Mondes ensablés, une lecture de plage


> Plage malaisienne (c) Gaddafi Rusli by unplash.com

Peu de temps après avoir dévoré Mermere réédité en 2022, je me suis plongé dans la suite du roman culte de 1978 ; mais un quart de siècle plus tard, l’histoire a changé et son rapport au monde aussi…

Le roman culte de science-fiction marine écrit par l’écrivain surfeur et voyageur Hugo Verlomme a donné lieu à une suite intitulée Sables parue en 20031. Le livre nous entraine sur un banc de sable habité par des « enfants perdus de Mermere » . Si ces derniers sont toujours intimement liés à la mer, aux dauphins et à d’autres mammifères marins, ils ne vivent pratiquement plus sous l’eau. En effet, les noés ont perdu le secret et surtout l’usage de « l’okam », ce petit accessoire greffé dans leur gorge qui permet de respirer dans l’eau. Vivant au plus près de la mer dont ils tirent l’essentiel de leurs ressources et qu’ils parcourent sur de frêles embarcations proches des planches de surf, les noés restent en prise avec ce milieu qu’ils aiment et vénèrent plus que tout autre. Ainsi, contrairement à son glorieux prédécesseur, Horn, le nouveau héros de Sables, ne doit ses exploits qu’à sa capacité à retenir son souffle sous les flots bleus. Marins, surfeurs et apnéistes confirmés, les enfants de Mermere vivent l’essentiel de leurs aventures à la surface des océans bien qu’ils soient capables d’y plonger et même de trouver refuge « dans la fraicheur sous-marine de la Cloche » (p. 142). S’ils ne sont plus considérés comme des terroristes menaçant la civilisation terrienne, les noés sont néanmoins traqués par un savant fou cherchant à s’emparer de l’okam. Le réchauffement climatique est passé par là, faisant de cette technologie un moyen de survivre à l’inexorable montée du niveau des océans. Rescapé de la fonte des glaces polaires, Jonah Pym fouille les cerveaux des marins égarés à la poursuite du secret des héritiers de Mermere.


> Surfeurs (c) Corey Serravite by unplash.com

Si l’intrigue du roman est toujours structurée autour d’une quête du secret de l’okam, bien connu des lecteurs de Mermere, je ne vais pas en dévoiler l’intrigue ni évaluer la qualité littéraire de cette suite d’un roman à succès. Je ne vais pas non plus revenir sur les rapprochements qu’on peut faire entre cette fiction et les projets futuristes ou prospectifs d’installation d’humains au fond des mers. Je souhaite plutôt noter et tenter de comprendre ce qui a changé de 1978 à 2003, c’est-à-dire durant un quart de siècle qu’on pourrait qualifier de post-moderniste.

Souvenons-nous que les pionniers, Edwin Link, George Bond ou Jacques-Yves Cousteau ne sont plus de ce monde en 2003, et que les maisons sous-marines et la conquête du plateau continental ne sont plus vraiment d’actualité à une époque de repli sur une crise climatique qui s’impose à nos consciences. Presque seul, l’architecte Jacques Rougerie, ami du romancier, prolonge cet esprit de conquête, dessinant sans relâche des artefacts mériens et transmettant cette passion moderne auprès des jeunes générations à travers sa fondation. Il faut admettre que le projet prophétique et prospectif d’habiter sous la mer est devenu une fiction, comme semble le suggérer le roman de Verlomme.

Si l’on s’intéresse au genre littéraire du roman, on pourrait dire que nous sommes passés de la moderniste SF (science-fiction) à la postmoderne fantasy, donnant ainsi raison à Fredric Jameson2. Dès son premier chapitre, Sables ne se limite plus aux noés (qui ne sont plus des mutants ou des humains augmentés), mais intègre des hommes-chat, des lutins des mers dans une dynamique où l’expérience cosmique se mêle à la magie. Sans déroger aux codes de la SF, le roman développe également une dimension érotique qui était relativement absente du récit de 1978, plus pudique dans sa sublimation du sentiment océanique.

