De l’homme-poisson au bathyscaphe


> Georges Houot, La découverte sous-marine. De l’homme-poisson au bathyscaphe, Paris, Éditions Bourrelier, coll. La joie de connaître, 1958. 

Poursuivons notre mini-série en suivant l’un des « deux héros du bathyscaphe », le commandant Georges Houot qui a écrit un petit livre à destination d’un jeune public, pour présenter les joies de la plongée sous-marine et d’une exploration plus approfondie de ce nouveau monde.

Est-ce un effet de l’époque (années 1950-60), du genre littéraire (vulgarisation scientifique ; on dirait aujourd’hui « médiation »), ou de la thématique elle-même, ce livre comme d’autres commence par une initiation à la plongée s’adressant aux jeunes lecteurs, avant d’aborder les grandes problématiques de l’exploration scientifique et technique du nouveau monde sous-marin.

Tout commence par une plongée dans une calanque proche de Toulon où l’auteur arrive chargé de son équipement de plongeur avant de remarquer la présence d’un « groupe de jeunes […] qui discutaient avec passion autour de quelques illustrés du jour » (p. 7-8). Les jeunes font mine d’éviter de prêter attention au plongeur qui sent néanmoins qu’ils parlent de lui. Vient alors le temps de la plongée brièvement décrite par l’auteur. Et ce n’est qu’une fois sa plongée terminée que ces derniers se manifestent en l’aidant à sortir de l’eau et en posant des questions au sujet de son équipement ou des branches de corail qu’il rapporte à la surface.

Le plongeur découvre également à cette occasion l’article qui les passionnait en annonçant : « Le bathyscaphe ‘’FNRS III’’ a été mis à l’eau hier dans l’arsenal de Toulon » (ibid.). Une discussion s’engage alors sur ce programme d’exploration profonde, dont Houot est un des principaux acteurs, mais pour laquelle il choisit de « conserver encore [son] anonymat » auprès de son jeune public. À l’issue de cette première discussion passionnée, rendez-vous est pris entre le plongeur et son jeune public.

Ainsi s’engage un récit de formation de ces jeunes qui vont au fil des pages en apprendre plus sur l’exploration du monde marin tout en s’initiant aux joies de la plongée subaquatique. Une initiation qui ira beaucoup plus loin que la simple découverte estivale, puisqu’un des personnages de jeunes plongeurs ira même jusqu’à s’engager dans des études d’océanographie.

Sans restituer tout ce parcours de découverte sous-marine, relevons quelques étapes du dialogue fictionnel entre G. Houot et ses jeunes amis de la calanque. Une des premières « conférences » improvisées répond à des questions aussi fondamentales que « d’où vient la mer ? » ou « la vie, comment est-elle apparue ? » (p. 13). Autant d’interrogations fondamentales qui permettent d’aborder une idée chère aux nouveaux conquérants du fond des mers : « Nous serions donc les descendants d’animaux marins et il nous en reste un vestige essentiel… » (p. 14). Un héritage tenant à la composition de notre sang et non de « branchies » regrette fort justement un des jeunes futurs plongeurs !

Et la mer est surtout envisagée en termes de ressources justifiant les efforts de pénétration et d’étude de ce milieu, comme l’explique immédiatement l’auteur :

« Vous savez bien que la population de la Terre ne fait que croître et qu’il y a des quantités de peuples qui actuellement n’ont pas assez à manger. Or, il y a dans la mer de quoi satisfaire l’appétit de toute la population du globe. Il est donc indispensable pour l’avenir de l’humanité d’accroître nos connaissances marines.», (p. 14)

Sous couvert d’une simple discussion de plage, on retrouve ici les justifications habituelles du programme de conquête scientifique et technique du milieu marin tel qu’il s’énonce à l’époque, de Sténuit à Cousteau. Mais avant de s’engager pleinement dans ces grands débats modernistes, l’auteur entend bien développer son programme d’initiation aux techniques de la plongée autonome, qui commence par quelques conseils quant au choix du matériel à acquérir pour s’adonner à cette nouvelle activité. 


