieu des algues et de méduses étrangement statiques.


> Paysages sous-marins…, ibid.

Le chapitre suivant, raconte en détail cette promenade jusqu’à une « forêt sous-marine », dont la végétation est scientifiquement décrite, avant que les promeneurs ne décident de se reposer à l’ombre d’un « berceau d’alariées ». Une paisible sieste subaquatique à peine perturbée par une « monstrueuse araignée de mer », qui vient rappeler que ce nouveau monde contient toujours son lot de dangers. Tout cela n’empêche pas les promeneurs de s’enfoncer profondément sous la mer, atteignant presque « cent cinquante mètres de fond », en dépassant les limites humaines évaluées à quatre-vingt-dix mètres par le professeur. Permise par ce nouvel équipement, cette plongée profonde nécessite l’utilisation d’un éclairage artificiel qui facilite l’observation de la faune de ces grands fonds, toujours abondante alors que la flore diminue rappelle le savant2. Scientifiquement fascinante, mais sans issue vers la surface, la promenade s’achève en venant buter sur une falaise, un tombant annonçant l’île de Crespo, sur laquelle les promeneurs ne poseront pas le pied. Ils rebroussent chemin jusqu’au Nautilus abattant au passage une loutre de mer et un oiseau, évitant de dangereux squales, avant de regagner le confort de leur véhicule. Le professeur est « tout émerveillé de cette surprenante excursion au fond des mers ».

L’intrigue de ce voyage extraordinaire se poursuit avec divers rebondissements. Et ce long périple sous-marin donne lieu à d’autres sorties aventureuses, marines, sous-marines et même terrestres, mais aussi à d’autres moments de contemplation du monde sous-marin à partir des fenêtres du très confortable Nautilus.

Ces visions peuvent être effrayantes, comme celle du chapitre « Les poulpes », où la perception horrifiée précède l’affrontement avec un monstre marin dont le capitaine Nemo ne viendra à bout qu’avec le renfort du vaillant chasseur de baleines Ned Land.


> Un monstre à la fenêtre…, ibid.

Elles peuvent aussi contribuer à une meilleure connaissance de leur environnement, de façon plus paisible, comme lorsque le professeur Aronnax aperçoit à sa fenêtre un plongeur en apnée qu’il prend pour un naufragé. Cette rencontre a lieu dans « L’archipel grec », et son protagoniste est, selon le capitaine Nemo, « Un hardi plongeur ! L’eau est son élément, et il y vit plus que sur terre, allant sans cesse d’une île à l’autre et jusqu’à la Crète. » L’illustration de cet épisode, montre un homme nageant presque nu et sans aucun équipement devant la large baie vitrée du Nautilus, tandis que les deux héros le regardent de leur salon.


> Un hardi plongeur ! Ibid.

De l’ouverture d’une première fenêtre dévoilant les merveilles du paysage et de la faune sous-marine, à ses réitérations dangereuses lorsque surgit le poulpe géant, ou plus heureuses quand apparaît une sorte d’homo aquaticus, toutes ces scènes appellent d’autres images.

Elles seront produites par les pionniers de la plongée. Si les premières photos sous-marines se contentent de montrer le paysage et la faune, elles n’oublient pas non plus d’y adjoindre des hommes (et parfois des femmes) évoluant dans ce nouvel environnement. Cousteau et Dumas photographient également les engins qu’ils développent pour faciliter cette exploration, en s’y mettant en scène. On connaît les photos montrant Didi dans le faux-nez de la Calypso en train de contempler les fonds ou, à l’inverse, saisi par un photographe sous-marin le montrant à travers le même hublot. Idem pour les photos de la soucoupe plongeante laissant voir ses deux pilotes observants les coraux et poissons alentours.


> Soucoupe plongeante et ses pilotes3

C’est bien évidemment à partir des maisons sous-marines que le dispositif va être généralisé. Cela consiste à montrer un habitant de maison sous-marine regardant à travers sa fenêtre un ou plusieurs plongeurs nageant à l’extérieur de cet habitat. Ou au contraire, à montrer les océanautes mangeant, jouant, écrivant ou même, pour le professeur Vaissière, travaillant dans son laboratoire, tandis que des poissons ou des plongeurs passent tranquillement devant les fenêtres de la grande maison de Précontinent II.


> J. Rougerie dans Aquabulle

L’anecdote de « L’archipel grec », peut donc être considéré comme la première occurrence d’une représentation canonique de l’expérience d’habiter sous la mer que chercheront à faire partager un bon nombre des futurs océanautes, du commandant Cousteau à l’architecte Jacques Rougerie qui jouera également de cette imagerie.

Au-delà de cette mise en scène de l’habitabilité que j’ai voulu analyser dans cette lecture spatiale du roman de J. Verne, le Nautilus est indéniablement envisagé par l’auteur, comme précurseur d’autres formes d’installation de l’homme sous la mer. Au cours d’un des longs monologues du capitaine Nemo, l’éternel exilé défend l’idée d’une vie humaine dans et sous la mer :

« Aussi, ajouta-t-il, là est la vraie existence ! Et je concevrais la fondation de villes nautiques, d’agglomérations de maisons sous-marines, qui, comme le Nautilus reviendraient respirer chaque matin à la surface des mers, villes libres, s’il en fut, cités indépendantes ! Et encore, qui sait si quelque despote… »

Nimbés de son mystère ou de sa folie, les propos du maître du Nautilus semblent ouvrir la voie aux rêves d’exploration, de conquête ou de colonisation qui imprègnent encore les projets contemporains des océanautes ou des mériens. Ainsi, le roman de Jules Verne ne serait pas seulement à l’origine de l’idée d’aller voir ce qui se passe sous l’eau pour y vivre4. Non seulement, Vingt mille lieues sous les mers, ouvre les premières fenêtres sous la mer, mais il met en scène une machine à habiter, à rendre visible et habitable un nouveau monde, devenu soudainement plus hospitalier.

 

Citer ce billet : “Première fenêtre ouverte sous la mer [2] Ouverture…”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 27/05/2021. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1478.
  1. Ayant travaillé sur une édition numérique du livre Vingt mille lieues…, plutôt que d’indiquer systématiquement les références des pages citées, je renvoie aux possibilités de recherche dans le texte offertes par la plupart des logiciels de lecture des PDF, ePub, etc. ↩︎
  2. Observation qui vient contredire les représentations classiques d’une absence de vie dans les profondeurs de l’océan, voir notamment : Jean-René Vanney, « La respiration de l’océan », dans Alain Corbin et Hélène Richard (dir.), La mer. Terreur et fascination, Paris, Seuil, coll. Points, 2004, p. 78-79. ↩︎
  3. Couverture de J.-Y. Cousteau, Le Monde sans soleil, Paris, Hachette, 1964 ↩︎
  4. Participant ainsi au développement de la plongée sous-marine sportive, comme le souligne la thèse de V. Mascret, L’aventure sous-marine : Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985), Université Claude Bernard – Lyon I, 2010. ↩︎

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.