Le naufrage des maisons sous la mer


Couverture AV Monographías n° 246, 2022

Interrogeant, ici et , les pratiques architecturales visant à construire et à habiter la mer, j’ai été attiré par la couverture du dernier numéro de la revue d’architecture espagnole AV Monographías consacré à l’agence norvégienne Snøhetta en mettant en scène son célèbre Underwater Restaurant. Ce beau projet m’incite à revenir sur les conditions possibilité d’une architecture sous-marine, aujourd’hui. 

Si les maisons sous la mer et les engins de Cousteau ont pu inspirer quelques architectes visionnaires comme les Anglais du groupe Archigram, si elles ont intéressé un atypique historien de l’architecture, Michel Ragon qui y a vu un futur pour l’architecture, incarné par le jeune Jacques Rougerie ; il faut néanmoins admettre que ces réalisations ont rarement fait la Une de la presse spécialisée1, celle-là même qui fait l’architecture, comme je l’ai montré ailleurs2.

Il est donc intéressant de s’arrêter sur le restaurant « Under » de l’agence Snøhetta, un projet très médiatisé, notamment par la revue anglaise en ligne Dezeen3, avant de devenir emblématique de la production de l’agence norvégienne telle qu’elle est présentée par AV Monographías.


> Image de couverture de Dezeen, mars 2019


> Image de couverture de Dezeen, juin 2022

 

Under & starchitecture

Installée à Oslo et New York, Snøhetta est présentée comme une agence d’architectes et paysagistes fondée en 1989 par deux architectes, l’américain Craig Dykers et le norvégien Kjetil Thorsen Trædal. Employant aujourd’hui 280 personnes, c’est une importante agence de starchitectes qui s’est rapidement fait connaître par son projet de nouvelle bibliothèque d’Alexandrie (Bibliotheca Alexandrina). Poursuivant sur cette lancée, l’agence a construit plus de cinq cents projets dans le monde entier et est connue en France pour Lascaux IV ou le nouveau siège du groupe Le Monde à Paris. Marque de fabrique de ces concepteurs scandinaves, une attention particulière au paysage et à un milieu naturel avec lequel l’architecture vient dialoguer parfois de façon très spectaculaire et, évidemment, très photogénique. Brumes, roches ou vagues sont souvent là pour magnifier les formes futuristes ainsi conçues. 

C’est précisément cette logique qu’on retrouve à l’œuvre dans le projet de restaurant sous-marin qui nous intéresse. Souvent abordé par sa large baie vitrée ouverte sous la mer, tantôt vue de l’intérieur (Dezeen, 2019), où de l’extérieur (Dezeen, 2022 ou AV Monographías, 2022), le restaurant joue de son rapport à cet environnement en insistant sur la flore et la faune autant que sur la luminosité particulière des lieux. Vu de la côte, le restaurant exhibe sa « forme monolithique de 34 mètres de long du bâtiment [qui] rompt la surface de l’eau » et censé évoquer « un périscope immergé » dont « les fenêtres massives en acrylique [..] offrent une vue rare sur les fonds marins, qui changent au fil des saisons et des conditions météorologiques »4. Sa structure en béton pourrait évoquer les bunkers glissant et sombrant inexorablement dans la mer, si le bâtiment n’était pas subtilement présenté comme une « coquille de béton immergée [qui] a pour but de fonctionner comme un récif artificiel, accueillant la vie marine ». 


> Vue extérieure du restaurant Under by Snøhetta

Intérieurement, le béton se veut protecteur, construit « pour résister à la pression et aux chocs causés par les conditions maritimes difficiles ». Si ce restaurant est aménagé pour accueillir 40 convives, qui ne seront pas tous attablés autour des cinq tables disposées devant la baie vitrée, il héberge « également un centre de recherche sur la vie marine, [au moyen duquel, des] biologistes marins ont pu étudier la vie sous-marine et le comportement des poissons », obtenant ainsi « des informations uniques », et redécouvrant même « des espèces que l’on croyait disparues ».

Si les belles photos d’architecture et de nature ne montrent pas la vie des océanautes gastronomes ou biologistes, toute la description d’Under peut rappeler celle de certaines maisons sous la mer, permettant d’observer et d’étudier ce milieu tout en le préservant et s’y intégrant.

Mais s’agit-il pour autant d’une forme sophistiquée d’architecture sous-marine qui prendrait la suite des projets Cousteau ou de Rougerie ?

Fin des maisons sous la mer ou changement de programme ?

Pour penser le lien entre ce beau restaurant et les expériences sous-marines des années 1960, il faut revenir sur nos pas en faisant le constat que l’âge d’or des maisons sous la mer est derrière nous. Rappelons que l’époque résolument moderne, bénie ou honnie, qui laissait cours aux rêves les plus fous d’habiter ailleurs, que ce soit sur la Lune, Mars ou sous la mer, s’est plus ou moins refermée au cours des années 1980.

