De l’eau, dans la création et les territoires


> Couverture du livre Chemins de la création

Je voudrais évoquer un ouvrage que j’ai modestement contribué à faire exister : Chemins de la création : arts et territoire, publié récemment1. Comme son titre l’indique, le livre parle surtout d’arts et de territoires terrestres, il contient néanmoins quelques gouttes d’eau sur lesquelles je voudrais m’arrêter.

Je ne vais pas raconter l’histoire de ce livre compliqué et long à produire, comme c’est souvent le cas pour les productions universitaires et, plus encore, pour celles qui entendent mêler sciences sociales et approches artistiques. Disons néanmoins que c’est une publication qui fait suite à un colloque auquel j’avais participé et qu’une petite équipe motivée a souhaité prolonger ainsi. Pour y parvenir, nous nous sommes appuyés sur les belles paroles du romancier Patrick Chamoiseau abordant le territoire à partir de la Martinique et de la créolité dont il est l’un des penseurs2. Étrangement, il y a peu d’eau ou de références marine dans ses propos inspirés par les îles. Mais l’auteur nous offre infiniment plus : un imaginaire habitable…

« Nous habitons à 80 % dans notre imaginaire. L’imaginaire ancien était une donnée communautaire, il est maintenant très largement le résultat d’une expérience individuelle. Cet imaginaire, il faut le nourrir de relations, en faire un imaginaire de la Relation. Bien sûr, c’est inconfortable, incertain, imprévisible. », p. 31

Le poète va même plus loin, rejetant l’idée d’une identité uniquement attachée au sol, il considère que ce dernier se dérobe sous nos pieds et que le courage de l’artiste consiste à habiter et sublimer cette mouvance peuplée de relations :

« On se cherchait un sol à peu près potable. Aujourd’hui, la puissance de l’imaginaire, le courage artistique, le courage esthétique – ce qui définit un grand artiste –, c’est de se tenir debout là où il n’y a pas de sol, là où il n’y a que de la Relation. », p. 32

Belles images et belles idées que d’habiter l’imaginaire, de le revendiquer plus fort que les territoires terrestres cernés de frontières. L’oiseau de Cham ne parle pas de la mer ou de l’eau (présente sous les falaises de son Texaco), mais de mondes iliens forcément ouverts sur le monde. 

Il faut néanmoins aller chercher de l’eau ailleurs, comme dans les photos et pratiques artistiques de Marcel Dinahet

« L’artiste balise des territoires sous-marins à l’aide de sculptures immergées que l’on redécouvre à la manière d’un explorateur, joue le rôle d’un bouchon pour nous donner à voir des lignes de flottaison comme horizons de villes en deçà desquels il se positionne. », p. 39

C’est ainsi que Camille Pradon présente un artiste proche de la mer, du littoral et pratiquant la plongée sous-marine3. La discussion avec Marcel Dinahet porte essentiellement sur l’engagement du corps, des sens et du regard dans une production artistique territorialisée, mais sans développer spécialement son rapport au milieu sous-marin qui s’exprime à travers quelques belles photos (souvent extraites de vidéos). 


> M. Dinahet, Les finistères, 2000, dans Chemins…, p. 53

La question de l’art sous-marin est sans doute une piste à approfondir en connexion avec mes propres recherches.

En attendant mon propre cheminement dans cette direction, je voudrais revenir sur l’article, sous la forme d’une discussion, qui se rapproche le plus à mes recherches sur l’habiter, réel ou imaginaire, de milieux aquatiques : « La leçon de l’aquarium », que nous livrent Quentin Montagne et Doriane Spiteri4.


> « La leçon de l’aquarium », dans Chemins…, p. 171

Artiste-chercheur, travaillant « le dessin, le collage, la sculpture, la peinture et l’installation », Quentin Montagne ne considère pas que « le monde sous-marin a joué un rôle si décisif dans [son] travail », même s’il y est indéniablement présent (p. 171, 172). L’artiste est surtout fasciné par les « mondes subaquatiques [et surtout] la manière de les représenter, de les fantasmer », « en tant qu’images des mondes sous la surface » et qu’il n’hésite pas à rapporter aux « jardins des banlieues pavillonnaires », qui auraient pu constituer un autre point de départ (p. 172). C’est donc le décor végétal et minéral qui constitue le paysage artificiel des aquariums que vient interroger cet artiste, comme il aurait pu le faire avec nos jardins terrestres alternant massifs de fleurs, fontaines, nains (de jardin) ou autres motifs extrêmes orientaux. Le plasticien s’intéresse également à la ruine, aux « monstres marins » et même à « l’Atlantide et d’autres villes légendaires » (ibid.).

