Un week-end au fond des mers


> Claude Francis-Boeuf, L’exploration sous-marine, Paris, Éditions Elzévir, 1947.

À travers quelques livres évoquant les débuts de la plongée sous-marine, il s’agit de poursuivre une enquête sur les motivations à explorer, exploiter et, surtout, à habiter le fond des mers. Commençons cette mini-série par un petit livre de Claude Francis-Bœuf, un océanographe proche de Cousteau.

« À quand le week-end par dix-mille mètres de fond ? », indique fièrement la couverture du petit livre de Claude Francis-Bœuf (1915-1952), océanographe spécialiste des sédiments (« sédimentologue ») qui fera partie des proches de Cousteau. Il participe notamment à la première expédition de la Calypso en mer Rouge, pour laquelle le commandant embarque différents scientifiques dont son ami Haroun Tazieff. Pour la petite histoire tragique, le scientifique rejoint la Calypso le 2 janvier 1962 en compagnie de « sa maîtresse Jacqueline Zang » ; ils participent à cette mission jusqu’au 24 janvier, avant de repartir vers de nouveaux horizons qui leur seront fatals, puisqu’ils périront au cours d’un accident d’avion en Éthiopie le 9 février suivant.

Mais revenons à ce petit livre publié en 1947, dans une collection de vulgarisation scientifique, aux éditions Elzévir qui publieront également le premier manuel consacré à La Plongée en scaphandre en 1949.

Son introduction s’ouvre sur l’actualité de « l’exploration sous-marine » et tout particulièrement des projets du professeur Auguste Piccard (et son associé Cosyns) prévoyant « de descendre dans un sous-marin à une profondeur de 4.000 mètres » (p. 7). Le scientifique écrit ces lignes à la veille des exploits compliqués du bathyscaphe FNRS 2, réalisés avec l’assistance de la Marine nationale française et l’expertise de Cousteau embarqué sur l’Élie Monier, bâtiment du GERS. Évoquant les romans de Jules Verne, avant d’en revenir à une réalité « beaucoup plus prosaïque », mais néanmoins passionnante, le scientifique « a encore à l’esprit l’exploit, spectaculaire et émotionnant à souhait, de W. Beebe », le naturaliste américain titulaire de records de profondeurs dans sa bathysphère suspendue au bout d’un câble.

Comme d’autres chercheurs de cette époque de conquête, Cl. Francis-Bœuf considère que « l’exploration sous-marine directe est l’aspect le plus séduisant de ce domaine d’activité humaine » (ibid.). Une démarche qui le rapproche tout naturellement de Cousteau, qui ne se lassera pas d’embarquer des savants dans ses expéditions lointaines.

En attendant le bathyscaphe mettant les abysses à la portée de tous, le savant s’intéresse également à la pratique des tout nouveaux sports subaquatiques :

« Et puis il y a la chasse sous-marine, et les touristes en villégiature sur les rivages méditerranéens se croiraient déshonorés s’ils n’effectuaient pas leur petite exploration sous-marine. Le snobisme s’en est mêlé et les tableaux de chasse deviennent chaque saison plus importants. On ne pourrait voir dans ces descentes sous la mer, à petite profondeur, qu’un badinage si, en France, l’équipe du lieutenant de vaisseau J-Y. Cousteau, du Groupe de recherches sous-marines, n’avait montré tout l’intérêt scientifique de telles entreprises. » (p. 7-8)

Signalant ainsi sa curiosité amusée pour les premiers cueilleurs-chasseurs sous-marins de la Côte d’Azur, rapidement suivis par les touristes, l’océanographe imagine pouvoir prolonger « la méthode indirecte d’exploration » (p. 8), par les nouvelles ressources développées par Cousteau et le GERS.

