Invention du paysage sous-marin


> Couverture de Philippe Diolé, L’Aventure sous-marine, 1951

Je souhaite présenter ici un article qui vient d’être publié dans la revue Projets de paysage [en ligne]. Ce texte analyse une série de récits de découverte de la chasse ou de la plongée sous-marine, comme pratiques sportives, qui ont contribué à rendre visible le fond des mers afin d’en faire un véritable paysage sous-marin… habitable. 

Peu de choses à ajouter à l’article lui-même, qu’il faut aller lire sur le site de la revue, sinon qu’il peut être mis en relation avec mes précédents billets consacrés à des ouvrages des océanographes Claude Francis-Bœuf et Vsevolod de Romanovsky, ou du commandant Georges Houot.

J’aimerais également le resituer dans le cheminement de ma recherche portant principalement sur l’habiter et les habitats sous-marins.

Si j’ai commencé cette recherche en interrogeant des expériences ou des projets architecturaux d’habitats subaquatiques, ce nouvel article sur l’invention des paysages qui les entourent propose une sorte d’investigation en amont de ces opérations. Justement, il fait l’hypothèse, qu’avant de vouloir et de pouvoir rester vivre sous la mer, il a fallu y aller une première fois, en découvrir et apprécier les richesses et y voir un paysage. L’article de la revue Projets de paysage, montre que tout s’est joué dès le début. Des premiers coups de palmes à la poursuite de poissons aux premières bulles de détendeur, est né une envie d’allonger la durée (et d’augmenter la profondeur) des séjours sous la mer. C’est ce qu’a rendu possible le scaphandre autonome mis au point par Cousteau (et Gagnan), suivi par la soucoupe plongeante et, surtout, les maisons sous la mer, qui occupent mes recherches. Ainsi, l’invention du paysage sous-marin est aussi celle d’un paysage habitable par les humains.


Christophe Camus, « Sous les vagues bleues, le paysage.
Invention du paysage sous-marin par les pionniers de la chasse et de la plongée »,
Projets de paysage [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021.
URL : http://journals.openedition.org/paysage/23539

Résumé de l’article
À travers cet article, nous revenons sur l’invention du paysage sous-marin par les pionniers de la chasse et de la plongée subaquatiques. Partant de l’idée très simple que la plupart d’entre nous, qu’ils soient plongeurs ou non, peuvent aujourd’hui imaginer, se représenter, le fond des océans grâce aux efforts de Jacques-Yves Cousteau et d’autres pionniers, nous avons tenté de reconstituer une part de cette invention. Si l’histoire de la plongée est bien documentée, notre exploration insiste tout particulièrement sur les manières de décrire, de raconter, de montrer afin d’inventer un paysage longtemps invisible et inaccessible au commun des mortels. L’article commence par un retour sur l’invisibilité, l’inaccessibilité des dessous du « territoire du vide » (Corbin, 1990), avant d’entrouvrir une première fenêtre et de suivre une promenade imaginaire, hors du Nautilus de Jules Verne. Dépassant les peurs séculaires, renouvelant les visions romancées des abysses, nous interrogeons alors une première série de récits d’exploration, de chasse ou de plongée, des mers tropicales à la Côte d’Azur, qui révèlent un paysage en même temps qu’ils inventent les sports et loisirs subaquatiques modernes. Enfin, sans quitter la Méditerranée, nous retrouvons Cousteau qui, de films en livres, met en scène et invente un paysage sous-marin, hospitalier et même colonisable ou habitable par les humains.


Citer ce billet : “Invention du paysage sous-marin”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 09/02/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1655.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.