Michel Ragon et l’architecture sous-marine


> Couverture de M. Ragon, Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes,
tome 3 : Prospective et futurologie
, Casterman, 1978.

Disparu le 14 février dernier, Michel Ragon (1924-2020) a joué et, sans aucun doute, continuera de jouer, un rôle essentiel auprès des architectes atypiques rencontrés dans mes recherches sur l’habitat sous-marin. Critique et historien de l’art et de l’architecture, autodidacte revendiqué, Ragon a été un acteur incontournable dans le développement au cours des années 1960-1970, d’une recherche architecturale, à la fois utopique et prospective.

Mais qui est vraiment Michel Ragon ? Il est intéressant de citer sur ce point la présentation qui en est donné dans l’introduction d’un ouvrage qui lui a été consacré :

« Ragon est aussi – et aujourd’hui sans doute avant tout – un écrivain ; il est historien de la littérature prolétarienne, de la « voie libertaire » ; il a été éditeur ; c’est un autodidacte qui a soutenu une thèse et a enseigné à l’école nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. C’est également un critique parmi les plus importants du XXe siècle, qui a marqué à la fois le champ de l’art et celui de l’architecture de son temps. »
Richard Leeman et Hélène Jannière (dir.), Michel Ragon. Critique d’art et d’architecture, PUR, 2013, p. 9

Autodidacte, anarchiste, bouquiniste, romancier, critique d’art puis d’architecture, historien soutenant un doctorat à la Sorbonne sans cesser de s’affirmer libre de tout académisme, Ragon écrit une volumineuse Histoire mondiale de l’architecture… dont le dernier volume revendique une approche prospectiviste et futurologique. En effet, engagé dans les mondes de l’art comme dans ceux de l’architecture, l’historien-critique a fondé dès 1965 le Groupe international d’architecture prospective (GIAP) ; un collectif qui réunit les architectes Yona Friedman, Walter Jonas, Paul Maymont, Ionel Schein, Nicolas Schöffer, ensuite rejoints par Jean-Louis Chanéac, Pascal Haüsermann, ainsi que Jean Fourastié ou Abraham A. Moles (M. Ragon, Op. cit. p. 342).

C’est dans le prolongement de ces réflexions prospectivistes qu’il faut lire le troisième tome de son Histoire mondiale de l’architecture… une histoire ouverte sur l’avenir et tournée vers l’infini des espaces habitables. Un livre d’histoire qui expose sur sa jaquette colorée la maquette d’une des cellules du Village sous-marin (1971-1972), un projet du jeune architecte Jacques Rougerie (cf. supra).

Et s’intéressant aussi bien aux nouveaux matériaux de l’époque (plastique ou… bois), à l’informatique, les énergies nouvelles (éoliennes, solaires) ou à la biologie ; aux « mégastructures » ou aux dômes géodésiques, à la ville-pont, souterraine, mobile, etc. ; l’auteur consacre un chapitre entier à : « Architecture en bord de mer, sur la mer, sous la mer » (chap. 6, p. 149-185).


> M. Ragon, Op. cit., ouverture du chapitre consacré à la mer
avec une citation de J. Verne, p. 149

Forcément prospectif et principalement illustré par des dessins d’architectes ou des photos de maquette, le chapitre est également illustré par une réalisation architecturale concrète : Galathée, photographiée lors de sa mise à l’eau en 1977.


> M. Ragon, Op. cit., « « Galathée ».
Prototype de maison sous-marine par Jacques Rougerie », p. 156

Si l’essentiel du chapitre est consacré à de nombreux projets le plus souvent « utopiques » de villes flottantes et d’îles artificielles, il se prolonge par une belle présentation des projets marins et surtout sous-marins de J. Rougerie et de son Centre d’architecture de la mer (CAM) :


> M. Ragon, Op. cit., p. 182-183

 


> M. Ragon, Op. cit., p. 184-185

Publié en 1978, l’ouvrage de Ragon vient donc soutenir le lancement d’une architecture sous-marine qui, contrairement à la plupart des ambitieux projets marins de Buckminster Fuller, P. Maymont, W. Jonas (deux compagnons prospectivistes de l’auteur), ou même de Édouard Albert interlocuteur de Cousteau, sont restés sur le papier, tandis que Rougerie est parvenu en quelques années à faire construire et à expérimenter son prototype de maison sous la mer.

On peut donc y voir une magnifique démonstration d’un utopisme actif et concret que Ragon ne cessera jamais d’appeler de ses vœux.

Citer ce billet : “Michel Ragon et l’architecture sous-marine”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer |HCSM| le 17/02/2020. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/995.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.