Les Prairies bleues, une autre odyssée de l’espace


> Arthur C. Clarke, Les Prairies bleues [The Deep Range],
Albin Michel, (1957) 1972

Un des grands auteurs de la SF anglo-saxonne, Arthur C. Clarke (1917-2008), connu pour son Odyssée de l’espace en plusieurs épisodes, dont le fameux “2001”, est également un plongeur passionné d’aventures sous-marines dont certaines ont pour cadre les eaux de Sri Lanka où il passa une partie de sa vie1.

Écrit et publié au milieu des années 1950, le roman Les Prairie bleues raconte l’histoire de Walter Franklin un ancien pionnier de l’espace qui revient sur Terre pour s’y reconvertir en gardien auprès du Bureau des Baleines.


> Deux baleines franches de l’Atlantique nord – Wikipédia

Abordé sous cet angle, on pourrait s’attendre à un roman de science-fiction spatiale, mais l’histoire commence plus tranquillement dans un “sub”, un mini sous-marin piloté par Don, un gardien à la poursuite de baleines échappées de leur enclos. Dans ce premier chapitre, le cow-boy des mers du Sud retrouve les baleines égarées, repousse pacifiquement leurs prédateurs et les ramène dans l’immense enclôt protégé au large de l’Australie.

Cette première aventure inspire un commentaire explicatif de la part du narrateur:

“Guerrier heureux se reposant après l’une de ces batailles que l’homme aurait toujours à livrer, Don Burley venait de contribuer à repousser le spectre de la famine qui avait fait trembler toutes les époques antérieures. L’homme mangerait tant que les grandes prairies de plancton nourriraient leurs millions de tonnes de protéines et que les troupeaux de baleines obéiraient à leurs nouveaux maîtres. Il était revenu à la mer d’où il était issu après des éternités d’exil. Jusqu’à ce que gèlent les océans, il n’aurait jamais plus faim.” (p. 22)

Ainsi, l’histoire ressemble à une extrapolation prospective imaginée par un futurologue des années 1950-1960, ou par le commandant Cousteau évoqué dans ce récit au moyen d’un sous-marin qui porte son nom (le “Cousteau” et le “Nautilus IV”, sous-marins mentionnés p. 124). Bien qu’il ne soit pas daté, le récit se situe à une époque qui suit les “premières décennies du XXIᵉ siècle”, sans qu’on sache combien de temps s’est écoulé depuis un An 2000 suscitant encore de grandes attentes pour les humains des années 1950.


> Soucoupe plongeante (Cousteau / Navy) – Wikimedia

La grande préoccupation de l’époque du roman semble être celle de la faim dans le monde, de la nécessité de nourrir de plus en plus d’humains vivant sur la Terre2. Et l’on comprend assez vite qu’une réponse y a été apportée à travers une gestion mondiale de ressources alimentaires issues des océans. Ces dernières ne sont plus prélevées sans retour, mais cultivées industriellement. Le roman raconte la vie de gigantesques élevages de baleines qui fournissent une grande part des protéines animales nécessaires à l’humanité. Une production à laquelle s’ajoute une culture tout aussi industrielle du plancton dont le cycle de reproduction est même stimulé au moyen de “génératrices atomiques à des endroits stratégiques, au fond de l’eau” (p. 118). Écrit dix ans après la Seconde Guerre mondiale, le roman décrit une planète Terre qui parvient à surmonter un certain nombre de ses pénuries en exploitant scientifiquement les océans, de l’alimentation aux matières premières :

“On pouvait extraire directement et économiquement presque tous les éléments naturels des millions de tonnes de matières premières contenues en solution dans les eaux. Les filtres sélectifs d’échanges ioniques avaient banni pour toujours le cauchemar des crises causées par une pénurie de métal.” (p. 224)

Comme la plupart de ses contemporains, l’auteur est convaincu des pouvoirs infinis de la science et de la technique3. Il s’intéresse aussi à la dimension politique de cette exploitation des océans. Les protagonistes de cette histoire travaillent pour de nouvelles institutions trans- ou post-nationales : l’Organisation mondiale de l’alimentation, le Bureau des baleines, etc. Toutes ces administrations imbriquées et parfois concurrentes s’inscrivent dans un nouveau système économique, politique et social apaisé, et parfois ennuyeux :

“L’un des inconvénients de la vie dans un État paisible et bien organisé avait été la disparition de ce qu’on appelait les « nouvelles ». Certains se plaignaient même de la disparition des États nationaux, ce qui avait supprimé l’“Histoire”.” (p. 221-222). 

