Formes des habitats sous-marins


> Maison étoile de mer de Précontinent II photographiée par Frédéric Dumas

Chercheur au sein d’une équipe qui affiche son intérêt pour l’invention et l’évolution des formes architecturales, je souhaite revenir sur la question de la forme des habitats sous-marins. Et pour commencer, j’aimerais rapporter les propos de Juliette Tilquin, fille de Frédéric Dumas, un des célèbres Mousquemers, c’est-à-dire un des tout premiers compagnons de plongée de Cousteau…

« Je remarque qu’en architecture sous-marine, les volumes extérieurs sont tous en courbes. La pression semble imposer la courbe et bannir l’angle droit. L’angle droit est si loin de la nature. Personnellement, je conteste ces angles droits qui pointent leurs arêtes brutalement saillantes dans nos espaces, et chez moi, ils sont tous rabotés. » (J. Tilquin, mail personnel)

Ces remarques très personnelles de la fille du « fils de Poséidon » ont été inspirées par la lecture de mon dernier article sur le sujet. Dans ce texte, je reviens sur la morphologie de ces habitats parfois conçus à partir de wagon-citerne, de cuve ou de chaudrons industriels généralement cylindro-sphériques et cela sans oublier les projets initiaux George F. Bond , père du programme américain qui avait imaginé reconvertir un sous-marin nucléaire en une paisible maison sous-marine. Et il suffit de parcourir la « bible » des maisons sous la mer, le fameux Living and working in the seade James W. Miller et Ian G. Koblick (New York, Van Nostrand Reinhold, 1984), pour constater que les formes arrondies sont très présentes dans cet inventaire, même si quelques habitats pourront contredire cette règle édictée par la nécessité de mieux résister à la pression, d’assurer une meilleure étanchéité et sans doute d’adopter une forme susceptible de mieux se mouvoir dans un environnement aquatique.

Citons quelques opérations parmi les plus célèbres : le « cylindre » de Link ou le tonneau Diogène de Précontinent I de Cousteau en 1962, la maison étoile de mer ou la station profonde de Précontinent II en 1963, Sealab I en forme de wagon-citerne de Bond en 1964, le SPID (tente cylindrique gonflable de Link), la sphère de Précontinent III ou Sealab II qui conserve la même forme en 1965, et idem pour le programme Tektite qui conservera sa forme à deux tourelles cylindriques reliées entre-elles durant ses trois déclinaisons (1969, 1970 puis 1980).

> Dessin de couverture de J.W. Miller et I.G. Koblick,
Living and working in the sea, 1984.

Enfin, pour revenir aux habitats subaquatiques conçus par l’architecte Jacques Rougerie, il est indéniable que la très bulbeuse Galathée (1977) vient sublimer ce principe de cellule d’habitation sphérique ou courbe, en plus de jouer de la transparence de ses bulles permettant de vivre en osmose avec le milieu sous-marin. Des principes qui seront prolongés et mis en pratique à travers ses petits refuges Aquabulles (1978) et Hippocampe (1981).

Du sous-marin nucléaire de Bond, aux divers cylindres inspirés des caissons et chambres de décompression (SDC), aux projets plus élaborés et désigné (par Jean-Charle Roux) de Cousteau, jusqu’à l’architecture de Rougerie, il semble bien que l’habitat sous-marin vienne contester l’angle droit cher à Le Corbusier et, plus généralement, à l’architecture des avant-gardes modernistes de la première moitié du XXe siècle.

Et même si la culture de l’ingénierie sous-marine et la nécessité physique de résistance à la pression semblent privilégier les formes cylindro-sphériques, il est indéniable que ces habitats expérimentaux ressemblent aux recherches architecturales de quelques concepteurs des années 1960-1970, également critique du Mouvement moderne.

Il est même possible de remonter aux années 1940, si on suit les projets du génial concepteur que fut Richard Buckminster Fuller (1895-1983), dont la Dymaxion house adopte très tôt une forme ronde en vue d’une fabrication industrialisée, d’une économie de matériaux et d’une facilité de déploiement sur site. Un programme que pourraient adopter les pionniers de l’habitat sous-marin.

> Dymaxion House exposée au Henry Ford Museum en 2005 (wikimedia)

Marin et ingénieur avant d’être architecte, Fuller est d’ailleurs fasciné par les questions de logistique et de (télé)communication qu’il découvre auprès de la Navy et qu’il transpose dans le monde de l’architecture en ayant une influence considérable sur la pensée et les expérimentations spatiales des années 1960.

> Couverture de M. McLuhan, Understanding media
[Pour comprendre les médias]

On peut également s’inspirer des propos sur le logement d’un autre penseur influent des années 1960-70 : Marshall McLuhan (1911-1980). Dans son célèbre Pour comprendre les médias (1964, trad. fr. 1968), le théoricien des médias s’intéresse à la maison comme moyen de communication. À l’instar de certains théoriciens de l’architecture, il considère l’habitat comme prolongement de la peau ou du vêtement qui la protège, pour ensuite distinguer :

« L’homme alphabétisé, l’homme civilisé, [qui] a tendance à restreindre et à enfermer l’espace, ainsi qu’à séparer les fonctions, alors que l’homme tribal prolongeait la forme de son corps librement, pour embrasser l’univers. » (p.150)

Considérant que l’homme moderne privilégie une « technologie analytique de fragmentation » qui semble l’éloigner définitivement des « modèles cosmiques », McLuhan analyse le passage d’un habitat rond à un carré, en considérant qu’une « tente, ou un wigwam, n’est pas un espace clos ou visuel, pas plus qu’une caverne ou un trou dans le sol », tandis que :

