Un centre de plongée au temps des Beaux-Arts

Lors d’une exposition du fond ancien de la bibliothèque de mon école d’architecture, j’ai eu l’occasion de feuilleter un recueil rassemblant Les concours d’architecture de l’année scolaire 1956-1957 (Paris, Vincent, Fréal & Cie) de la prestigieuse École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, avec l’agréable surprise d’y dénicher le programme d’un concours (d’étudiants) pour « Une école nationale de navigation à voile et d’exploration sous-marine » !

Le programme de l’exercice commence par rappeler que « La technique moderne a beaucoup contribuer à améliorer la pratique de certains sports tels que la navigation à voile, la natation, la plongée et l’exploration sous-marine qui connaissent auprès des nouvelles générations une vogue grandissante » (p. 13), suivent alors les exemples des Glénans (Bretagne) et de Saint-Florent (Corse).

Destiné à accueillir 200 élèves, garçons et « jeunes filles », mais en dortoirs séparés, le centre doit comprendre ces hébergements, des locaux de travail théorique, une « petite cinémathèque », une bibliothèque, deux classes, des terrains de sport, une piscine d’eau de mer avec ses vestiaires et, surtout, un port avec quai, grands hangars pour les petites embarcations mais aussi le « délicat matériel de plongée rangé sur des étagères spécialement étudiées pour en faciliter le parfait entretien » (ibid.). Et sans aucunement se limiter à la pratique sportive, le centre entend sensibiliser les générations futures au milieu marin :

« Dans le voisinage du port et en partie aménagés dans les parois rocheuses, seraient convenablement présentés, pour l’éducation des jeunes gens, quelques aquariums et des collections bien cataloguées de spécimens les plus intéressants de la faune et de la flore sous-marine, ainsi que quelques salles de documents, dessins, gravures, photographies et maquettes se rapportant à l’évolution de la navigation à la voile à travers les âges jusqu’à nos jours. » (ibid.)

Dans ce généreux programme de 1957, la plongée n’est pas seulement une activité sportive, mais est pensée comme une ouverture au milieu sous-marin qu’elle permet d’explorer. Outre le programme de ce concours d’école, l’annuel donne à voir les planches (« sur une feuille grand-aigle », 75 × 106 cm.) des lauréats.

Ainsi, le premier prix étant attribué à M. Dubroux (en haut de la planche ci-dessous), élève de MM. Gromort et Arretche :

Arrêtons-nous également sur le 3e prix attribué à M. (Edmond) Lay (en bas de la planche ci-dessous) issu du même atelier :

Ainsi que sur le 4e prix attribué à M. (Pierre) Parat* (en haut de la planche ci-dessous), élève de M. Beaudouin :

* Sans doute le plus connu de ces anciens « élèves », fondateur de l’Agence Andrault et Parat (ANPAR), et qui vient tout juste de disparaître.

Citer ce billet : “Un centre de plongée au temps des Beaux-Arts”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 04/11/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/164.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.