« La joie de vivre sous la mer »


> Jean-Albert Foëx, Rendez-vous sous la mer, Paris, Nouvelles éditions latines, 1954.

Poursuivant inlassablement la lecture des premiers récits de découverte de la plongée et du monde sous-marin, j’ai été tout particulièrement attiré par un chapitre du Rendez-vous sous la mer de Jean-Albert Foëx, publié en 1954. Il y est question de « vivre » dans ce nouveau monde, un programme au cœur de mes recherches, même si cette vie et ses plaisirs ne sont pas exactement ceux que j’attendais.

Bien connu des plongeurs (du XXᵉ siècle) pour avoir été le directeur de la célèbre revue L’aventure sous-marine (1954-1981), Jean-Albert Foëx (1917-1994) a écrit de nombreux ouvrages consacrés aux sports subaquatiques et à la mer en général.


> Couverture du premier numéro du magazine L’Aventure sous-marine, 1954

Paru en 1954, Rendez-vous sous la mer s’intéresse aux techniques de plongée libre ou avec bouteilles, à la chasse sous-marine entre faune et conseils pratiques, à la photographie ou de l’archéologie subaquatique, à l’histoire de cette forme d’exploration, etc. Le livre comprend également un chapitre curieusement intitulé « La joie de vivre sous la mer » (p. 111-119), développant une réflexion qui ne peut qu’attirer notre attention. Cela d’autant plus qu’à l’exception notable de Cousteau et des Mousquemers, les pionniers du milieu des années 1950 n’imaginent pas encore pouvoir vivre et habiter sous la mer. La plupart des plongeurs de cette époque espèrent y vivre de bons moments et en rapporter quelques souvenirs.

Ayant consacré de nombreuses pages à la chasse et à la faune sous-marine, le livre de Foëx s’intéresse évidemment à ce qu’on peut voir et prélever sous la mer : des poissons, mais également des éponges, des cols d’amphores ou des nacres, dont les techniques de pêche sont inventives et détaillées par l’auteur. Le fond des mers reste une réserve de poissons ou d’objets étonnants à montrer aux terriens ou à exposer dans son salon.

Et c’est cette consommation  visuelle ou esthétique qui intéresse tout particulièrement l’auteur. Son chapitre s’ouvre par une évocation des « toiles de Léonor Fini [qui] donnent mieux qu’une idée, de réelles représentations des fonds marins » (p. 111), explique Foëx en renvoyant à un court-métrage présentant l’œuvre de l’artiste (La Légende cruelle, 1951). L’évocation de cette peintre proche des surréalistes lui permet de décrire les fonds et paysages sous-marins comme autant d’œuvres naturelles accessibles au plongeur, « évoluant comme un homme-oiseau au-dessus du sous-bois pétrifié où tout lui semble immobilité minérale » (ibid.). Mais les poétiques descriptions ramènent vite le lecteur aux trésors de la mer que sont les éponges ou, surtout, la nacre qui « se pêche au lasso », comme l’explique l’auteur sur plusieurs pages. Après nous avoir vanté la beauté des grandes coquilles méditerranéennes, Foëx invite son lecteur à fabriquer de faux trésors engloutis en immergeant sous la mer afin qu’ils soient entièrement recouverts de concrétions. Le propos glisse ensuite de ces « plantations sous-marines d’objets d’art » (p. 115) à une brève recension de véritables artistes dessinant ou peignant des paysages sous-marins : Zarh Pritchard et quelques autres1.


> Peinture sous-marine de Zarh Pritchard
(Catalogue d’exposition de peintures sous-marines, Galerie Georges Petit, 4-21 juillet 1921, consultable sur le site de l’INHA)

Cette revue des arts subaquatiques se poursuit autour de l’évocation poétique des performances de la nageuse et comédienne américaine Esther Williams ou de la plongeuse Lotte Hass qui sera une actrice essentielle des films de son mari l’explorateur, plongeur et cinéaste autrichien Hans Hass, contemporain et un temps concurrent de Cousteau. 


> Photo de la plongeuse autrichienne Lotte Hass

Abordant les joies de la vie sous la mer sous un angle esthétisant, des nacres aux faux butins, des tableaux représentants les fonds aux photos ou films sous-marins mettant en scène de belles naïades, le livre de Foëx parle surtout d’images et de souvenirs rapportés ou conservés à la suite de courts séjours sous la mer. On peut aussi y voir une incitation à pratiquer une activité qui fut un temps réservée aux virils marins, aux scaphandriers, aux sous-mariniers, aux explorateurs et aventuriers de tous poils, sur le point de devenir un sport subaquatique accessible à tous et à toutes : jolies jeunes femmes et même petite fille n’ayant plus envie de jouer à la poupée !


> Photo d’une jeune plongeuse (entre les p. 96 et 97)

Ainsi, cette étrange esthétisation de la plongée peut donc être lue comme un message à destination des femmes appelées à pratiquer de cette activité. À l’inverse, elle peut aussi se lire comme une utilisation plus classique d’une image publicitaire de la femme pour attirer l’œil masculin vers ce nouveau sport moderne2.


> Publicité Sporasub parue dans le magazine Océans n°6, été 1970

Quoi qu’il en soit, le Rendez-vous sous la mer de J.-A. Foëx, reste une incitation à pratiquer ces nouvelles activités sportives dans un mouvement esthétique et hédoniste pas si éloigné du « plongeur cosmique » rêvant d’habiter pleinement les fonds marins. Un programme qui verra le jour une dizaine d’années plus tard, n’oubliant pas de mettre en scène une femme : Simone Cousteau.

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Walter ‘’Zahr’’ H. Pritchard, ainsi que Pierre Bertrand (1884-1975) ou Monique Watteau (née en 1929). 

2 Il y aurait sûrement une enquête approfondie à faire sur l’image de la plongeuse dans la presse des années 1960, de L’Aventure sous-marine de J.-A. Foëx au magazine Océans.



Citer ce billet
Christophe Camus (2022, 8 juillet). « La joie de vivre sous la mer ». Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgiv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.