Psychanalyse du « plongeur cosmique »


> « L’Homme retourne à la mer », Encyclopédie Cousteau, vol. XII

Mes recherches sur l’habiter sous-marin interrogent les programmes rationnels de colonisation de cet espace, mais aussi le désir de retourner à la mer, d’être et de vivre sous l’eau. Cousteau, Dumas et beaucoup d’autres pionniers ne parlent que du plaisir particulier rencontré au contact de ce monde singulier où ils souhaitent séjourner ou habiter. Tout cela mérite sans doute un petit détour psychanalytique en lisant le Thalassa (1929) de Sandor Ferenczi, inventif disciple de Freud.

> S. Ferenczi, Thalassa. Psychanalyse des origines de la vie sexuelle,
Payot, coll. PBP, (1923-1928, 1929) 1968-2002.

Avant de s’engouffrer dans les profondeurs de l’inconscient freudien, il est utile de rappeler que les fonds marins n’ont pas toujours suscité le désir, comme l’a bien montré Alain Corbin dans son fameux Territoire du vide, en appelant néanmoins au « désir du rivage »1. En effet, après avoir soigneusement décrit les peurs ancestrales, mythologiques sinon bibliques du « grand Abyme », l’historien des mentalités met à jour différentes étapes de la construction d’un nouveau rapport à ce milieu. Évoquant les « romantiques [qui] n’ont pas découvert la mer », Corbin souligne qu’ils en systématisent la délectation, le désir, les « modèles de contemplation ou plutôt de confrontation » (p. 187), ouvrant ainsi la voie à une « expansion du rivage [qui] favorise le désir de fusion panthéiste, de “cosmisation” qui taraude les romantiques. En ce lieu où la respiration s’accorde à celle de l’univers, se déploient librement les fantasmes » (p. 191). 

C’est ce même désir qu’on rencontre plus tard chez les chasseurs-plongeurs de la Côte d’Azur et d’ailleurs, des plongeurs cosmiques, pour reprendre la belle expression de Mc Luhan2. Restituons quelques extraits de leurs propos3, avant d’y apporter un éclairage psychanalytique.

Les mers tropicales inspirent le naturaliste américain William Beebe qui incite toute personne à y plonger par tous les moyens, au moins une fois… avant de mourir4. Appel des mers du sud entendu par le jeune Hans Hass qui s’avoue « tout d’un coup transporté dans un tout autre monde »5, « planant comme un oiseau sur la surface »6. Quant au commandant Yves Le Prieur, sa première plongée lui donne l’impression de « [s]’intégrer à une masse optique coulée autour de [lui] »7. Plus tard, l’écrivain plongeur-voyageur, Bernard Gorsky évoque « le choc instantané, bouleversant la conscience fulgurante d’un monde nouveau »8.

Mais ce sont Cousteau et son fidèle Dumas qui subliment ces impressions soigneusement mises en images et projetées sur tous les écrans de nos rêves. Dès 1942 sort un premier film, Par dix-huit mètres de fond qui met en scène une mer « accueillante pour ceux qui la connaissent » et qui « nous lave de nos soucis, comme elle nous débarrasse de l’apesanteur », proclame Cousteau. Ce dernier enchaine les films, avant d’écrire avec Dumas en 1953, Le Monde du silence, qui s’ouvre par ces mots : 

« Je coulai doucement jusqu’au fond. Je respirai sans effort un air agréable. À chaque aspiration j’entendais un léger sifflement et à l’expiration le bouillonnement sourd des bulles d’air. Le régulateur n’était plus une pièce mécanique, mais un organe attentif à satisfaire exactement mes besoins. » 9

Avec Cousteau, le poumon est devenu aquatique et l’homme en passe de devenir un poisson, comme le rappellent la plupart des pionniers ravis de se fondre dans ce milieu où ils meuvent horizontalement avec des nageoires (on ne parle pas encore de « palmes » à cette époque) aux pieds et les yeux grand ouverts.


>S. Ferenczi,Thalassa, couverture du livre.

Toute cette aventure, tout cet enthousiasme mérite sans doute un petit détour psychanalytique en relisant un brillant disciple hongrois de Freud, Sándor Ferenczi (1873-1933). Difficile de situer cet auteur dans l’histoire mouvementée de la psychanalyse, mais il est sans doute important de rappeler qu’il fut un des (nombreux) fils spirituels choisi par Freud dans ses rapports compliqués à son impossible succession. Thalassa, sous-titré Psychanalyse des origines de la vie sexuelle, considéré comme son œuvre majeure, est une publication issue d’une recherche commencée durant la Première Guerre mondiale, discutée avec Freud dès 1915 et publié entre 1924 et 1928. L’édition française de l’ouvrage date de 1968 et intègre « Masculin et féminin », un texte proche datant de 1929, par lequel on peut commencer la lecture10.

