Des villes sous la mer ?


> Les vestiges d’une ville sous-marine imaginaire ?

La littérature d’anticipation a parfois imaginé et décrit l’existence de ville sous la mer, un rêve qui interroge parfois ses critiques, mais qu’en est-il du côté des véritables acteurs des divers programmes d’installation des humains sur le plateau continental ?

Ce billet reprend quelques éléments d’une intervention (et d’un article non publié) à une journée d’étude, plutôt littéraire1. La non-publication d’un article commandé dans un cadre académique est toujours une déception sinon une remise en question personnelle. Néanmoins, ce refus d’un texte estimé trop descriptif, interroge le statut de ma recherche qui semble parfois trop fictionnelle aux professionnels de l’architecture et, dans ce cas précis, trop réaliste auprès des spécialistes de la littérature… C’est pourtant cette tension qui fait tout le sel de ce sujet de recherche. En effet, celle-ci ne se limite pas à décrire une fantaisie marine, mais interroge une vision du futur, et une série d’actions concrètes pour le faire advenir. Des visions et des actions caractéristiques d’une époque aujourd’hui révolue et, pour tout dire, remplacée par une forme d’inquiétude présentiste ou collapsologique. Autrement dit, un futur qui ne correspond plus aux préoccupations restauratrices des générations futures de l’architecture, pas plus qu’elle ne passionne une critique littéraire éprise de fantaisies utopiques.

Pour penser le rapport entre ville et fonds des mers, j’ai ouvert mon propos par une belle citation de Cousteau proposant de passer d’un monde urbain à un nouvel environnement plein de surprises…

« Longtemps je suis resté sur la plage à écouter les bruits de la ville se mêler à ceux des vagues, à suivre sur les roches rouge et or de la côte les jeux du soleil, à regarder au loin la foule, peut-être heureuse, des baigneurs. Deux enfants passent en courant, un tramway ferraille sur la corniche, un petit marchand de limonade traverse la route. Posément, j’ajuste des lunettes sous-marines que m’a prêtées Philippe Taillez —elles ressemblent, m’a-t-il dit, à celles des pêcheurs de perles du Pacifique—, je mets la tête dans l’eau et j’ouvre les yeux. C’est un dimanche matin, en 1936, au Mourillon, tout près de Toulon. »2 

Quelques années plus tard, le pionnier testera son premier scaphandre autonome et, à peine revenu à la surface, ne manquera pas d’appeler à l’installation de milliers de colons pacifiques au fond des océans. Mais pensait-il fonder une ville sous la mer ?

Aussi fortes que les fictions littéraires ou cinématographiques qui nous ont presque habitués à parcourir des cités sous-marines, de l’Atlantide engloutie à Otto Gunga3, les visions des pionniers de l’exploration subaquatique nous ouvrent de nouvelles perspectives. S’ils n’imaginent pas forcément y bâtir des villes, ils rêvent de prolonger leurs séjours sous l’eau en y installant des maisons ou des villages. Voici comment nait progressivement l’idée de développer une vie collective au sein de ce milieu, et même d’envisager un urbanisme marin ou sous-marin.

Pour aborder ces programmes et projets d’habiter sous la mer, dans leurs dimensions prospectives, utopiques et parfois fictionnelles, nous pouvons suivre plusieurs chemins désormais balisés par nos recherches sur ce sujet. Nous commencerons par revenir sur l’idée d’habiter sous la mer défendue par les pionniers afin d’en extraire quelques pistes esquissant un timide début de ville sous la mer. Nous reviendrons ensuite sur le formidable développement des programmes d’habitats sous-marins, multipliant les maisons individuelles et stimulant l’imagination futurologique d’une époque. Enfin, nous refermerons ce parcours avec des architectes et surtout Rougerie définissant un urbanisme marin et sous-marin, plutôt écologique et diffus… loin des villes sous la mer4. 