Pour expliquer cette fin, il faut revenir aux motivations qui orientent sa quête. En effet, les expérimentations et les habitats imaginés par Link, Cousteau et d’autres étaient souvent justifiés par un discours utilitariste destiné à rassurer les industriels en quête de pétrole ou nodules polymétalliques, tout en étant assorti d’une simple envie d’aller vivre et travailler sous la mer. Ce grand programme moderniste, tout à la fois extractiviste et utopique a été porté par des visionnaires charismatiques qui ont su mobiliser les intérêts et stimuler l’esprit de conquête d’une époque. On peut admettre que l’idée d’Homo aquaticus a ainsi permis d’expérimenter un nombre croissant d’habitats sous-marins de 1962 à 1968, avant que s’enclenche une décélération amorcée dès 19695 :


> Chronologie de la construction des habitats sous-marins (Miller et Koblick, 1984)

Si la chronologie de James W. Miller et Ian G. Koblick s’arrête avant la parution de leur livre en 1984, nous pouvons extrapoler la tendance observée pour constater que cette aventure humaine s’arrête durant cette période. Arrêt comparable à celui qui affecte la conquête spatiale après l’accident de la navette spatiale Challenger en janvier 1986. Également victime d’un accident survenu au cours de l’expérience Sealab III, conduite en 1969 par l’US Navy, le programme américain s’achève en 1969, tandis que Cousteau s’arrête à Précontinent III, à cause d’un conflit avec les institutions océanographiques françaises.

Toutefois, une autre date est déterminante : 1973, et sa fameuse crise du pétrole, qu’on peut considérer comme la remise en cause du modernisme conquérant. Paradoxalement, c’est une époque faste pour l’ingénierie offshore à la recherche de nouveaux gisements de pétrole sous la mer. Fondée par un ancien collaborateur de Cousteau, l’entreprise Comex profitera de cette nouvelle activité. Mais son fondateur, Henri Germain Delauze ne croit pas aux maisons sous la mer. L’industrie et la recherche océanographique vont donc investir d’autres solutions d’intervention au fond des mers en s’appuyant sur des tourelles de plongée et des caissons hyperbares restant en surface pour loger les plongeurs en saturation. La Comex sera spécialiste de ces solutions, tandis que le Cnexo s’intéressera à la robotique sous-marine pour ses explorations scientifiques. Étonnement c’est à cette même période et avec le soutien de la Comex, que l’architecte Jacques Rougerie se lance dans l’architecture sous-marine. C’est en 1974, période creuse dans la chronologie de Miller et Koblick, que l’architecte français publie la somme de ses premières recherches dans un dossier de L’Architecture d’Aujourd’hui. 


> Pulmo, image de couverture de la revue AA n° 175, sept.-oct. 1974

Yves La Prairie, directeur du Cnexo et Henri Germain Delauze, patron de la Comex, y sont conviés pour contribuer à un état des lieux de la conquête sub-océanique illustré par un riche échantillon des nombreux projets dessinés par Rougerie. Et il faut attendre 1977 pour que l’architecte parvienne à construire Galathée, sa première maison sous la mer. Testée à Ouistreham dans les eaux troubles de la Manche, la maison ne sera jamais habitée et elle finira sa carrière exposée au Japon6. Avec une énergie qui ne l’a jamais quitté, Rougerie poursuivra ses projets d’architecture sous-marine avec Hippocampe, une capsule qu’il expérimentera dans le port de Marseille avec l’appui technique de la Comex en décembre 1981. Très médiatisée et même soutenue par le nouveau ministre socialiste de la Mer, l’expérience sera finalement entravée et posera une limite à la possibilité d’en réaliser d’autres maisons sous la mer, en France.


> Hippocampe de Rougerie dans le magazine Océans, n° 106, février 1982

Si les limitations réglementaires rencontrées par le projet de Rougerie annoncent le principe de précaution, elles interrogent également les principes du programme d’Homo aquaticus. En effet, avec Link, Cousteau ou Bond s’enclenche une quête des profondeurs remportée par Link (SPID, -130 m. en 1964), suivi par Cousteau (Précontinent III, -100 m. en 1965), puis Bond (Sealab III, -180 m. en 1969) ; des records battus par les Soviétiques (Benthos-300 à -300 m. en 1966 !). Héritage de la Guerre froide, cette course à la maison profonde finit par être remplacée par les systèmes de plongée hyperbare développés par les industriels de l’offshore. Pour autant, la plupart des habitats ne viseront pas de telles profondeurs, n’ayant ni les moyens ni les compétences pour mener de telles expériences. Après l’abandon des projets militaro-industriels, il revient aux scientifiques et à quelques passionnés de poursuivre l’entreprise d’habiter sous la mer.