Disciple de Freud, mais aussi lecteur de Lamarck, Darwin, Haeckel et d’autres grands représentants des sciences naturelles de l’époque, Ferenczi revendique dans ce chapitre, le rôle du désir comme moteur de l’évolution, considérant que « ce ne sont pas seulement les variations dues au hasard, ou à un usage continu, qui participent à la formation d’organes nouveaux ou mieux adaptés, mais bien un puissant désir » (p. 31). Affirmant cela, le psychanalyste est « bien conscient qu’en établissant cette hypothèse », il est « d’un bout à l’autre, en contradiction avec les conceptions scientifiques en vigueur jusqu’à maintenant », ce qui ne l’empêche pas de se hâter « de donner un nom à cette méthode de recherche […] nommée Bioanalyse » (p. 34).

Pour le bioanalyste, la différenciation des sexes et l’adoption d’un mode de reproduction sexuée, découlerait d’une adaptation à la vie terrestre résumée de la manière suivante : 

« Chez les deux sexes s’éveilla certainement une tendance à abriter les cellules germinales à l’intérieur d’un organisme dispensant nourriture et humidité, en guise de substitut à la perte de l’existence en milieu marin, et certainement aussi le désir nostalgique de jouir, du moins au niveau symbolique et hallucinatoire, du bonheur des cellules germinales. » (Masculin et féminin, p. 36)

C’est là que se situerait, selon le psychanalyste, l’origine de la reproduction sexuée, mais également à l’origine d’un rapport sexuel inégalitaire, « un gigantesque combat dont l’issue devait décider du sexe auquel incomberait les souffrances, les devoirs de la maternité et la soumission passive à la génitalité » (p. 36-37). Un combat que le mâle a remporté, au prix d’une évolution moindre puisqu’il « fait ainsi l’économie du travail d’adaptation », restant « plus primitif », tandis que « la femelle, par contre, a su s’adapter non seulement aux difficultés de l’environnement mais aussi à la brutalité du mâle », souligne Ferenczi (p. 37).

Le petit texte de 1929 donne un aperçu de cette théorie bioanalytique, mais il faut surtout revenir à une lecture attentive de Thalassa, qui aborde la question en deux temps, séparant les deux approches, ontogénétique d’abord puis phylogénétique. L’approche ontogénétique s’appuie sur les cas rencontrés dans le travail clinique de Ferenczi, qui le conduisent à affirmer que : 

« toute l’évolution de la sexualité, de la succion du pouce chez le nourrisson jusqu’au coït hétérosexuel […] ne peut avoir pour but qu’une tentative du Moi, d’abord tâtonnante et maladroite, puis de plus en plus décidée et enfin partiellement réussie, de retourner dans le corps maternel, situation où la rupture si douloureuse entre le Moi et l’environnement n’existait pas encore » (p. 73).

Partant de son « expérience psychanalytique », le thérapeute vient ensuite compléter ses observations en faisant appel aux « formations psychiques diverses (rêves, névroses, mythes, folklores, etc.) [qui] représentent par un même symbole le coït et la naissance : être sauvé d’un danger, surtout de l’eau » ; tout en exprimant le ressenti associé à ces deux situations, par des « sensations de nager, de flotter, de voler » (p. 109).

Sans entrer dans tout le détail de ces analyses, nous sommes tentés de suivre Ferenczi dans sa construction d’un « parallèle phylogénétique », dont il s’excuse par avance n’étant pas naturaliste.

Le psychanalyste s’attache notamment aux manifestations psychiques, normales ou pathologiques, pour lesquelles « le symbole du poisson ou, plus exactement, l’image d’un poisson flottant ou nageant dans l’eau exprime à la fois l’acte sexuel et la situation intra-utérine » (p. 112), et plus généralement lorsque la naissance et le coït sont manifestés par l’image d’être « sauvé de l’eau » (p. 117). Toutes ces manifestations individuelles conduisent l’analyste à « interpréter les légendes du déluge comme un renversement de l’état de fait réel, phénomène fréquemment observé en psychanalyse » (p. 117), en considérant que, du point de vue phylogénétique, le vivant devrait se souvenir d’avoir dû affronter une « menace d’assèchement » (p. 118). Par conséquent, pour le thérapeute, nombre d’arguments paraissent ainsi « plaider en faveur de l’attrait de la régression thalassale, c’est-à-dire la notion d’un désir de retourner à l’océan abandonné aux temps primitifs » (p. 121). Régression qui ne doit pas être interprétée comme un simple désir de réintégrer le corps maternel, car la mère est considérée par ce « symbolisme inversé », comme « un symbole et un substitut partiel de l’océan et non l’inverse » (p. 124).

Ainsi, Ferenczi s’attache à démontrer « que l’acte du coït et l’acte de la fécondation, étroitement liés au premier, représentent la fusion en une unité non seulement de la catastrophe individuelle (naissance) et de la dernière catastrophe subie par l’espèce (l’assèchement), mais aussi toutes les catastrophes survenues depuis l’apparition de la vie » (p. 136). Afin de résumer ses thèses bioanalytiques, le psychanalyste les présente au moyen d’un « tableau synoptique les parallèles onto-, phylo- et périgénétiques dont [il a] fait l’hypothèse » (p. 146) :

 


> S. Ferenczi, Thalassa, tableau, p. 146.

