… et l’architecture et la ville vont sous la mer

Une fois n’est pas coutume, je voudrais évoquer une journée d’étude à venir, “Toute la mer va vers la ville“, organisée par Juliette Azoulai, et qui aura lieu à la Maison de la Mer à Paris, le 14 avril 2023.

Je me réjouis par avance de cette occasion d’aller parler de mes recherches à l’Institut Océanographique de Paris (en attendant d’en faire de même un jour à Monaco 😉 ) et où j’imagine pouvoir retourner l’argument original de ces rencontres.

En effet, comme l’affiche le titre de mon blog hcsm.hypotheses, je m’intéresse principalement aux projets d’habiter sous la mer, aux démarches d’explorateurs, d’ingénieurs et, bien évidemment, d’architectes concevant, construisant et expérimentant des habitats subaquatiques, en rêvant parfois d’urbanisation ou de ville sous-marine. Mes recherches n’oublient jamais l’histoire des idées, la place des représentations ni même le jeu des fictions, mais elles sont orientées, presque aimantées, par l’envie de passer à l’acte, c’est-à-dire de construire et d’expérimenter des architectures sous-marines et de vivre en apprivoisant ou en domestiquant des milieux extrêmes.


> Quelques exemples de projets de villes marines d’architectes célèbres présentés par J. Rougerie et É. Vignes, Habiter la mer, 1978, p. 68-69.

Pour mon intervention à cette journée, j’hésite ainsi entre plusieurs pistes qui vont peut-être finalement se rejoindre.

_ La première, sans doute la plus évidente, serait d’interroger cet imaginaire bâtisseur sous-marin. Comment la découverte de ce milieu conduit instantanément à vouloir y habiter et comment ce désir de fusion “cosmique” avec cet environnement rencontre, ou pas, l’idée d’y installer des villages ou des villes.

_ La seconde piste, certainement plus pertinente, serait de partir de la “fin” du grand programme (cornucopien) de conquête du plateau continental. Cela pour examiner comment la fin des années 60-70 voit un arrêt ou une reconfiguration de l’ambition d’habiter sous la mer, conduisant à plus de modestie dans les projets concrets (petits habitats plus que villes sous-marines, notamment), tout en réactivant une production imaginaire (et ses projets de pixels) de colonisation pacifique de l’espace marin et sous-marin1.

Autant de pistes à suivre…

Citer ce billet : “… et l’architecture et la ville vont sous la mer”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 16/06/2022. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/1671.

 

  1. Comme toujours, à l’instar de ce qui se passe aujourd’hui, du côté des projets de colonisation de l’espace, de la Lune ou de Mars, avec la collaboration d’un certain nombre de Space Architects. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.