De l’homme-poisson à l’océanographie


> Vsevolod de Romanovsky, L’homme-poisson et ses conquêtes, Paris, Stock, 1955.

Comme d’autres scientifiques, l’océanographe Vsevolod de Romanovsky a publié en 1955, un petit livre oscillant entre « parfait manuel » de plongée et panorama des explorations, découvertes concernant le monde sous-marin.

Proche de Cousteau, tout comme son collègue et ami Claude Francis-Bœuf fondateur du Centre de recherches et d’études océanographiques (CREO), un bureau d’études océanographiques privé, dont de Romanovsky assurera la direction, le scientifique est un fervent adepte de la pratique de la plongée comme mode d’investigation.

C’est ce qu’il explique dès les premières lignes de son petit livre, dans lequel il va même jusqu’à affirmer que « c’est de l’apparition du scaphandre autonome que date le début de la véritable pénétration de l’homme dans la mer »1 (p. 7). Comme les pionniers (Le Prieur, Tailliez ou Cousteau), l’océanographe voit en cet outil un moyen de devenir un homme-poisson en prise sur le milieu :

« Le scaphandre autonome révolutionna entièrement la technique de la plongée ; il mit à portée de l’homme un moyen merveilleux qui lui permet de vivre comme les poissons, d’évoluer comme eux, de descendre ou de monter à sa guise, de contempler les admirables paysages sous-marins. Le lourd attirail du scaphandrier à casque disparut, ainsi que le tube qui le reliait à l’indispensable pompe placée à bord du bateau. Devenu autonome, le nouveau scaphandrier conquit réellement la mer. » (p. 8)

S’intéressant de près à la plongée tout comme à la photographie subaquatique qui lui permet d’illustrer son ouvrage, l’océanographe analyse également le mouvement général qui convertit les premiers chasseurs-cueilleurs sous-marins en observateurs sensibles et fascinés par ce nouveau monde :

« Le plongeur-chasseur fit place au plongeur contemplatif, dont le principal souci était de ramener à la surface des images dignes d’intérêt, et tout, dans le monde sous-marin, apparaissait digne d’intérêt, car tout était nouveau. L’homme s’émerveillait devant le lent et gracieux balancement des posidonies, devant les couleurs des éponges encroûtantes, devant le jeu de la lumière au sein des grottes, des tunnels et des surplombs sous-marins. » (p. 9)


> Photos sous-marines de l’auteur (p.48)

Ainsi, l’émerveillement viendrait limiter l’appétit et arrêter l’arbalète du chasseur au profit d’une captation d’images interprétée comme une possible première étape vers une quête de connaissance :

« De la chasse à la recherche et à l’exploration, l’évolution a été rapide et, en dix ans, le plongeur assagi a compris tout l’intérêt du précieux appareil qu’il porte sur le dos. » (p. 11)

Ce point essentiel qui vient conforter mes propres observations et celles d’autres chercheurs2, qui est ici développé et amplifié dans les toutes dernières lignes de cet ouvrage des années 1950 :

« Après être passé par le stade du chasseur, le plongeur a compris le rôle qu’il était susceptible de jouer dans la connaissance des mers. Il s’est intéressé à tout ce qu’il observait, il a photographié, noté, raconté ce qu’il avait vu au fond de la mer et, petit à petit, il a pris conscience de son importance dans le domaine scientifique. » (p. 191, en conclusion)

D’ailleurs ces propos recoupent ceux des pionniers comme Cousteau3 qui les tient dès son premier court-métrage Par dix-huit mètres de fond, tourné en 1942 : entièrement consacré à la chasse sous-marine, ce film se referme sur une comparaison entre l’abondance de poissons tués par Frédéric Dumas au cours du tournage et la richesse des images captées par le cinéaste. La chasse aux belles images pourrait remplacer la chasse tout court en suscitant d’autres émotions et d’autres résultats.

Une dimension évidemment valorisée par l’océanographe qui insiste alors sur le rôle essentiel qu’a pu jouer le commandant dans cette histoire, notamment par la diffusion de son invention, le scaphandre autonome mis au point avec l’ingénieur Émile Gagnan et l’entre l’Air Liquide, et dans une véritable invention du paysage et du nouveau monde sous-marin qu’il a ainsi permis :

« Il ne suffisait pas de mettre au point un moyen de pénétrer dans la mer, il fallait encore en répandre l’usage. Ce rôle de propagation, J.-Y. Cousteau s’engagea à le remplir ; par ses livres, ses films, ses conférences et ses articles, il fit connaître l’existence du scaphandre autonome et fit partager aux lecteurs ou aux auditeurs toutes les joies qu’il procure. » (p. 12)


> Dessin du scaphandre Cousteau-Gagnan comme illustration (p. 38)

Autant de constats qui conduisent l’océanographe à voir en Cousteau, Dumas et Tailliez, ceux qui « apportèrent à l’océanographie une contribution inestimable, dont on n’a peut-être pas encore apprécié toute la valeur » et dont ce petit livre s’est précisément attaché à montrer et « démontrer ce que leur invention permet de réaliser » (p. 12), dans le champ de recherche sur le monde marin.