Au début de la Guerre froide, Clarke imagine donc une réconciliation mondiale et la fin de l’Histoire, une situation politique fictive dans laquelle se déroule la vie paisible de Walter Franklin, le héros des Prairies bleues.

Dès le deuxième chapitre, on apprend que ce dernier est muté sur Terre pour un motif mystérieux d’ordre personnel. On découvre assez vite que ce personnage brillant a été victime d’un traumatisme lors d’une mission spatiale et qu’il revient sur terre pour se reconstruire psychologiquement en se réadaptant à une vie normale. L’intrigue ne s’attarde pas sur l’accident qui lui est arrivé loin de la Terre, mais indique qu’il lui inspire une phobie inguérissable. Une pathologie qui l’empêche donc de vivre dans l’espace ou sur Mars où il a dû abandonner une femme et un fils nés sur cette planète et incapables de vivre sur Terre en raison des différences gravitationnelles. Plutôt que de revenir sur ces événements, l’auteur nous invite à suivre le retour à la vie terrienne de William Franklin. Sa guérison n’est pas instantanée, mais assez vite traitée comme en témoigne le rapport du médecin qui le suit :

“On avait souvent insisté sur les analogies que présentent les milieux de l’espace et de la mer : un homme habitué à l’un peut rapidement s’adapter à l’autre. Toutefois, dans ce cas précis, les différences des deux milieux ont joué également un rôle important : au niveau le plus simple, le fait que la mer soit un fluide continu et pourtant dans lequel la vision ne dépasse pas quelques mètres, a redonné à W. F. le sentiment de sécurité qu’il avait perdu dans l’espace.” (p. 110, citation du rapport médical)

L’analogie des milieux souvent utilisée pour l’entrainement des astronautes est ici utilisée dans un processus inversé qui favorise le retour à la planète bleue de l’explorateur des espaces infinis. Promoteur des conquêtes spatiales, Clarke défend dans ce récit, l’idée d’un espace inhabitable pour les véritables humains :

“Nous n’avons rien de semblable avec l’espace, nous ne nous y sentirons jamais chez nous, du moins aussi longtemps que nous resterons des hommes.” (p. 86)

Le héros peut se réadapter à la vie terrestre à partir de la mer, un espace fluide, continu, et visuellement rassurant. La suite de ses aventures se déroule donc au sein de ce nouveau milieu qui lui permet de se livrer à plusieurs exploits allant de la capture d’un calamar géant au sauvetage d’un sous-marin retenu dans les grands fonds. Mais ces intrigues qui scandent le roman cachent sa véritable quête spirituelle et sociétale. En effet, le Bureau des baleines qui emploie ce héros élève ces mammifères marins pour les protéines animales qu’elles procurent à l’humanité. Si les gardiens de ces extraordinaires cétacés sont profondément attentifs et attachés à ces animaux, c’est pour les sacrifier sans aucun remords.


> Une fabrique d’huile de baleines en 1910 – Wikipédia

Une vision du monde et de la vie qui est remise en question par Mahanayake Thero, un écossais installé à Ceylan (Sri Lanka) devenu “l’homme le plus important de tout l’Orient” (p. 198). Converti au bouddhisme, ce personnage tourne un film sur l’élevage et l’abattage respectueux des baleines ; un reportage qui finit par convaincre l’humanité qu’elle devrait se nourrir différemment. Cela sans compter la concurrence des cultivateurs de “protéines végétales dérivées du plancton” dont les coûts baissent et, enfin, la découverte qu’il est désormais possible de traire industriellement les baleines…

Les doux cow-boys des prairies bleues finissent ainsi par admettre une solution satisfaisante pour tous, grâce à la diplomatie et au courage de W. Franklin. C’est sur cette victoire tranquille, presque végétarienne s’il n’y avait le zooplancton désormais consommé, que se termine le parcours du héros venu de l’espace. 