Si le pouvoir néfaste de la science moderniste est encore incarné par le maléfique Pym, il n’est plus seulement combattu par les inventifs noés et leurs alliés naturels que sont les mammifères marins. Les lutins sont des auxiliaires décisifs dans la bataille finale, et un homme-chats tient une place importante au cœur de l’intrigue. 

Il en va de même pour le « Cercle », confrérie de conteurs réunie par Ismaël, un vieux sage noé qui cherche à prévenir et à contrer l’entreprise néfaste de Pym. Son action médiumnique peut s’apparenter à de la magie, tout en défendant l’idée d’un pouvoir résolument fictionnel :

« Les conteurs sont là pour projeter la réalité dans une autre dimension, pour réinventer le réel. Ils sont antennes aussi bien qu’émetteurs, ils se gorgent des ondes, vibrations, fréquences qui nous traversent, pour mieux les retransmettre à leur tour, en réinventant un futur où le merveilleux retrouve la place qui lui revient… Depuis belle lurette, les conteurs du monde entier, cachés dans leurs îles, leurs grottes, leurs montagnes, leurs forêts, leurs maisons, leurs villes, sont des anges gardiens, des pôles invisibles qui influent à leur façon sur le cours des événements en œuvrant pour que les forces de l’imagination l’emportent sur les forces matérielles. » (p. 286)

Ainsi s’exprime Ismaël qui se fait sans doute le porte-parole d’un auteur qui, comme d’autres, s’est résolument installé dans une époque où la fiction prend le relais du prophétisme scientifico-moderniste. Si la science et la société moderne étaient déjà prises en défaut dans Mermere dénonçant les dérives totalitaires de l’extractionnisme terrien exacerbé, leurs effets pouvaient être corrigés par quelques scientifiques visionnaires rêvant d’une humanité qui retourne à la mer originelle. Réfugiés sur les sables, les enfants de Mermere, ne bénéficient plus de ces inventions low tech et s’en remettent donc à la magie et aux fables qui pourraient éventuellement changer le monde, le temps d’un rêve ou d’un échange de récits croisés.

Moins de science ou de prospective, mais encore un peu de prophétie susceptible de surgir sous le « Dôme » où le « Cercle » se réunit à l’instigation du vieux sage :

« Le futur sera océanique et spirituel…
Dans ce monde liquide, nous communiquons à distance, tels les cétacés. La vie dans l’eau favorise le développement sensoriel et spirituel. Les rêves y remplacent les mains, nous parvenons à être heureux sans avoir à détruire le monde. Oui, nous pouvons accomplir tout cela à plus encore, à condition d’utiliser le bon, le seul carburant : l’Amour, clef de la vie, l’Amour avec lequel on ne peut pas tricher, la seule chose que l’on ne puisse pas voler. » (p. 451)

Mais ce prophétisme carbure à l’amour, tels les timides fictions ou les frêles utopies du XXIᵉ siècle. Finalement, ce roman n’est plus qu’une histoire d’amour qui finit bien, les amants sont réunis, tandis que le vieux conteur décide de prendre le large, passant ainsi de « l’autre côté de l’horizon, de l’autre côté de la page… Conteur ou conté… Qui peut le dire ? » (p. 498).

Tels sont les derniers mots du livre des sables, ces lieux où commence la mer et d’où pourrait commencer une nouvelle colonisation pacifique de ses profondeurs.

–––

1 Hugo Verlomme, Sables. Les enfants perdus de Mermere, Paris, Éditions JC Lattès, 2003. 

2 « La domination apparemment irréversible de la fantasy est donc intimement liée aux avantages littéraires que représente le contenu qu’elle s’est trouvé dans l’écologie, et dans une exploration désormais très poussée des possibilités inhérentes au corps humain […]. », Fredric Jameson, Archéologies du futur. Le désir nommé utopie, Max Milo, (2005) 2007, p. 130.

 



Citer ce billet
Christophe Camus (2022, 24 août). Mondes ensablés, une lecture de plage. Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgiw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.