Homo aquaticus ou villes sous la mer

Comme on l’a évoqué précédemment, lorsque Cousteau et ses amis expérimentent le scaphandre autonome qu’il vient de mettre au point avec l’aide de l’ingénieur Émile Gagnan et le soutien de l’entreprise Air Liquide, il imagine que cet équipement permettra une véritable révolution conduisant les humains à vivre au fond des mers. Il faut ici rappeler la conclusion prophétique du livre Le Monde du silence :

« L’homme entrera dans la mer. Il n’a même plus le choix. La population de la terre s’accroît à un tel rythme que les ressources du sol seront insuffisantes demain. Viandes, végétaux, minéraux, engrais, limon, pétrole, antibiotiques seront abondamment fournis par la mer. Une première étape de la conquête est celle du “plateau continental”, le socle qui borde largement les continents dans moins de deux cents mètres d’eau […]. »5

Cousteau semble alors annoncer le programme Précontinent qu’il mettra en œuvre dix ans plus tard, de 1962 à 1965. Ce programme ambitieux consiste principalement à développer des engins et habitats sous-marins. Ces maisons sous la mer sont destinées à prolonger le séjour de plongeurs devenus « océanautes », sans pour autant former des bases permanentes et, encore moins, des villes sous la mer. Néanmoins, l’ambitieuse et médiatique expérience Précontinent II, donne prise à cet imaginaire en se présentant sous la forme d’un petit village subaquatique. Mais, ce dernier n’est finalement composé que de quelques édifices : une grande maison, un garage à soucoupe plongeante, une petite station profonde et de petits abris, le tout étant destiné à accueillir une communauté d’océanautes pour un séjour d’un mois sous la mer Rouge. Un hameau plutôt qu’une ville, qui ne sera pas suivi d’autres débuts d’agglomérations océaniques.

Il faut donc revenir en arrière pour entrevoir une accumulation d’objets sous-marins susceptibles d’évoquer l’idée d’une quasi-ville sous-marine. Source d’inspiration des conquérants du plateau continental, c’est « Sir Robert Davis [qui, le premier,] avait imaginé un chantier sous-marin avec sa base permanente », nous explique le biologiste et océanaute proche de Cousteau, Raymond Vaissière6. 

Pensée dès les années 1930, cette petite capsule semi-sphérique qui préfigure les maisons sous la mer de Link ou de Cousteau, ne verra jamais le jour sous cette forme. Il faut plutôt la replacer dans une série d’équipements techniques conçus par l’entreprise britannique Siebe Gorman, spécialiste des travaux sous-marins. C’est donc à ce titre qu’elle est représentée sur une large gravure illustrant les activités subaquatiques de cette compagnie…


> « A Diagramatic Impression of Underwater Activities »,
R.H. Davis, Deep Diving and Submarine Operations (1955)

Repris dans la plupart des éditions de cet ouvrage, ce panorama donne à voir une véritable ville industrielle subaquatique parcourue par des scaphandriers affairés, des vaisseaux sous-marins, des cloches à plongeurs et une infinité d’autres équipements très techniques.

Si cette image peut stimuler l’imagination du lecteur et l’inciter à y voir une ville sous la mer, la publication est destinée aux professionnels de la plongée et le concept de Robert Davis incitera à produire d’autres habitats sous-marins, isolés les uns des autres…

La mer se remplit… de maisons isolées

Lancée en 1962, le projet d’implanter des maisons sous la mer se développe rapidement durant cette décennie. Investie dans ces recherches grâce aux travaux du docteur Bond, l’US Navy met à l’eau son premier habitat Sealab en 1964. La même année, Edwin Link poursuit son programme Man-in-Sea avec une première maison gonflable où il fait vivre deux hommes à plus de cent mètres de profondeur. Sans plus attendre, quatre nouvelles expériences sont menées l’année suivante, avec Sealab II (10 personnes à 60 mètres) par l’US Navy, et Précontinent III (6 personnes à 100 mètres), pour la dernière expérience de Cousteau7 ; des programmes exigeants auxquels viennent s’ajouter deux modestes expériences britannique et tchèque. Tout s’accélère ensuite, avec huit nouvelles expériences en 1966, et autant en 1967. Ensuite, c’est l’année 1968 qui constitue le point culminant de cet âge d’or des maisons sous la mer, avec quatorze réalisations. Un épisode suivi d’une légère décélération qui s’esquisse dès 1969, avec douze habitats sous l’eau au moment même où un homme pose le pied sur la Lune. Dès lors, le recul s’accentue : il n’y a plus que deux maisons sous la mer en 1970, ce qui va constituer la moyenne de ces expériences durant toute cette décennie, et les suivantes.