> « Apprentissage de la plongée », p. 16

Cette présentation d’une prochaine première plongée suscite chez l’un des jeunes passionnés, l’envie de pouvoir chasser sous l’eau. En réponse à cette demande légitime suscitée par le développement de cette pratique, G. Houot rappelle qu’il est interdit de chasser avec des bouteilles tout développant une tout autre approche de ce milieu :

« Mais même si cette interdiction n’existait pas, je ne chasserais pas. Si vous saviez comme il est plus passionnant de suivre un poisson dans l’eau, d’observer ses évolutions, de jouer à cache-cache avec lui autour d’un rocher, vous me comprendriez ! Si vous voulez chasser, vous irez ailleurs, mais ne dévastez pas mes fonds. », p. 15

Comme d’autres « hommes-poissons », l’auteur préfère la contemplation ou l’observation de la flore et de la faune, comme prélude à l’étude de ce milieu1. C’est à ces fins que doit donc servir la découverte et l’apprentissage de la plongée qui occupe les pages suivantes de ce petit livre.

Comme Le Monde du silence de Cousteau et Dumas et d’autres ouvrages de ce type, La découverte sous-marine mêle habilement le traité de plongée et l’histoire raisonnée de l’exploration des fonds marins au moyen, notamment, du bathyscaphe permettant d’aller jusqu’au plus profond de ce nouveau monde.


> « Visite du bathyscaphe », p. 55

Si la simple chasse sous-marine n’est ici plus d’actualité, l’objectif du programme scientifique et technique couvert et revendiqué par l’ouvrage de Houot est néanmoins utilitariste, comme l’illustre assez bien un dernier chapitre intitulé « Perspectives d’avenir ».

Ce futur en marche s’exprime à travers une « lettre de Pierre qui suit des cours à la Faculté des Sciences de Paris » (p. 123). Devenu étudiant, le jeune passionné de plongée rapporte à son maître un discours prononcé solennellement par le recteur de l’université de Liège évoquant le fameux bathyscaphe FNRS III utilisé par Houot. 

« J’ai devant moi l’océan. Je songe que la population du globe évaluée à deux milliards d’individus aura doublé en soixante-dix ans et que la détresse alimentaire nous menace. Je sais que l’on peut améliorer les terres cultivées, car elles ont été dégradées par des méthodes meurtrières. Mais toutes les solutions étudiées paraissent insuffisantes. Devant moi, la plus immense et la plus riche partie du globe est ensevelie sous ce miroir fermé aux regards. Les populations préhistoriques de toute l’antiquité classique ont compté pour se nourrir, autant sur les poissons que sur les bêtes des forêts. Contre les uns et les autres, elles se sont fabriqué la même arme : le harpon. Nous, fils de paysans, nous avons été dévoyés par la terre. Aujourd’hui la mer nous est promise, et d’incommensurables ressources peuvent surgir d’un aménagement progressif et scientifique du plateau continental et d’une exploitation rationnelle de l’intense vie des océans, restée jusqu’ici insoupçonnée. » (p. 124)

Cette grande fresque prophético-historique trace une nouvelle voie de salut pour une humanité de terriens occupant une planète surpeuplée qui doit désormais se tourner vers la mer, un milieu qu’il vaut mieux connaître pour l’exploiter rationnellement.

Ce fut le crédo des pionniers des années 1950-1970, avant que ça ne redevienne plus récemment le nôtre, en marche vers la conquête de « l’or bleu »…

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Sur ces questions, voir mon article à paraître bientôt : C. Camus, « Sous les vagues bleues, le paysage », Projets de paysage, n° 25, « Sports et paysages : espaces, représentations, pratiques », 2022.

Citer ce billet : “De l’homme-poisson au bathyscaphe”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 23/01/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1574.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.