Sous la mer comme au ciel ?


> Illustration article J. Chouteau « Aspects physiologiques de la plongée » (1970)

Après avoir organisé une journée d’étude du réseau ARCHES (réseau disruptif sur les architectures extrêmes) au siège du Centre national d’études spatiales à Paris le 22 novembre dernier, nous avons pu constater que les programmes spatiaux à destination de la Lune ou de Mars mobilisaient toujours quelques jeunes architectes. Il n’en va pas de même pour les projets d’habitats sous-marins, même si ces derniers ont par le passé entretenu des liens très fort avec la conquête de l’espace intersidéral.

Revenons brièvement et de façon non exhaustive sur ces liens.

Si l’on s’en tient aux biographies des pionniers de l’habitat sous-marin, il apparaît qu’ils conjuguent souvent un parcours embrassant le ciel et l’eau. Cousteau envisageait une carrière de pilote d’avion qui sera contrariée par un accident automobile, tandis que son fils Philippe prendra cette voie en pilotant divers engins (montgolfière, hélicoptère, hydravion). Idem pour Edwin Link qui commence sa carrière par l’aviation, avant de se lancer dans la conception et le développement de simulateurs de vol qui feront sa fortune dans les années 1940, avant de poursuivre une collaboration avec la Nasa. C’est cette activité industrielle qui délaissera pour partir à la chasse aux trésors engloutis avant de développer les premières maisons sous la mer puis la fabrication de petits sous-marins.

Même logique avec la famille Piccard : Auguste (1884-1962) est un pionnier des vols stratosphériques (et l’inspirateur de Hergé pour son professeur Tournesol) avant de s’intéresser aux fonds sous-marins et de mettre au point un premier bathyscaphe. Une aventure que poursuivra son fils Jacques (1922-2008) battant le record de plongée (en bathyscaphe) dans la fosse des Mariannes à environ 11000 mètres de profondeur.


> Jacques Piccard à travers un hublot du Ben Franklin

Installé en Floride, Jacques Piccard travaillera également pour la Nasa, participant à la mise au point du module lunaire (LEM) tout en concevant divers petits sous-marins avec l’entreprise Grumman (qui deviendra Grumman Aerospace Corp. en 1969), dont le Ben Franklin qui dérivera dans les eaux du Gulf Stream en liaison radio avec les astronautes de la Nasa.


> Ben Franklin vu sous la mer

Et l’histoire se poursuit avec Bertrand Picard, fils de Jacques, aéronaute comme son grand-père, qui a bouclé un tour du monde au moyen d’un avion solaire. Enfin, même esprit de conquête pour l’architecte Jacques Rougerie qui investit massivement l’architecture marine et subaquatique, en liaison avec les spationautes français et en soutenant des projets marins, sous-marins et spatiaux par le truchement de sa fondation.

Au-delà, des parcours personnels des pionniers du monde sous-marin, les interconnexions se traduisent dans les actes ou les collaborations : liaison radio entre océanautes et spationautes, spationaute tel Scott Carpenter devenant des acteurs majeurs de l’habitat subaquatique et, en premier lieu, développement d’un programme de maisons sous-marines par la Nasa considérant ces expériences comme un moyen d’entrainer les spationautes au sein de ce qu’il sera convenu d’appeler un espace analogue.

Et en France aujourd’hui, nous pouvons mentionner la Comex, longtemps entreprise pionnière et leader des travaux sous-marins, qui se repositionne dans les « environnements extrêmes », liant définitivement ainsi le maritime et le spatial.


> Page d’accueil du site web de la Comex (consultée le 2-12-2019)

Mais si l’histoire démontre l’existence de liens très étroits entre les conquêtes de l’espace sous-marin et l’espace intersidéral, il est intéressant de revenir sur les propos des pionniers de la plongée.

Commençons par Cousteau évoquant le village sous-marin de Précontinent II :

« Méthodiquement, nous franchirons les étapes qui nous conduiront au bord de l’abîme. Et dans une dizaine d’années peut-être, des villages beaucoup plus vastes seront construits, des stations scientifiques permanentes abriteront les travaux de savants de toute discipline, le plateau continental sera occupé par des milliers de colons pacifiques. Les ressources minières des provinces sous- marines seront exploitées normalement, des fermes modèles permettront à l’aquaculture et à l’élevage d’animaux marins de remplacer avantageusement la pêche… La terre des hommes sera plus vaste d’un quart, et cette extension inattendue de leur domaine ne coûtera pas le dixième des sommes déjà dépensées pour la conquête de l’espace. »
(Le Monde sans soleil, [livre] 1964, p. 11)

Citons également ce qu’écrit Robert Sténuit, first man (à vivre sous la mer), lorsqu’il tente de justifier la colonisation du plateau continental à laquelle il a participé décisivement :

« C’est devenu un lieu commun de dire que notre planète devrait s’appeler non pas la Terre, mais la Mer, puisque de l’eau salée couvre les sept dixièmes de sa surface. Or, à l’heure où l’on court le cosmos et où l’on lève le nez vers la lune, l’Océan où baignent nos deux pieds est encore inexploré et inexploité. Pourtant, une large plate-forme s’étend tout autour des continents, comme une première marche facile à descendre ; c’est le « plateau continental », qui s’abaisse en pente douce vers les profondeurs de deux cents ou trois cents mètres. Là, brutalement, le fond tombe vers les abysses, presque à la verticale. Ces quatre-vingt-cinq millions de kilomètres carrés de terres immergées (la surface de l’Asie) qui bordent nos cent quarante millions de kilomètres carrés de terres émergées, c’est le premier objectif que tout désigne à la colonisation par les Terriens. »
(Les Jours les plus profonds, 1965, p. 11)

Les deux pionniers justifient la colonisation de l’espace sous-marin en insistant sur la continuité de cette démarche par rapport à l’entreprise d’exploration et de conquête systématique de la Terre, ainsi que par une comparaison des coûts et bénéfices supposés de ces deux programmes concurrents.

Dix ans plus tard, Cousteau réunit ces aventures devenues plus complémentaires que concurrentielles :

 « Pourtant, à sa manière, une manière artificielle certes, l’homme est en train d’organiser son retour à l’eau. […] Déjà, il a vécu pendant tout un mois dans une maison-sous-la-mer ; il a créé et il utilise des dizaines de submersibles d’exploration ; à bord de ses bathyscaphes, il a réussi des plongées plus profondes encore que celles du cachalot. […] L’homme ne vole pas et son aptitude à plonger est médiocre. Pourtant, il a déjà conquis l’atmosphère, la Lune et les fosses océaniques les plus vertigineuses. »
(L’homme retourne à la mer, (Encyclopédie Cousteau] (1973) 1975)

Citer ce billet : “Sous la mer comme au ciel ?”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 02/12/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/455.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.