Si l’inventaire n’a pas été tenu à jour au-delà des années 19808, on peut avancer que l’idée d’habiter le fond des mers a produit une petite centaine d’expériences, d’habitats ou de maisons individuelles et isolées, immergés sur des sites éloignés les uns des autres, pour un temps limité. Autrement dit, rien de comparable à une ville, ou même, à un village sous-marin. En effet, les « maisons » des pionniers militaro-industriels de la plongée sont des objets techniques destinés à tester les capacités humaines à travailler et à intervenir sous la mer. Sans doute inspirés par les idées et par les premières expériences des pionniers, quelques futurologues visionnaires ont cependant imaginé des colonies ou des cités sous-marines. Cette vision est notamment ancrée au cœur du Futurama II conçu pour l’entreprise General Motors à la New York World’s Fair de 1964. Occupant le pavillon d’exposition du constructeur automobile américain, une maquette propose un voyage dans différents environnements, dont un vaste complexe de loisirs sous-marins traversé par des « aqua-scooters ».


> « Future life underwater », photograme du Futurama II (C) GM Media Archive

Cette scène d’une vie future résolument subaquatique peut aussi imprégner les prévisions des futurologues américains détaillant, en 1967, les perspectives pour L’An 2000, avec de très probables « installations habitées et peut-être mêmes colonies sous la mer », et une possible « transformation du mode de respiration des mammifères (humains ?) »9.

Vers un urbanisme sous-marin ?

Les architectes sont également sensibles à ces visions de nouveaux espaces ouverts à leurs interventions. Les Britanniques du collectif Archigram se sont rapidement intéressés à Cousteau et aux engins sous-marins dans une recherche de nouvelles formes architecturales pop et futuristes10. En France, l’intérêt pour l’architecture marine et sous-marine a été stimulé par les écrits de l’historien et critique d’art Michel Ragon. Très proche d’un petit groupe d’architectes expérimentaux, ce dernier consacre plusieurs ouvrages aux cités futuristes. Dans Les Cités de l’avenir, le livre qu’il publie en 196611, l’historien s’intéresse à la manière dont « La ville part à la conquête des océans » en illustrant son propos par une photo du village de Précontinent II.


> M. Ragon, Les Cités de l’avenir, 1966, p. 192-193

Malgré cette entrée en matière, les pages suivantes ne mentionnent aucun projet de ville sous-marine et privilégient les architectures flottantes12. Il faut attendre 1978 pour que l’auteur revienne plus profondément sur ce sujet en consacrant un chapitre entier de son Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes aux architectures « en bord de mer, sur la mer et sous la mer »13. L’approche privilégie à nouveau la présentation de plateformes pétrolières, d’aéroports flottants et même des villes conçues par des architectes telle la Tetra City de Richard Buckminster Fuller ou des îles artificielles dessinées par Walter Jonas ou par Édouard Albert (qui collaborera avec Cousteau).

Si les villes sur l’eau sont très présentes dans les propos du critique, le « plateau continental qui prolonge les continents sous la mer jusqu’à deux cents mètres de profondeur »14 n’est pas oublié pour autant. Ragon résume les principes qui conduisent les plongeurs à s’intéresser aux maisons sous la mer et fait explicitement référence aux programmes Précontinent et Sealab. Une préoccupation assez originale dans le monde de l’architecture, qui le conduit à présenter l’œuvre dessinée et le premier projet réalisé par l’architecte Jacques Rougerie. Il est intéressant de relever que la seule réalisation architecturale concrète présentée par Ragon est Galathée, la première maison sous-marine conçue et construite par ce jeune architecte en 1977. 

Si Sténuit, Cousteau et même Kahn imaginent, dans les années 1960, « exploiter rationnellement le fond des mers »15, puis que le « plateau continental sera occupé par des milliers de colons pacifiques »16, ou par de « grands complexes flottants, ou partiellement submergés et utilisés par les industries »17, tout change ensuite.

Au milieu des années 1970, Rougerie et ses amis du Centre d’architecture de la mer (CAM) entendent bien définir un nouvel urbanisme pour ce milieu. Ils annoncent que des « villages sous-marins d’aquaculteurs […] verront le jour dans les années 1980 », autant de projets qui « s’inscrivent dans un schéma à long terme d’aménagement de la mer qui correspond à une évolution humaine toujours progressive »18. Ces jeunes architectes défendent ainsi une approche moins conquérante que celle de leurs ainés, moins industrielle et moins urbaine, au sein d’un milieu qu’ils entendent respecter en s’y intégrant de manière plus fusionnelle. Revendiquant encore une part d’utopie, ils rêvent d’un « type d’homme de mieux en mieux adapté à la vie marine » vivant sous l’eau en maintenant une « certaine communication avec les animaux aquatiques »19.