C’est néanmoins à l’histoire de ces méthodes indirectes qu’est consacré l’essentiel du livre, considérant que ces dernières ont permis de « rassembler des données importantes » (ibid.). Le sédimentologue s’intéresse tout particulièrement à la structure et à la composition des fonds, évoquant au passage le fameux « plateau continental », terrain prisé d’une conquête ou d’une colonisation à venir :

« La profondeur des océans diminue en arrivant près des continents, c’est la zone dite ‘’plateau continental’’, que l’on admet être comprise entre 200 m. de profondeur et le littoral. L’extension de cette zone peut être considérable, tel le plateau continental franco-britannique (les fonds de la Manche ne dépassent pas 100 m.). » (p. 9-10)

En attendant les pacifiques colons des fonds océaniques, le propos de l’ouvrage se centre sur une histoire des modes d’exploration indirectes des fonds, du « fil de sonde » aux sondeurs à ultra-sons, de différents modes de prélèvements et même de prise de vue sous-marine effectués sans intervention d’hommes in situ. Propos néanmoins illustrés par quelques dessins d’instruments et même du fameux tonneau d’Alexandre mentionné par la plupart des histoires de la pénétration humaine de ce milieu…


> Illustration intercalée entre p. 16 et 17.

D’autres illustrations montrent les hommes sous la mer, le « scaphandre type Den[a]yrouse » (Denayrouse) suivi du « scaphandre Cousteau » (entre p. 32 et 33), ou encore, quelques « hommes-grenouilles » des marines britanniques (entre p. 40 et 41). Mais il faut attendre les deux tiers du livre, pour en venir aux « explorations sous-marines directes » (p. 42-sq.). Cette nouvelle partie ne prétend pas faire « l’historique de la plongée sous-marine », mais s’intéresse néanmoins aux masques, à la cloche à plongeurs, au « tube de Williamson » et, enfin, aux différents « scaphandres », des « lourds » aux « légers », de Le Prieur à celui de Cousteau :

« qui a apporté, en France, la plus grosse contribution à la résolution de problèmes que posent les scaphandres légers pour l’exploration des profondeurs de plusieurs dizaines de mètres » (p. 48)

L’océanographe consacre ensuite une page entière au fonctionnement et à l’intérêt du scaphandre autonome développé par Cousteau qui a permis d’atteindre « la profondeur de 80 mètres (F. Dumas) » (p. 49), avec la promesse d’aller plus profond. Claude Francis-Bœuf s’intéresse également à ce qu’il nomme « un ‘’vêtement’’ protecteur pour caméra » développé par Cousteau, citant son film Épaves et attendant impatiemment le passage au cinéma en couleur.

En prolongement du scaphandre, le scientifique s’intéresse aux engins « sous-marins » permettant d’atteindre de plus grandes profondeurs. Il passe ainsi en revue le « scaphandre rigide », la « bathysphère de W. Beebe » faisant passer l’homme de 160 à 908 mètres de profondeur (Beebe et Barton en 1934), avant d’évoquer un projet de « tank sous-marin de la marine américaine » (un projet qui ne verra pas le jour) et, surtout, de revenir au bathyscaphe de Piccard et Cosyns visant les 4000 mètres annoncés dès les premières lignes du livre.

Après avoir donné une description minutieuse de l’engin, Claude Francis-Bœuf referme son parcours en annonçant un tournant décisif permis par l’observation directe :

« Ce n’est qu’assez récemment qu’on entrevoit une possibilité, pour l’homme, de pénétrer dans ce milieu et de telle manière qu’il puisse y effectuer des observations fructueuses.
Dans ce domaine, deux voies semblent avoir le plus d’avenir :
1° Pour les petites profondeurs, l’utilisation du scaphandre Cousteau, déjà adopté par plusieurs scientifiques ;
2° Pour les grandes profondeurs le sous-marin Piccard-Cosyns qui surclasse, de loin, la bathysphère de Beebe qui apparaît archaïque et rudimentaire. » (p. 62)

Très loin du prophétisme qui sera employé par Cousteau, le ton du chercheur est très raisonnable, s’appuyant sur les acquis de l’exploration indirecte et distinguant deux voies nouvelles d’exploration humaine. Il se permet néanmoins une note plus prospective, en terminant son livre sur la question mise en valeur sur la couverture et à son point départ…

« Et aujourd’hui il nous est permis de nous demander : à quand le « week-end » par dix mille mètres de fond ? » (ibid.)

Le sérieux du petit livre de vulgarisation scientifique ne doit pas empêcher de faire rêver en adhérant presque un programme de vivre et d’habiter sous la mer.

Citer ce billet : “Un week-end au fond des mers”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 13/01/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1567.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.