La question du premier « océanaute »


> Dessin de Diogène – Précontinent I, dans B. Kolar et O. Unger, L’aventure merveilleuse des explorations sous-marines, Paris, Grund, 1977, p. 118-119.

Comme beaucoup de recherches, l’étude sociohistorique des programmes et projets d’habitats sous-marins n’est pas sans poser des questions de périodisation : par quelle date commencer et quand arrêter ? Ainsi, j’ai souvent indiqué en sous-titre de ma recherche que je travaillais sur les maisons sous-marines des années 1960 aux années 1980, puis j’ai finalement décidé de déplacer l’enquête en la faisant se poursuivre jusqu’à aujourd’hui.
On notera que ces deux bornes ne posent pas les mêmes questions et je vais me contenter pour ce billet, de traiter la question du « premier ».

Pour affiner ma chronologie, je me suis appuyé sur la Bible de l’habitat sous-marin, le livre de James W. Miller et Ian G. Koblick, Living and working in the sea (Van Nostrand Reinhold, 1984, tableau p. 383-sq.), ouvrage qui recense la plupart des opérations qui se sont déroulées avant 1984, résumées à travers un tableau recensant les expériences menées entre 1962 et sa date de parution :


> Tableau p. 390, dans J. W. Miller & I. G. Koblick, Op. cit.

La chronologie de Miller et Koblick en recoupe d’autres, notamment celle des pionniers de cette aventure, Edwin Link ou Jacques-Yves Cousteau, qui ont fait la course au premier homme (premier habitant) sous la mer et qui se sont plus ou moins disputé la première place. En effet, c’est au plongeur belge Robert Sténuit qu’il revient d’avoir fait le premier long séjour dans une capsule habitable conçue et immergée par l’industriel (et chasseur de trésors) américain Edwin Link durant l’été 1962. Mais cette expérience a été immédiatement suivie par celle de Cousteau qui immerge une plus vaste capsule dans laquelle vivront deux « océanautes » durant une semaine.

Si Link a souhaité collaborer avec Cousteau et si Sténuit ne manque pas de rendre hommage aux projets du commandant dans l’ouvrage où il fait le récit de ses Jours les plus profonds (Paris, Plon, 1965), le cinéaste et futur captain planet met tous ses écrits, photos et films au service d’un puissant récit qui évince ses prédécesseurs et concurrents. Cousteau restera donc le premier à montrer à un très large public qu’il est possible de vivre sous la mer.

 

Et de trois… Diogènes !

Pour départager ces deux pionniers, il est intéressant de revenir à un article de l’époque qui présente « Les trois Diogènes » (article de François Clouzot dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962 – article téléchargeable sur le site du Musée Frédéric-Dumas) :

« Trois expérience intéressantes [qui] ont eu lieu au cours de l’été 1962, qui avaient toutes le même but : à savoir la mise au point d’un procédé permettant aux plongeurs de rester au fond de l’eau un temps suffisant pour y effectuer un travail de quelque importance, sans avoir à se préoccuper des paliers de décompression. » (F. Clouzot, Op. cit.)

Sous-titré « Vers un séjour prolongé au fond des mers », l’article du bulletin officiel de la Fédération française d’études et de sports sous-marins, commence par une « première expérience » menée par… Hannes Keller.


> Photo du caisson de Keller, dans F. Clouzot, Op. cit.

Déjà présenté dans la publication, Keller est un ingénieur suisse occupé à mettre au point des mélanges gazeux qui lui ont permis de plonger à 100 mètres dans un lac, avant de faire appel aux Français du GERS afin de poursuivre sa quête des profondeurs.