> Maquette de village sous-marin (C) Jacques Rougerie Architecte

Il n’y a donc pas de place pour des villes sous la mer dans ce nouveau programme plus limité et plus écologique. L’architecture « mérienne » revendiquée par Rougerie, se décline en villages d’aquaculteurs agrégeant de petites structures légères immergées à faible profondeur en étant suspendues entre deux eaux pour ne pas endommager les fonds sous-marins. Ces hameaux mériens sont ainsi minutieusement dessinés par l’architecte qui ira même jusqu’à les traduire en fiction, pour que le rêve devienne réalité20.

Si la littérature et le cinéma ont pu imaginer la fondation de villes sous la mer, nous pouvons constater que les principaux acteurs de l’exploration sous-marine ont suivi un tout autre chemin. Si les pionniers ont pu défendre le principe d’une installation de bases sous-marines destinées à l’exploitation de ressources minières ou aquacoles, leurs expérimentations les ont surtout conduits à développer de petites structures en quête de mobilité et d’autonomie. Empreint d’écologie, l’urbanisme diffus de Rougerie suit les mêmes principes, en imaginant des villages d’aquaculteurs, de touristes ou d’observateurs attentifs au milieu sous-marin.

––––––––––––––––––––––––––––––––

1 Journée d’étude intitulée ‘’Toute la mer va vers la ville” qui a été organisée par Juliette Azoulai à l’Institut Océanographique de Paris, le 14 avril 2023. 

2 J.-Y. Cousteau, Planète océan. Volume 1 : Une vie pour la mer – Missions au monde du silence, Lausanne, Alpha éditions, 1983, p. 2.

3 La ville sous-marine de Star Wars, épisode I, La Menace fantôme, film de George Lucas sorti en 1999. 

4 Ce plan, tout comme le billet ici publié, s’éloigne évidemment de ma communication à l’Institut océanographique de Paris et l’article non-publié. 

5 J.-Y. Cousteau et F. Dumas, Le Monde du silence, Paris, Éditions de Paris, (1953) 1956,, p. 235, page de conclusion du livre. 

6 R. Vaissière, L’Homme et le monde sous-marin, Paris, Larousse, 1969. , p. 112 (légende).
Vaissière précise cependant que ses occupants n’y « vivent pas sous pression, mais passent par un sas d’équilibre pour sortir ou entrer », contrairement à ce que permettront les premiers habitats sous-marins imaginés par Link ou Cousteau. 

7 Cousteau travaillait à d’autres opérations comme Précontinent IV, dont il reste des plans, ainsi qu’à un mini sous-marin faisant office de maison mobile, l’Argyronète. Mais ce dernier projet sera abandonné suscitant un conflit entre le commandant et les autorités françaises. Dès 1970, Cousteau abandonne ce type de projet pour se consacrer totalement à la production de documentaires destinés aux télévisions américaines.

8 J. W. Miller and I. G. Koblick, Living and Working in the Sea, New York, Van Nostrand Reinhold, 1984, « Chronology of construction of undersea habitats », p. 383.

9 H. Kahn, A. Wiener, L’An 2000. Un canevas de spéculations pour les 32 prochaines années, Robert Laffont, (1967) 1968, p. 96 et 98.

10 Voir le collage intitulé « Jacques Cousteau’s underwater village » qui a été publié par le collectif dans Archigram Magazine n°5, 1964. 

11 M. Ragon, Les Cités de l’avenir, Paris, éditions Planète, 1966, p. 193-198.

12 Des architectures de papier de Paul Maymont, Kenzō Tange, Kiyonori Kikutake, Jean-Louis Chanéac ou Walter Jonas.

13 M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes, vol. 3, Prospective et futurologie, Paris, Casterman, 1978, chap. 6, p. 149-186.

14 Ibid. p. 151. 

15 R. Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965, p. 14. 

16 J.-Y. Cousteau, Le Monde sans soleil (livre), Paris, Hachette, 1964, p. 11.

17 Le futurologue américain cité par M. Ragon, Histoire mondiale_….,_Op. cit., p. 165.

18 J. Rougerie, É. Rougerie [Vignes] et J. Hirou, « Urbanisme et architecture de la mer », L’Architecture d’Aujourd’hui n° 175, septembre-octobre 1974, p. 75-76.

19 Ibid., p. 71 et 69.

20 Voir mon article : « Des fictions pour des architectures plus profondes », Exercice(s) d’architecture #11, décembre 2022, p. 74-79.



Citer ce billet
Christophe Camus (2024, 9 mai). Des villes sous la mer ? Habiter et construire sous la mer | HCSM. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11no8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.