Quant à sa reconstruction psychologique, elle est passée par l’amour et le mariage avec une terrienne qui a donné naissance à des enfants terriens. Il revient à Peter, le fils aîné du héros, de boucler la boucle en décidant de rejoindre le département de l’Espace afin de s’envoler pour Mars. Cet événement familial émouvant suscite l’unique évocation d’un monde spatial et de ses technologies4 :

“Trois coups de sirène stridents interrompirent sa rêverie. Dans le silence qui paraissait à la fois étrange et redoutable à tous ceux qui avaient connu l’âge des fusées, le grand vaisseau enleva lentement ses cent mille tonnes et commença à s’élever dans l’espace, son élément. À mille mètres au-dessus de la plaine, il créa son propre champ de gravitation, et le « haut » et le « bas » de notre Terre n’existèrent plus pour lui. Avec sa proue dressée vers le zénith, il sembla, pendant un moment, devenir un obélisque miraculeusement suspendu au milieu des nuages. Puis, dans le même silence extraordinaire, il s’estompa dans le ciel et disparut.” (p. 253)

Le départ du fils, quittant sa famille pour rejoindre ses demi-frères martiens, permet de faire le lien entre la quête terrienne ou devrait-on dire “mérienne”5 et l’espace infini. Les yeux tournés vers le ciel dans lequel s’envole son fils, William Franklin prend conscience que :

“Comme la plupart des hommes de ce siècle matérialiste, il était intoxiqué par les victoires scientifiques et sociologiques qui avaient illuminé les premières décennies du XXIᵉ siècle. Il se vantait de son scepticisme rationaliste, de sa libération totale de toute superstition. Les grandes questions philosophiques ne l’avaient jamais tourmenté ; il savait qu’elles existaient, mais rien de plus.” (p. 224)

Alors, dans ce grand moment de remise en question personnelle, lui reviennent les très sages paroles du leader bouddhiste Mahanayake Thero défendant la préservation des baleines au nom d’un au-delà très spatial :

« Il se peut que le traitement que nous réserveront nos supérieurs soit déterminé par notre comportement envers les créatures de notre propre monde… » (p. 254)

Roman pacifique, paisible, introspectif qui décrit un monde terrestre gouverné par des instances post-étatiques rationnelles et relativement attentives aux limites des ressources de la planète, Les Prairies bleues décrit un parcours personnel doublé d’une évolution sociétale qui rapproche l’humanité des cétacés au nom de principes extra-terrestres. Si la puissance technologique semble encore capable d’emporter quelques aventuriers sur Mars, elle laisse en paix la Terre, la mer et toutes ses créatures.


> Arthur C. Clarke devant une capsule de 2001: L’Odyssée de l’espace – Wikipédia

Dans ce roman proche de l’univers personnel d’Arthur C. Clarke, entre plongée sous-marine et Sri Lanka, l’auteur de 2001 : l’Odyssée de l’espace, semble se méfier des projets de colonisation de l’espace lointain en défendant la préservation de sa petite planète bleue aux ressources limitées. Des propos peu éloignés de ceux que tiendra Cousteau à la Nasa, quelques années plus tard. 

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Comme d’autres auteurs de SF, Clarke est également l’auteur de livres vulgarisation scientifique et même de prospective/futurologie.

Voir aussi la fiche Noosfere du roman de SF. 

2 Une préoccupation déjà présente chez la plupart des démographes et économistes des années 1950, en attendant la publication de La Bombe P, par Paul P. R. Ehrlich en 1971. 

3 Ce qui fait inévitablement penser à la troisième loi de Clarke : « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »

4 Bien plus présentes dans d’autres romans de Clarke.

5 Pour reprendre l’expression popularisée par l’architecte Jacques Rougerie et le romancier Hugo Verlomme. 



Citer ce billet
Christophe Camus (2023, 10 avril). Les Prairies bleues, une autre odyssée de l’espace. Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgiy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.