L’article rappelle ainsi ses différents exploits menés pour la plupart en caisson hyperbare, jusqu’à l’expérience effectuée en mer qui constitue toute l’actualité de cet article :

« En juillet 1962, Keller effectue une nouvelle tentative en compagnie de l’instructeur fédéral, François Claire. Cette fois, la plongée est réelle et s’effectue en mer au large de Bandol, à bord du « Tringa », appartenant à la marine des États-Unis. Les deux plongeurs descendent dans un caisson cylindrique baptisé : « Diogène ». Cet engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers ; il est pendu au bout d’un câble, descendu dans la mer à la profondeur voulue, les deux plongeurs contrôlent eux-mêmes la montée en pression à l’intérieur du caisson. Lorsqu’ils ont équilibré la pression de l’eau, ils peuvent ouvrir un sas et effectuer une sortie en scaphandre autonome à la profondeur où ils se trouvent. Ils reviennent ensuite prendre place dans leur appareil qui, de nouveau hermétiquement clos, est remonté immédiatement à bord, ce qui permet aux expérimentateurs d’effectuer leurs paliers de décompression dans des conditions de grande sécurité et sous le contrôle du docteur Bullmann. Cette dernière expérience fut gênée par une forte houle et, pour cette raison, Keller dut limiter la profondeur à 150 mètres, mais il restait néanmoins une demi-heure à cette profondeur, la durée de la remontée étant cette fois de 1h. 13. » (Ibid.)

Cette première partie consacrée à l’expérience de Keller se poursuit en évoquant les suites envisagées avec la participation de la Marine américaine en relevant au passage l’appui de Cousteau et de la Marine nationale (française).

Quant à la « deuxième expérience », elle est attribuée à :

« M. Link [qui] voulait s’attaquer au même problème, mais par des voies différentes. Il avait l’intention de construire un caisson permettant à un plongeur de vivre plusieurs jours au fond des mers. Mais, par suite de circonstances imprévues, il dut se contenter d’une tourelle de dimension réduite, peu compatible avec un séjour prolongé. » (Ibid.)

C’est dans ce caisson que se déroule la seconde expérience décrite de la manière suivante :

« Robert Sténuit descendit sa maison à 60 mètres de profondeur et y vécut pendant 25 heures entrecoupées de quelques sorties en mer. » (Ibid.)


> Photo de R. Sténuit dans sa « maison », dans F. Clouzot, Op. cit.

Enfin, la « troisième expérience » revient au commandant Cousteau qui, trois jours après Link, immerge « derrière les îles du Frioul, sa « Maison sous-marine » également baptisée « Diogène » » :

« Cette « maison », beaucoup plus grande que les précédentes, permit aux deux plongeurs : MM. [A.] Falco et C. Wesly, de vivre confortablement pendant 8 jours à l’intérieur, en effectuant chaque jour des sorties de 4 à 5 heures, en scaphandre autonome, pour effectuer au fond un certain travail. Ces sorties pouvaient se faire jusqu’à 25 mètres de profondeur. Elles comportaient différents travaux et des tests psychologiques. » (Ibid.)

Qu’en est-il de notre question du premier habitant d’une maison sous la mer ? Si cet article de 1962 rapproche les trois expériences réalisées durant l’été 1962 au nom de leur objectif commun, il prend néanmoins soin de les distinguer.

L’expérience de Keller réunit deux plongeurs dans un « caisson cylindrique », nommé Diogène, mais (1) qui n’est jamais qualifié de « maison », (2) qui est descendu en pleine eau sans être situé précisément, et cela (3) durant seulement une demi-heure. Ce qui n’empêche pas de reconnaître l’exploit de cette descente et intervention à 150 mètres.
L’expérience de Link immerge un plongeur dans (1) un cylindre qualifié par son concepteur et son occupant de « maison », (2) en rade de Villefranche, (3) durant un jour complet.
Quant à l’expérience de Cousteau, elle accueille deux plongeurs dans (1) un plus vaste cylindre amplement qualifié et montré comme une maison, (2) pleinement installée à 10 mètres de profondeur, et (3) durant 8 jours d’activités diverses.

Ce petit résumé des trois situations permet de comprendre ce qui s’y joue. Le premier Diogène part à la conquête des profondeurs, tandis que les deux autres entendent installer des habitats sur le plateau continental qu’ils envisagent comme terrain susceptible de supporter une nouvelle colonisation pacifique dont Cousteau se fera le chantre.
Hans Keller n’est sans doute pas le premier océanaute, mais son expérience s’inscrit indubitablement dans le processus technique et industriel qui sortira vainqueur de cette conquête… mais c’est une autre histoire, celle de la seconde borne de notre chronologie.

Il faudra y consacrer un autre billet…

Citer ce billet : “La question du premier « océanaute »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 12/11/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/215.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.