Une nouvelle architecture sous-marine

Rougerie s’inscrit dans cette démarche et dans une nouvelle époque. Hésitant encore entre société des loisirs et écologie, l’architecte développe un nouveau modèle d’habitat plus accessible, écologique, immersif et moins invasif. Ses réalisations sont conçues pour flotter entre deux eaux, pour ne pas impacter les fonds sous-marins, tout en offrant de très larges ouvertures qui favorisent le contact visuel et sensoriel avec le milieu environnant. Moins contrainte par la pression, leur architecture est plus libre et plus ouverte. Il y va de nouveaux usages de ces habitats, qui ne sont plus pensés comme des capsules pour surhommes, mais des espaces accueillants où vivre une expérience au sein d’un milieu naturel. L’écologie est passée par là, et les habitats de Rougerie sont pensés pour des océanologues souhaitant travailler in situ, pour des pratiques d’aquaculture, et même, pour des touristes passionnés de fonds marins.

Observer, cultiver, manger, vivre en harmonie avec la mer, devenir un « mérien » (plutôt qu’un Homo aquaticus) ; toutes ces nouvelles préoccupations opèrent un changement de paradigme qui annonce la suite. Car si, la quête des profondeurs s’achève à la fin des années 1960, les expériences plus modestes des années 1970 connaissent également une fin qui ne signifie pas une disparition pure et simple de ces programmes. En effet, il reste au moins la maison sous-marine Aquarius, toujours en activité depuis sa mise en service en 1986. Basée à Key Largo en Floride, cette maison prolonge l’entreprise des pionniers, allant même jusqu’à accueillir Fabien Cousteau en 2014 pour une mission commémorant les exploits de son grand-père. Dans le même registre, on peut également mentionner le destin de La Chaluppa, un habitat mobile conçu par Koblick au début des années 1970, qui est aujourd’hui devenu le Jules’ Undersea Lodge, une résidence éducative et touristique immergée à faible profondeur, également à Key Largo. Plus proche de nous, les explorateurs scientifiques du programme français Under the Pole ont mis au point La Capsule, un petit abri sous-marin léger et mobile expérimenté sous les eaux du Pacifique en 2019.

Faible profondeur, positionnement non destructif en pleine eau et, surtout, les facilités de se déplacer, sont les caractéristiques d’un nouveau paradigme qui peut conduire à de grands projets tels le SeaOrbiter de Rougerie, une « station océanique internationale » en connexion avec le monde de l’espace (mais toujours en attente de réalisation), ou de plus petites réalisations de loisirs de luxe à l’instar d’Anthénea, la maison bulle flottante de Jean-Marie Ducantelle (ancien collaborateur de l’architecte Antti Lovag). 

Ces deux exemples d’habitats-vaisseaux font également apparaître une logique de continuité entre la surface et les fonds marins qui peut laisser penser que nous n’avons plus affaire à de véritables maisons sous la mer. Pour sa part, Rougerie considère SeaOrbiter comme le prolongement direct de ses habitats sous-marins, tandis qu’Anthénea se présente comme « une fenêtre ouverte sur les mondes marins et sous-marins », sur la page web qui lui est consacrée.


> Double page AV Monographías (op. cit.)

Ces nouvelles configurations nous ramènent bien évidemment au projet Under qui a attiré notre attention. En effet, ce restaurant s’inscrit dans un ensemble plus vaste d’hôtels et d’équipements touristiques permettant d’effectuer un séjour sous la mer, en profitant de la magie des fenêtres ouvertes par Jules Verne, Cousteau, Rougerie et quelques autres. Maintenant un lien rassurant avec la surface, ces édifices résolument terrestres (a)ménagent à leur manière la belle idée d’habiter sous la mer. 

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Rappelons que Jacques Rougerie a été à la Une d’un numéro de la grande revue française l’Architecture d’Aujourd’hui , n° 175 publié en 1974, pour lequel il a coordonné un dossier intitulé « Habiter la mer ». Plus récemment la nouvelle revue ‘A’A’ a publié un numéro consacré aux « Dix ans d’odyssée spatiale et maritime » de la Fondation Jacques Rougerie, n° HS publié en 2020, mais c’est une autre histoire.

2 Comme je l’ai montré dans plusieurs articles ou dans mon livre : Mais que fait vraiment l’architecte ?, Paris, L’Harmattan, 2016.

3 La revue en ligne Dezeen publie deux articles abondamment illustrés consacrés à ce projet en mars 2019 et en juin 2022. 

4 AV Monographías, op. cit., sauf indication contraire les citations suivantes sont tirées de cet article (traduit de l’anglais par DeepL). 

5 J.W. Miller & I.G. Koblick, Living and Working in the Sea, New York, Van Nostrand Reinhold, 1984, tableau p. 383. 

6 Ce fleuron de l’architecture sous-marine française y est resté et y rouille sans doute aujourd’hui encore…



Citer ce billet
Christophe Camus (2022, 18 novembre). Le naufrage des maisons sous la mer. Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.