Figures du concepteur… sous-marin


> “Edwin A. Link with builder’s model of Johnson-Sea-Link, one of five models that he constructed before the actual working sub was completed” (M. Clayton Link, Windows in the Sea, 1974, p. 187)

Edwin Link est un des pionniers de l’habitat sous-marin et de la plongée à saturation. Aperçue dans la biographie (scientifique) que Marion Clayton Link a consacrée à son mari, cette photo m’incite à poursuivre le questionnement précédemment ouvert autour de la possibilité d’une architecture sous-marine, autrement dit d’une pratique valorisable dans le « champ » (au sens de Bourdieu) ou dans le « monde » (au sens de Becker) de l’architecture, je voudrais m’arrêter quelques photos/figures du concepteur d’habitats sous-marins.

Avant d’aborder cette question, il faut rappeler au passage que ma recherche sur ces programmes et projets d’habitats en milieu extrême vient prolonger toute une série de travaux sur les pratiques des architectes (voir l’ouvrage que j’ai consacré à ces questions : Mais que fait vraiment l’architecte ?).

Sur un autre plan, je voudrais également revenir sur la remarque d’un expert qui m’a été faite lors de la soumission d’un article sur l’architecture sous-marine auprès d’une revue scientifique et architecturale : les expériences du commandant Cousteau ne font pas d’architecture !


> Copie de l’avis d’un expert anonyme en vue de la publication d’un de mes articles

Assénée sèchement (avec ou sans jeu de mots), cette remarque rappelle au profane que l’architecture est d’abord et avant tout une affaire d’architectes et que ce que conçoit ou dessine le pionnier de l’exploration subaquatique ne peut en aucun cas être assimilé au noble Art de bâtir. Elle confirme également, au sein du petit monde de l’architecture, une forme de suspicion généralisée envers les démarches prospectives, qu’elles soient portées par des ingénieurs ou par des architectes forcément contaminés par la dimension technique de tels projets. J’ai néanmoins réussi à faire entendre mes arguments puisque mon article a été accepté et publié, en avançant entre autres choses, que les expériences de Cousteau avaient eu une influence sur la réflexion architecturale et qu’il fallait sans doute examiner sa recherche visuelle (et médiatique) de façon plus compréhensive.

Quoi qu’il en soit, cette anecdote m’incite plutôt à poursuivre ma petite enquête sur Cousteau architecte. Avant de tomber sur la photo de Link semblant dessiner la maquette du sous-marin crache-plongeur qu’il a mis au point dans le prolongement de son programme Man-in-Sea, j’avais commencé cette enquête par un petit article où je m’intéressais à Cousteau dessinant Précontinent II.

Sans reprendre la totalité de ces analyses, on peut les prolonger à travers quelques images montrant des figures de concepteurs.


> Cousteau s’apprêtant à dessiner et expliquer le programme de la mission Précontinent II
(Le Monde sans soleil, 1964)

L’image est issue d’une séquence qui se trouve tout au début du film Le Monde sans soleil (1964). Elle fait suite à l’arrivée de Cousteau sur le site de l’expérience Précontinent II en soucoupe plongeante, une fois l’engin sagement garé dans son garage en forme d’oursin, le commandant rejoint la grande maison en équipement de plongée ; y entre en se délestant de son scaphandre autonome, allume une cigarette puis rejoint le carré où il est rejoint par les habitants de ces lieux. Attablé au milieu des océanautes, Cousteau s’empare d’un cahier rouge sur lequel il va dessiner le site de l’opération ainsi que les différents équipements qui composent le village de la mer Rouge.


> Main de Cousteau sur le dessin du village de la mer Rouge (Le Monde sans soleil, 1964)

À la table du carré, entre verre et cendrier, sur une double page à petits carreaux, le dessin est sommaire mais assuré. Le long du récif et d’un tombant dessinés en coupe, on peut y reconnaître les deux bateaux et la structure construite en surface, la maison en forme d’étoile de mer et le garage en forme d’oursin à 11 mètres de profondeur, la station profonde à -26 mètres et des structures profondes à -51 mètres. Ce dessin n’est pas celui d’un architecte, mais plutôt un schéma d’implantation verticale du village ainsi que le programme de l’opération qui constitue la trame narrative du film : vivre comme sur terre dans la grande maison, avant de partir à la conquête des profondeurs, dans la station dédiée ou par des plongées profondes en scaphandre et même en soucoupe plongeante.

 


> Cousteau assis à son bureau pour présenter le programme Précontinent III
(« L’Odyssée sous-marine de l’équipe Cousteau : l’Aventure Précontinent », 1966)

Deux ans plus tard, Cousteau poursuit son programme d’habitat sous-marin par une opération techniquement plus ambitieuse puisqu’il s’agit de faire vivre des hommes dans une maison immergée à 100 mètres de profondeur. Mais avant de réaliser cette expérience, le commandant réunit son équipe dans son bureau du Musée océanographique de Monaco sous l’œil des caméras de l’épisode pilote de sa future série documentaire « L’Odyssée sous-marine de l’équipe Cousteau » (1966). Dans une situation assez proche de celle du village de la mer Rouge, mais bien au sec et en habits de ville, le commandant rappelle à ses hommes les enjeux d’un projet plus risqué.


> Cousteau commente la maquette de Précontinent III (ibid.)

Issue du même documentaire, une seconde séquence montre Cousteau debout dans le même bureau mais devant une autre maquette transparente de la sphère d’habitation de sa troisième maison sous-marine du programme Précontinent. Il enlève la partie supérieure de la sphère en plexiglass tandis que la caméra vient montrer l’intérieur des aménagements habitables ou techniques de cette maison aux allures de vaisseau spatial.

Cette aventure du programme Précontinent sera la dernière et, surtout, coïncidera avec le basculement de la carrière du commandant Cousteau qui sera conduit à se consacrer presque exclusivement à la réalisation des documentaires de sa célèbre Odyssée.

 

Ces trois séquences ne font pas de Cousteau un architecte, pas plus que la photo de Link semblant dessiner la maquette de son vaisseau sous-marin. On peut néanmoins les rapporter aux mêmes situations exposées par l’architecte Jacques Rougerie et même… à une célèbre photo de Mies van der Rohe.


> Ludwig Mies van der Rohe devant la maquette de l’Illinois Institute of Technology de Chicago

Les rapprochements d’images de Link, Cousteau, Rougerie ou même Mies, ne suffisent évidemment pas à faire des deux pionniers de l’habitat subaquatiques des architectes. Link et Cousteau appartiennent plutôt à un univers militaro-techno-industriel susceptible de mobiliser des designers sans s’y limiter ou s’arrêter à ces questions. Néanmoins, la question reste ouverte pour ce qui concerne Cousteau qui ne se limite pas à l’ingénierie ou à l’océanographie mais s’inscrit explicitement dans un registre créatif et visuel prégnant dans son œuvre cinématographique qui impose un design particulier aux maisons, engins et équipement qu’il conçoit avec l’aide de collaborateurs comme Jean-Charles Roux.

Citer ce billet : “Figures du concepteur… sous-marin”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 21/01/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/785.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.