Et dans le même mouvement, qui nous intéresse tout particulièrement, on peut rappeler que Cousteau sera aussi celui qui invitera à s’installer plus longuement au cœur de ce milieu. Il incitera à l’habiter pour l’étudier comme le fera Raymond Vaissière, un autre océanographe accueilli par Précontinent II, ou pour en exploiter les richesses, comme ce sera envisagé pour Précontinent III.


40 ans après : un exercice de déboulonnage…


> Couverture du livre de 1996.

On pourrait s’arrêter là, avec ce petit livre publié en 1955 par l’océanographe-plongeur. Mais l’histoire se poursuit et l’auteur vient remettre en question tout ce qu’il a pu dire de Cousteau. Tout ce beau récit vole en éclat dans le livre rageur que le « véritable océanographe », dit la couverture, écrit et publie quarante ans plus tard. Entendant dévoiler La face cachée de Cousteau, de Romanovsky entend bien dire tout le mal qu’il pense du pionnier de la plongée et de l’exploration, cet acteur majeur de l’océanographie dont il vantait antérieurement tous les mérites4. Un an avant sa disparition, il déboulonne la statue du commandant.

Dans ce livre dénonciateur et amer, Cousteau ne serait plus l’inventeur du scaphandre autonome (attribué au seul Émile Gagnan et à Air Liquide), pas plus que des soucoupes plongeantes (attribuées aux ingénieurs de l’OFRS, le bureau d’étude de Cousteau) ou des maisons sous la mer, jugées moins innovantes que les expériences de Link ou de George Bond de l’US Navy :

« Comme j’ai eu l’occasion de le signaler précédemment, il ne faut pas croire que Cousteau fut l’inventeur des Maisons sous la Mer. L’Américain George Bond de I’U.S. Navy, avant 1939, avait déjà proposé l’idée des plongées à saturation et des Sea-Lab. On retrouva des projets chez Ed Link dans Man in the sea, projets qui se concrétiseront avec l’exploit de Robert Sténuit. » (p. 90)

Reniant systématiquement tout ce qu’il avait écrit dans son livre de 1955, Vsevolod de Romanovsky dresse un tableau extrêmement sombre de l’œuvre d’un Cousteau qui n’aurait strictement rien fait ni apporté à l’océanographie…

« À la fin de ce livre, force est de constater que Cousteau n’aura pas vraiment été un cinéaste, qu’il n’aura jamais été un océanographe ou un scientifique, que sa contribution intellectuelle et technique au développement des instruments qui ont permis la conquête sous-marine s’avérera, lorsque le tohu-bohu médiatique sera retombé, des plus discrètes. » (p. 235)

Plus de deux cents pages rageuses pour déboulonner la statue du commandant, avec une insistance peu crédible tant elle ressemble à une dénégation qui semble s’expliquer par un conflit ancien5. En effet, le chapitre le plus dense de l’ouvrage défend un projet expérimental d’immersion en Méditerranée de fûts de déchets radioactifs porté par le bureau d’étude de l’océanographe :

« Où le Commandant, toujours actif, crée une tempête en Méditerranée à propos d’une radioactivité potentiellement très faible… tout en considérant la mer comme une véritable poubelle6 » (titre du chap. VII)

Un projet finalement empêché par des élus et riverains… appuyés et relayés par le très médiatique Cousteau. 

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Même si l’océanographie a pu s’en passer pendant longtemps comme le montre le premier chapitre consacré à « Avant le scaphandre autonome ».

2 Voir notamment : Vianney Mascret, L’aventure sous-marine : Histoire de la plongée sous-marine de loisir en scaphandre autonome en France (1865-1985), Thèse de doctorat, Université Claude Bernard – Lyon I, 2010.

3 Mais aussi Hans Hass qui suit un parcours similaire, ou encore de Bernard Gorsky, chasseur qui devient écrivain-explorateur.

4 Vsevolod de Romanosky, La face cachée de Cousteau, Paris, Odilon Média, 1996.

5 Fort étrangement, ce dernier livre s’ouvre sur une une reproduction de la page de titre du livre Le Monde sans soleil, ornée d’une dédicace de Cousteau à « l’ami Romanovsky, infatigable pionnier de la mer et de l’océanographie »  !

6 En s’appuyant sur les mémoires d’André Laban, ingénieur et pilote de soucoupe plongeante de la Calypso, Romanovsky reproche à Cousteau d’avoir activement fermé les yeux sur des rejets de boues rouges en Méditerranée, en étant mandaté par Pechiney, l’entreprise pollueuse, qui lui avait commandé une expertise sous-marine. 



Citer ce billet
Christophe Camus (2022, 31 janvier). De l’homme-poisson à l’océanographie. Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgiq

3 réflexions sur « De l’homme-poisson à l’océanographie »

  1. Genevieve Hélène de Romanovsky

    Étant la fille de Vsevolod de Romanovsky. Je tiens à mettre un commentaire sur votre article.
    Mon père fut un véritable scientifique aux nombreuses publications, pionnier de l’océanographie et reste une référence internationale dans ce domaine. Il a bien connu Cousteau et a pu après quarante années rétablir sans rancune la vérité sur ce personnage médiatique au bonnet rouge.
    Incitez vos lecteurs à se procurer d’occasion le livre : La face cachée de Cousteau. Édifiant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.