Exploiter la mer demain, en 1972


> Claude Riffaud, Demain la mer, Paris, L’école des Loisirs, 1972 (couverture)

Un an avant la crise de 1973, mettant fin aux Trente Glorieuses, Claude Riffaud, ancien officier de Marine devenu responsable de « l’Aménagement du Plateau Continental » auprès du Centre national pour l’exploitation des océans, a écrit une histoire et un panorama des projets de pénétration, de conquête et d’exploitation de la mer, en privilégiant la rationalité industrielle et économique aux grands rêves d’habiter sous la mer.

Ancien plongeur de la Marine nationale, Claude Riffaud est un spécialiste des questions sous-marines désormais au service des projets du Cnexo, qui aurait pu être présidé par J.-Y. Cousteau si ce dernier n’était alors en plein conflit avec l’océanographie institutionnelle française. L’agence gouvernementale en charge de l’étude et l’exploitation des mers sera finalement dirigée par son concepteur, Yves la Prairie qui préface et donne le ton au livre de son « co-équipier ardent et réfléchi » :

« Demain, la mer sera pour les hommes aussi nécessaire à leur existence que l’air et la lumière, la terre et les plantes. Mais beaucoup ne s’en doutent pas encore : s’ils admettent sans trop de peine que l’océan fut le berceau de toute vie, et donc de la leur, ou que l’eau ”du ciel” sans laquelle cette vie ne pourrait être entretenue et développée vient aussi de l’océan, il leur est plus difficile d’éprouver directement comment, pourquoi, à quel point cette réserve biologique et minérale, cette voie d’échanges intercontinentaux, ce générateur et régulateur des climats, est en train de devenir l’élément directement déterminant de leur avenir. »
(Préface d’Yves la Prairie, directeur général du Cnexo)

À son tour, Claude Riffaud ouvre son propos en rapportant l’exploit d’une opération de l’entreprise marseillaise Comex qui a permis à trois plongeurs d’atteindre une profondeur de 255 mètres dans le golfe d’Ajaccio au moyen d’une « capsule d’acier » et de « caissons hyperbares » embarqués sur un bateau resté en surface :

« L’opération est une première mondiale et elle marque une date dans cette bataille que les hommes mènent depuis l’origine des temps pour essayer de vaincre les forces de la nature.
Elle signifie que désormais la totalité des plateaux continentaux est ouverte à leur entreprise puisque, tout simplement, il devient possible d’y travailler. Et sait-on que ce domaine sous-marin représente sensiblement une surface égale à celle de la Lune ? » (p. 9)

Au-delà de l’exploit, il faut lire entre les lignes pour souligner le mode opératoire de cette conquête du plateau continental qui ne s’appuie pas sur des habitats sous-marins, mais intervient plus classiquement à partir de la surface… sans recourir aux « maisons sous la mer » défendues par Cousteau et tous les autres pionniers de l’habitat et de l’habiter sous-marin.


> « Le plateau continental français occupe, par exemple, une superficie égale à 30 % de celle du territoire national. » (p. 70, ill. p. 71)

Comme l’on fait tous les pionniers de la conquête des fonds marins, Riffaud commence par confronter ce projet à l’autre grande conquête de l’espace, le programme Apollo qui se termine en 1972. Suivant une tendance relayée « dans la presse ou dans certaines revues spécialisées », l’auteur s’intéresse aux « analyses d’apparente logique visant à établir une sorte de symétrie » entre astronautes et océanautes (p. 146). L’auteur admet volontiers que les deux activités ont « des points communs puisque l’une et l’autre conduisent à faire vivre l’homme hors de son environnement naturel » (p. 147). Des Situations où ces explorateurs courent des dangers du même ordre, bien que tenant à la distance qui les éloigne de la Terre, pour les astronautes, et à la pression qui retient les océanautes sous la surface, avec des temps d’accès comparables1.

Le spécialiste de la plongée insiste néanmoins sur la principale différence entre les deux pratiques exploratoires : 

« le fait simple et mal connu que l’homme a depuis longtemps le pouvoir de pénétrer sous la mer —avec de sévères restrictions sans doute, mais enfin, il ‘’savait le faire’’… » (ibid.). 

Des pratiques et des connaissances sur lesquelles il souhaite revenir.

L’industrieuse conquête des fonds marins

Sans remonter jusqu’à la « mystérieuse cloche sous-marine qu’aurait utilisée Alexandre le Grand en des temps très anciens », Riffaud s’intéresse ainsi à l’évolution de « la pénétration de l’homme sous la mer ». Une pratique suscitant imagination et fantasmes qu’il tente de balayer pour se centrer sur des faits concrets et reproductibles, en ciblant tout particulièrement les records de profondeur à l’aide de mélanges gazeux.

Une vision militaro-industrielle qui ne l’empêche pas de reconnaître que « l’homme de la rue n’a réellement découvert la plongée qu’à l’issue de la dernière guerre avec les appareils autonomes, Le Prieur, Commeinhe et surtout Cousteau-Gagnan » (p. 148). Ainsi, son histoire de la plongée ne semble pas aussi anti-Cousteau qu’on pourrait s’y attendre, même si elle renvoie le pionnier du côté du grand public, de la vulgarisation d’une pratique devant évoluer « du folklore à l’entreprise industrielle » (p. 149).

S’intéressant principalement à la plongée profonde à saturation, le spécialiste n’hésite pas à évoquer les recherches portant sur la « respiration en phase liquide » résumant les travaux du « physiologiste hollandais Kylstra », souvent cité par Cousteau et d’autres pour annoncer un possible Homo Aquaticus.