Au terme de ce parcours, Ferenczi s’excuse de s’être « un peu écarté de [son] thème, les rapports entre accouplement et fécondation », délaissant la une stricte approche clinique pour étudier « le problème biologique central de la conservation de l’espèce » (p. 150). Néanmoins, la dernière partie de l’ouvrage apporte quelques observations intéressantes, autour du sommeil réparateur qui suit le traumatisme de la naissance vue comme le passage de l’eau à l’air. Sommeil qui se répète et est donc interprété comme une régression thalassale, suggérée par « Freud [qui] écrit que l’homme en réalité ne naît jamais complètement, mais passe la moitié de sa vie dans le sein maternel en se livrant au repos nocturne » (p. 154). Tandis que Ferenczi examine les changements physiologiques provoqués par cette activité et, tout particulièrement, la respiration et une forme d’apnée qui rapproche l’humain et les mammifères marins :

« La respiration, dont nous avons déjà évoqué les modifications pendant le coït, deviennent beaucoup plus profondes pendant le sommeil. Il se peut qu’à la faveur des pauses respiratoires plus prolongées, l’approvisionnement en oxygène du dormeur se rapproche de l’état apnéique du fœtus. Les mammifères aquatiques, les phoques par exemple, gonflent leurs poumons pendant le sommeil et restent immergés dans l’eau ; ils ne reviennent respirer à la surface qu’au bout d’un intervalle assez long. » (p. 157)

Cet examen s’intéresse aussi aux mouvements oculaires pendant la phase de sommeil, lorsque les yeux occupent une position « caractéristique des animaux sans vision binoculaire (poissons, par exemple) » ; tandis que la régulation thermique s’apparente à la « poïkilothermie des poissons et des amphibiens » (p. 158).

Tous ces rapprochements, qui nous incitent à relire différemment les témoignages des premiers chasseurs-plongeurs ou les rêves d’homo aquaticus de Cousteau, appellent une belle conclusion de Ferenczi :

« Notre investigation la plus poussée a porté sur ce travail d’adaptation des êtres vivants qui leur a été imposé par une des dernières catastrophes, l’assèchement des océans. Nous avons soutenu que ces êtres se sont certes adaptés à la nouvelle situation, mais avec l’intention secrète de rétablir l’ancienne situation de quiétude dans ce nouveau milieu, le plus vite et le plus souvent possible. » (p. 177-178)


> « L’Homme retourne à la mer », p. 140-141

Ferenczi n’imaginait sans doute pas les développements de la plongée et des activités sous-marines. Mais pour revenir à notre questionnement des projets d’habiter sous la mer, rapprochons la conclusion du psychanalyste des mots de Cousteau dans l’introduction de L’Homme retourne à la mer :

« Y a-t-il des chances pour que l’être humain retourne un jour à la mer, comme l’on fait, voici quelques millions d’années, certains mammifères devenus des phoques, des lamantins, ou des baleines ? […] L’homme ne vole pas et son aptitude à plonger est médiocre. Pourtant, il a déjà conquis l’atmosphère, la Lune et les fosses océaniques les plus vertigineuses. »
J.-Y. Cousteau, Encyclopédie Cousteau, Vol. XII, Robert Laffont, (1973) 1974.

Tout un programme, qui méritait bien ce petit détour par la psychanalyse, la « psychologie des profondeurs » !

Citer ce billet : “Psychanalyse du « plongeur cosmique »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 11/06/2021. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1499.

 

–––

1 A. Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion, coll. Champs, (1988) 1990.

2 « Une fois de plus, la sensibilité humaine semble s’accorder aux courants universels qui faisaient de l’homme un plongeur cosmique. », Marshall Mc Luhan, Pour comprendre les médias, Seuil, coll. Points, (1964) 1968, p. 154.

3 Les propos des premiers chasseurs-plongeurs cités ci-après, sont repris d’un article consacré à l’invention du paysage sous-marin par les pionniers des sports subaquatiques, en cours de soumission pour la revue Projets de paysage, à suivre…

4 W. Beebe, Sous la mer tropicale [1928], Libraire Stock, 1931.

5 H. Hass, Mes chasses sous-marines. Parmi les coraux et les requins dans la mer des Caraïbes, Payot, [1941] 1950. 

6 H. Hass, Profondeurs inviolées, Arthaud, [1971] 1973.

7 Y. Le Prieur, Premier de plongée, Paris, Éditions France Empire, 1956.

8 B. Gorsky, Dix mètres sous la mer, Paris, Durel éditeur, 1946. 

9 J.-Y. Cousteau et F. Dumas, Le Monde du silence, Paris, Éditions de Paris, [1953] 1956. 

10 « Masculin et féminin » ainsi que le début de Thalassa sont téléchargeables sur le site de l’éditeur en suivant ce lien (consulté le 10-06-2021).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.