Caisson ou maison sous la mer ?


> Marion C. Link, Windows in the sea, Washington, Smithsonian Institution Press, 1973, p. 34.

J’ai précédemment abordé la question du « premier » océanaute, comme première personne ayant habité sous la mer. Rappelons qu’il s’agissait alors non seulement de départager les deux pionniers de l’habitat sous-marin que sont Edwin Link avec son programme Man-in-Sea et Jacques-Yves Cousteau avec Précontinent, mais de faire entrer dans cette course un troisième pionnier, Hannes Keller qui durant l’été 62 mène une première expérience de plongée profonde au moyen d’un « caisson cylindrique baptisé : “Diogène” [un] engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers » (F. Clouzot, « Les trois Diogènes » dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962).

Sans revenir sur la présentation de ces trois expériences, on peut néanmoins rappeler que celle de Keller ne revendique pas l’idée d’habiter sous l’eau au moyen d’une maison subaquatique mais contribue au programme de pénétration de l’homme sous la mer en battant un record de plongée sous-marine (150 mètres de profondeur) dans une démarche très proche de celle que développent les entreprises de travaux sous-marins.

Retenons seulement que l’ingénieur suisse utilise un « caisson cylindrique » faisant office d’ascenseur, tandis que le tout premier océanaute revendiqué, Robert Sténuit occupera un cylindre conçu par Link en vue de séjourner au fond de la mer pour y vivre et travailler. Sans revenir dans le détail des propos du plongeur belge, nous avons pu relever qu’il avait, avec humour et poésie, contribué à accréditer l’idée qu’on pouvait considérer le cylindre de Link comme une maison (R. Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965). Il revient donc à Cousteau de revendiquer haut et fort et de mettre en scène la vie dans une première petite maison-sous-la-mer où deux océanautes ont séjourné durant une semaine, mais à une profondeur moindre (10 mètres pour Précontinent I, contre 60 mètres de profondeur pour Man-in-Sea I).

Il est donc intéressant de confronter le récit publié par Sténuit en 1965, à ce qu’en écrit Marion Clayton Link dans la biographie consacrée à son mari publiée quelques années plus tard (M.C. Link, Windows in the sea, Washington, Smithsonian Institution Press, 1973).

Tandis que Sténuit transmute son « cylindricole » en « living », « petit intérieur […] accueillant, intime et chaud », « cottage, enseveli sous la neige » ou « maison » (Sténuit, p. 90, voir mon article pour la revue Ambiances), d’emblée, Marion C. Link présente le projet de son mari comme une chambre de décompression submersible :

“Ed was convinced that the only efficient safe way to meet this problem would be to have a decompression chamber available on the bottom when the diver finished his task. He visualized a submersible decompression chamber (SDC) in which the diver could travel to the bottom.”, p. 15.

Dans la lignée de Sir Robert Davis (“author of Deep Diving and Submarine Operations, [who] had evolved the first underwater decompression chamber about 1930”), selon M. Link, 25 ans plus tard : “Ed resolved to begin the construction of his own submersible diving chamber” (p. 15). Engin d’exploration qu’il compte embarquer sur son bateau d’exploration sous-marine.

> The Davis S.D.C. (Submerged Decompression Chamber) on board ship sur www.divingheritage.com

Cette chambre est alors régulièrement désignée par son abréviation « SDC » et cette dernière est prête à la fin de l’année 1961, alors que Link intervient devant le comité Recherche et exploration de la National Geographic Society où il défend son programme Man-in-Sea afin d’obtenir le soutien et l’aide financière de cette institution :

“Ed described the three mains essentials for his Man-In-Sea concept – the pressurized underwater house from which divers could work for unlimited periods of time, the submersible decompression chamber that would act as an elevator to carry the divers from the surface to the shelter on the bottom, and the large and comfortable deck decompression chamber where the divers could be transferred upon returning to the surface for decompression which might require days.”, p. 33.

Ainsi, le modèle idéal pour Link comprend trois engins : une chambre de décompression servant d’ascenseur, une maison sous-marine et un large caisson de décompression installé sur le bateau de soutien. Pragmatique et pressé de se lancer dans cette aventure, l’industriel montre des schémas et photos du cylindre en ajoutant :

“I figure I can use this SDC in all three capacities for the time being”

Tout en précisant :

“It won’t be very comfortable, but it will be safe” (E. Link cite par M.C. Link, p. 33).

Ses propos étant illustrés par un dessin sur lequel on peut voir le « cylindre » (SDC) utilisé verticalement comme un ascenseur tandis qu’un plus large cylindre disposé verticalement préfigure sans doute la maison sous-marine (voir l’illustration au début de ce billet). Ainsi, Ed Link obtient le soutien de la National Geographic Society et peut commencer son expérience de vie sous la mer en s’appuyant sur son cylindre-SDC.

Racontant les détails de la préparation de l’opération, Marion Link n’oublie pas les discussions qui ont eu lieu avec Cousteau durant l’hiver 1961-62, avant que les deux pionniers admettent au début de l’été 62, que leurs projets sont différents.

L’arrivée de Sténuit et sa découverte du cylindre enclenchent alors la progressive transformation symbolique de l’engin en un véritable habitat :

“Once inside, he found surprisingly there was sufficient room for the two of them.”
“He listened fascinated as Ed enthusiastically pointed out the merits of the combinated underwater dwelling and decompression chamber.”, p. 45.

Spacieux et bien équipé, le cylindre semble prêt à devenir une maison. Et sa transmutation s’opère à travers les descriptions de Sténuit, que Marion Link reprend à son compte, y reconnaissant également une « maison » lorsqu’il s’agit de restituer l’expérience vécue par le plongeur belge quelques années auparavant :

“For the next few minutes they kept him busy posing outside the house under the sea. Then they were gone. Lonely, he turned back to the cylinder. A pinkish light glowed from the portholes, and suddenly he was glad to have the comfort of its shelter. He climbed back inside reveling in the warmth it offered; closed the two hatches, and after removing his wet suit, gave himself a good rubdown.” p. 49.

Néanmoins, la maison redevient « SDC » lorsqu’il s’agit d’évoquer les conditions dans lesquelles le plongeur belge passe sa première nuit sous la mer : « uneasy night perched on the tiny jump seat of the SDC » (p. 50).

> Robert Sténuit installé dans le « cylindre de Link » (C) R. Sténuit

Que pouvons-nous conclure à cette étape, de cette confrontation de deux récits de l’opération Man-in-Sea I, qui se déroula dans la baie de Villefranche-sur-Mer en septembre 1962 ?

Indéniablement que Robert Sténuit fut le premier homme à séjourner toute une longue journée au fond de la mer à 60 mètres de profondeur en respirant un mélange d’oxygène et d’hélium. Ce premier séjour de longue durée fait de lui le premier « océanaute », mais il faut également admettre que le cylindre-SDC n’est pas exactement une maison-sous-la-mer malgré tout l’enthousiasme, la bonne volonté et la poésie de son premier habitant.

Finalement, le cylindre est très proche de celui qui fut utilisé différemment par Hannes Keller. Néanmoins, il préfigure une étape ultérieure, l’opération Man-in-Sea II qui réunira le cylindre-SDC et un étrange habitat gonflable et submersible en 1964.

Citer ce billet : “Caisson ou maison sous la mer ?”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 03/01/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/741.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.