Mais le rapprochement s’arrête là, Riffaud défend le principe industriel d’une « ‘’plongée à saturation’’ à partir d’habitats de surface » plutôt que « la méthode que la presse a vulgarisée sous l’appellation ‘’maison sous la mer’’… » (p. 202-203).

Revenant sur l’histoire des expérimentations d’habitats sous-marins de « Précontinent » à « Tchernomor », l’auteur s’étonne que ce soit dans cette « voie que d’emblée presque tout le monde s’est engagé [alors qu’elle était, selon lui,] beaucoup plus lourde et beaucoup plus onéreuse » (p. 204). S’il essaie de comprendre cet engouement très expérimental, il n’y voit qu’illusions :

« C’est en ce sens qu’on se faisait des illusions, car, la sémantique et le goût de l’extrapolation aidant, on voyait le fond de la mer devenir une ruche bourdonnante d’ouvriers aquatiques et les chantiers de travail s’assimiler au banc de montage de l’usine Renault ! » (p. 205)

Considérant que les interventions sous l’eau ne nécessitent pas forcément une présence au long cours, l’auteur nous incite à voir les « maisons sous la mer » comme une « branche morte du progrès », « les diplodocus de l’évolution de la technique sous-marine » (ibid.). Dans cette perspective, ces habitats ont simplement servi l’expérimentation d’équipements, avec souvent d’autres motifs :

« Les habitats sous-marins avaient d’autres visées. Ils prétendaient promouvoir une sorte d’éthique nouvelle, permettre à l’homme de s’intégrer dans son milieu (… si l’homme ne vit pas dans la mer, comment percera-t-il ses secrets ?) — le retour aux sources — l’homme aquatique — le mutant du 6ᵉ continent… » (p. 206) 

Sur ce plan économique et industriel, il est évident que l’homo aquaticus de Cousteau ou le mérien de Rougerie, n’ont plus leur place, pas plus que leurs « maisons » ou vaisseaux subaquatiques2. Fin connaisseur de l’histoire de ces moyens d’aller sous la mer, l’auteur décrit une véritable course à la production de petits sous-marins civils aux États-Unis dans les années 1960, signes ostensibles que l’on « entrait dans l’ère de l’océan » (p. 216), dans le prolongement des fameuses soucoupes plongeantes de Cousteau (p. 214). Mais une entrée sans succès pour ces « ‘’chefs-d’œuvre’’ d’ingénieurs » inadaptés « à un marché réel ni à un besoin spécifique des hommes de science » (p. 216). 

Équiper et aménager la mer… avant qu’il ne soit trop tard 

Si l’essentiel du livre vise une exploitation économique et industrielle de la mer et des océans, son argumentaire prend en compte d’autres usages pouvant conduire à « équiper la mer » pour y développer des activités touristiques variées. Ce programme d’aménagement est décliné en plusieurs parties invitant à « remodeler le littoral » (p. 302), à créer « des parcs marins » (p. 304) ou des « îles artificielles » (p. 307), sans oublier de « pénétrer au-delà de l’écume des vagues », pour habiter la mer :

« Car cette société des Loisirs —si on y accède un jour — sera au stade le plus élémentaire, celui de la chaise longue et de la contemplation, mais elle sera aussi, et surtout, celle de la connaissance. Les hommes voudront comprendre beaucoup plus de choses. On sait qu’ils portent en eux la curiosité et la soif de connaître, pulsions que les tracasseries du monde moderne étouffent ou dépravent. […]
Demain, beaucoup dont ce ne sera pas le métier, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, voudront, eux aussi, ouvrir leur esprit à cette vie mystérieuse qui se cache au-delà de l’écume des vagues.
Ils pratiqueront la plongée sous-marine, non plus comme un sport, mais comme un moyen. Des habitats de verre leur permettront d’observer ce qui se passe à l’extérieur. Des sous-marins touristiques sillonneront les franges littorales comme aujourd’hui les cars Vista-vision sillonnent les rues de Paris. » (p. 305)

Demain la mer se referme en se penchant sur l’inévitable pollution d’un « littoral menacé », avant de s’intéresser à la grande question du « droit de la mer », comme préalable au partage du plateau continental et des fonds marins, autant d’espaces à exploiter (p. 331).


> Dessin représentant les fonds océaniques (p. 336)

Une préoccupation qui s’inscrit dans le droit fil des ambitions du Cnexo et de la mission de son directeur de l’Aménagement du Plateau Continental, mais qui rencontre déjà sur son chemin « le rêve de ‘’croissance zéro’’ né sur le campus du MIT », considéré par l’auteur comme des :

« aspirations purificatrices d’une société en mutation qui commence tout juste à se libérer des entraves millénaires de la faim, du froid, de l’asservissement des forces de la nature, [et qui] s’apparente à tous ces rêves pastoraux dont se nourrissent les idéalistes depuis qu’ils ont perdu l’âge d’or » (p. 344). 

On comprend à ces mots que l’exploitation des mers et des fonds marins ne devrait pas s’arrêter à ces premiers avertissements. Une affaire à suivre dans ses rebondissements contemporains.

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 « Il faut, rappelons-le, sensiblement le même nombre de jours pour revenir de la Lune sur la terre que pour revenir de 250 mètres de fond à la pression atmosphérique… », souligne l’auteur, p. 147.

2 Suivant une même logique Riffaud fait une analyse critique sur les projets de sous-marins « crache plongeurs » imaginés, notamment par Cousteau (l’Argyronète) comme prolongement ou alternative aux habitats fixes (p. 207-sq.).

Citer ce billet : “Exploiter la mer demain, en 1972”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 07/02/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1616.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.