« Le carré clôt un espace visuel, c’est-à-dire qu’il consiste en propriétés spatiales libres de tensions manifestes. » (p.151)

Critique, sans y faire référence explicitement, du Mouvement moderne de l’architecture du début du XXe siècle, le théoricien des 60’ met en avant les nouvelles technologies susceptibles de produire un nouveau rapport à l’espace et, notamment :

« Les techniques d’habitation que nous fournit la science moderne [qui] vont de la capsule spatiale ou rideau d’air […] les cloisons et les étages peuvent être déplacés à volonté. » (p.154)

Cela sans oublier, les technologies électroniques pour lesquelles :

« Peindre avec de la lumière, c’est en quelque sorte créer un logement sans murs. » (p.154)

À travers tous ces moyens permettent d’opérer une sorte de dématérialisation du logement comme nouvelle courbure de l’espace, le médiologue pressent qu’une « souplesse comme celle-là tend tout naturellement vers l’organiciste », presque écologique sinon biomimétique. Et c’est à ce propos qu’il avance une affirmation prémonitoire que ni Cousteau ni Rougerie ne souhaiteraient démentir :

« Une fois de plus, la sensibilité humaine semble s’accorder aux courants universels qui faisaient de l’homme un plongeur cosmique. » (p.154)

Théoricien influent McLuhan inspirera le Reyner Banham de « l’a-maison » (qui doit aussi beaucoup à Fuller) ou le groupe d’architectes anglais Archigram. Mais surtout, les années 1960 verront germer un certain nombre de maisons rondes, qu’on pense bien sûr à la commune hippie de Drop City dont l’architecture réinterprète les dômes géodésiques conçus et popularisés par Fuller.

 

> Vue de Drop City (wikimedia)

Ainsi, une architecture ronde et moderniste donnera également forme aux maisons Futuro conçues par l’architecte et designer finlandais Matti Suuronen (1933-2015) ; construites en fibre de verre à la fin des années 1960.

> Maison Futuro (wikipedia)

Bien que construite dans les années 1990, l’architecture ronde ou bulle trouvera ses lettres de noblesse à travers le Palais Bulle – Espace Cardin à Théoule-sur-Mer, conçu par l’architecte d’origine hongroise Antti Lovag au terme de recherches proches d’autres architectes de la courbe.

> Dessin en coupe du Palais Bulle – Espace Cardin par Antti Lovag, 1988-1992 (FRAC Centre)

Cet exemple d’architecture bulle exclusivement terrestre, nous ramène à l’architecture de la mer par l’intermédiaire d’un collectif d’architectes auquel appartient Antti Lovag : le Groupe International d’Architecture Prospective (GIAP) créé par l’historien d’art et d’architecture Michel Ragon et au sein duquel on retrouve également Paul Maymont, auteur d’un projet (utopique) de ville flottante nommée Thalassa. Enseignant l’architecture, ce dernier aura une influence décisive sur l’étudiant Jacques Rougerie. Et enfin, les premiers projets du jeune architecte mérien seront immédiatement repérés, publiés et soutenus par l’historien-prospectiviste Ragon.

> Projet de Rougerie en couverture de M. Ragon, Prospective et Futurologie,
3e tome de l’Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes,
Paris, Casterman, 1978.

Il semble donc indéniable que l’architecture de Jacques Rougerie a quelque chose à voir avec les réflexions du GIAP. Ses premières publications et notamment son dossier « Habiter la mer » publié par la revue L’Architecture d’Aujourd’huin°175 en 1974, font référence aux projets de Paul Maymont ou de Walter Jonas (et même Édouard Albert qui travaillera avec Cousteau). En outre, sa recherche architecturale embrasse un spectre beaucoup plus large en se référant aussi aux projets de F. Lloyd Wright, R. Buckminster Fuller, Kenzo Tange, Frei Otto, N. Kurokawa ou Paolo Soleri, pour citer les plus connus. Et comme dans les publications de Ragon, on y retrouve surtout des projets de villes flottantes assez souvent circulaires (Wright, Albert, Jonas, Otto, Maymont, Kurokawa) ou, parfois étonnamment, à base pyramidale, pour le projet Triton de Fuller, gourou des dômes.

Les formes bulbeuses de Galathée puisent dans toutes ces réflexions anthropologiques, cosmologiques et architecturales issues de la contre-culture aussi bien que de la révolte architecturale et urbaine exprimée à l’encontre de l’angle droit. Mais pour autant, elles n’oublient jamais les réalités physiques et techniques permettant de dessiner des formes susceptibles de pouvoir résister à la pression en offrant un habitat en prise sur l’environnement sous-marin. Ainsi, Rougerie semble retenir et amplifier, parfois de façon critique, les leçons des pionniers et tout particulièrement du Cousteau de Précontinent.

Alors toujours ronde, ou cylindro-sphériques, les maisons sous-marines ?

Il est intéressant, pour conclure ce début de réflexion sur la forme, de s’arrêter sur les deux derniers projets recensés par le très sérieux inventaire de Miller et Koblick (Living and working in the sea, op. cit., p. 383). Leur chronologie s’achève en 1977, avec la Galathée de Rougerie et… Neritica de Hans W. Fricke.

On reconnait les bulbes et les bulles de la première tandis que la seconde aligne angles droits, surfaces nervurées, sans pour autant sacrifier ses ouvertures sur les eaux cristallines de la mer Rouge.

> Dessin de Galathée par J. Rougerie (architecte), 1977.

Maison d’architecte à destination de scientifiques vs maison autoproduite par un biologiste sous-marin, une question à suivre…

> Neritica par Hans W. Fricke (biologiste), 1977 – photo Bromand

Citer ce billet : “Formes des habitats sous-marins”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 03/02/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/885.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.