De Mermere à « notre mer-mère »

Je voudrais juste signaler la réédition de ce beau roman sur et sous la mer, écrit en 1978 par Hugo Verlomme dont j’ai fait une recension sur Nonfiction, en le rapprochant de mes thématiques de recherche.

Dans mon petit article de Nonfiction, j’ai bien pris la peine d’éviter de dévoiler l’intrigue de ce roman que je n’avais pas lu à l’époque de sa sortie, alors que j’étais en âge et en état de le faire en appréciant pleinement sa dimension immersive qui avait tout pour me séduire. Une rencontre qui n’a pas eu lieu, mais je n’ai rien perdu pour attendre…

Comme je l’évoque dans l’introduction de ma recension, j’ai découvert ce roman grâce à mes recherches autour des projets de l’architecte Jacques Rougerie. Plus exactement, après avoir lu Les Enfants du capitaine Nemo (Arthaud, 1986), un livre cosigné par Rougerie et Verlomme.


> Couverture Les Enfants du capitaine Nemo (1986)

Le livre de ces deux amoureux de la mer m’avait semblé assez étrange dans son style, mêlant des propos très savants et techniques sur l’exploration sous-marine ou les expériences d’habitat subaquatique et des petits passages fictionnels mettant en scène des enfants « mériens ». C’est précisément ce mélange des genres qui m’a fortement incité à chercher sur internet qui était ce fameux Hugo Verlomme. Et voici comment j’ai découvert le spécialiste du body-surf, l’amoureux de la mer, et… l’existence du roman Mermere, alors épuisé et quasiment introuvable. Un livre culte de SF que j’ai donc traqué pendant un certain temps, avant de me lasser. Quand enfin, j’ai découvert qu’il était enfin réédité aux éditions ActuSF.

Je me suis plongé dans ce roman, dont l’intrigue me semble moins forte que son immense capacité à restituer un retour de l’homme à la mer, annoncé et expérimenté technologiquement par Cousteau, avant d’être imaginé, dessiné et expérimenté par Rougerie. Au fil des pages, Hugo Verlomme décrit poétiquement un monde (qu’on qualifierait aujourd’hui de post-apocalyptique) où l’homme est paisiblement redevenu un mammifère marin parmi les autres, en totale symbiose avec un milieu néanmoins menacé par ceux qui sont restés terriens.

Je n’en dirais pas plus sur l’intrigue. Comme dans ma recension, je voudrais revenir sur ce que la lecture de ce roman a pu apporter à ma recherche en cours.

Pour commencer, je dois également avouer que j’ai longtemps rendu H. Verlomme seul responsable des petites fictions présentes dans le (faux) livre pour enfants coécrit avec Rougerie. Une impression que j’ai finalement corrigée en rapprochant Mermere d’autres écrits de l’architecte et, notamment, du livre Habiter la mer1 cosigné avec Édith Vignes, mais surtout également publié en 1978. En relisant cet autre livre-culte de Rougerie (également à rééditer), j’ai (re)découvert qu’il commençait par des passages tout aussi fictionnels et poétiques que ceux de Mermere. Étrange coïncidence, esprit d’une époque, échange d’idées entre ces deux « frères »2 ?


> Couverture Habiter la mer (1978)

Il semble indéniable que le mode fictionnel participe du travail projectuel des architectes depuis les origines de ce métier, et que les premières recherches du (jeune) concepteur des années 1970 avaient évidemment beaucoup d’efforts à faire pour convaincre les professionnels de l’art de bâtir et leurs commanditaires que l’architecture pouvait s’appliquer aux fonds sous-marins.

Si la fiction de Verlomme nous permet d’imaginer une possible vie dans la mer, celle de Rougerie incite à y construire ou aménager des lieux de vie immersifs, des machines à habiter pleines d’amour et de grâce3.

***

Une piste tout à fait sérieuse, dont l’exploration reste à poursuivre pour mieux comprendre le tournant, tout autant existentiel, cosmologique qu’écologique, qui s’opère dans les années 1970 et qui caractérise l’architecture marine et sous-marine de Rougerie.

Citer ce billet : “De Mermere à « notre mer-mère »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 10/01/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1555.
  1. Avant cela, en 1974, J. Rougerie avait dirigé un gros dossier de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui consacré à cette thématique et portant le même titre. « Habiter la mer » deviendra d’ailleurs son leitmotiv, l’intitulé d’un certain nombre des conférences ou interventions de l’architecte passionné. []
  2. Interrogé sur ces liens avec Verlomme, Rougerie m’a déclaré « Hugo est un frère pour moi », une piste à explorer… []
  3. Un clin d’œil à un célèbre poème de Richard Brautigan. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.