Ce point de départ le conduit à concevoir et à construire son propre « aquarium de A à Z » et à se confronter à des difficultés techniques et théoriques.

Conçu dans cette démarche différente de celle des aquariophiles, l’aquarium trône sur un piédestal au milieu de l’atelier de l’artiste, s’y cherchant presque une place qu’il finira par trouver en s’intégrant dans un angle de cet espace et, aussi, en s’inspirant… des aquariophiles.


> Quentin Montagne, Le désordre de Malévitch, 2015-2019, dans Chemins… p. 175

Si l’aquarium occupe désormais une place moins centrale, et plus décorative, dans l’atelier de l’artiste où il semble devenir une sorte de fenêtre ouverte sur un nouveau milieu insoupçonné, Quentin Montagne explique aussi comment il en vient à rejoindre et à « apprécier le monde l’aquariophilie », comme il le raconte très justement :

« Je me suis éloigné de mon projet initial à mesure que s’effaçaient mes premières présomptions d’artiste. J’ai dû m’écarter du monde de l’art, ou du moins mettre de côté certaines considérations et préoccupations liées à la création contemporaine, pour appréhender celui des passionnés d’aquarium, un milieu dont on ne soupçonne pas a priori la diversité, et que je n’ai qu’effleuré pour le moment. » (p. 174)

Intrigué par des paysages qui semblent, dans un premier temps, ne renvoyer qu’à l’imaginaire d’une culture populaire, l’artiste devient peu à peu spécialiste de la faune, de la flore et même de caractéristiques plus savantes ou écologiques de ce milieu vivant artificiel dont il veut faire une œuvre d’art. Une approche qu’il prolongera, par la suite, en peignant à partir de vidéos de la NASA montrant des trous noirs « phénomène cosmiques, [caractérisés par] leur incommensurabilité » (p. 177). Ce qui l’intéresse est ici une « situation un peu différente [de celle de] l’aquarium et [des] mondes subaquatiques, mais c’est encore la question de la représentation » qui est bien en jeu (p. 178).

Une approche qui conduit l’artiste à s’intéresser très pertinemment à ce que font les représentations à notre perception du milieu marin longtemps vu par les terriens comme inexistant ou composé d’éléments isolés que l’aquarium vient souligner, exposer et faire exister comme un territoire à part entière :

« Auparavant, pour figurer un poulpe ou un poisson, on le montrait sur un fond blanc ou, au mieux, moribond, échoué sur le rivage. Avec l’aquarium, comme en témoignent les gravures de Neville et Riou, on a commencé à voir les fonds des lacs et des mers comme à travers une fenêtre. D’une certaine manière, l’aquarium a permis d’intégrer ces mondes engloutis à notre territoire, et d’en faire une nouvelle marge à explorer, et à conquérir. On peut noter d’ailleurs la similitude entre les représentations des premiers scaphandriers pieds-lourds, contemporains directs des débuts de l’aquariophilie , avec les futurs astronautes. Les mondes subaquatiques forment au même titre que l’espace une nouvelle frontière. » (p. 178-179)

Ainsi, l’aquarium, comme les gravures de Vingt mille lieues sous les mers, comme les masques des plongeurs, les hublots des véhicules et, surtout, les fenêtres des maisons sous la mer donnent à voir, à explorer, à conquérir ou habiter les nouveaux mondes qu’ils dévoilent et où ils donnent parfois envie d’habiter réellement.

Prétexte à la création, l’eau de l’aquarium retourne à la mer et nous conduit à ses imaginaires et projets d’habitats sous-marins.

Citer ce billet : “De l’eau, dans la création et les territoires”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 22/10/2021. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1532.

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 C. Camus et Claudia Desblaches (sous la dir.), Chemins de la création : arts et territoires, La Muette / Le Bord de l’Eau, 2021.

2 « Martinique, carrefour de la théorie et de la création artistique » — Conversation entre Annick Cossic et Patrick Chamoiseau, Chemins de la création, op. cit.

3 « Revenir dans un lieu que l’on a déjà appréhendé » — Conversation entre Camille Pradon et Marcel Dinahet, Op. cit.

4 « La leçon de l’aquarium » — Conversation entre Doriane Spiteri et Quentin Montagne, Op. cit., p. 171-sq. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.