Archives mensuelles : octobre 2019

Archigram et l’architecture sous-marine, 1964-1966

Pour les architectes, construire sous l’eau ou dans d’autres espaces lointains ou extrêmes, relève de registres utopiques, prospectifs ou purement imaginaires. Néanmoins certains architectes sont allés jusqu’à s’inspirer d’expériences concrètes comme celles de Cousteau qui ont fait l’objet d’une très large médiatisation internationale.

 

On peut s’arrêter sur l’exemple du collectif Archigram, un groupe d’architectes anglais mêlant habilement réflexion technologique et pop culture, qui s’est librement inspiré du « Jacques Cousteau’s underwater village » et d’autres engins subaquatiques dans ses recherches conceptuelles sur la ville, dans « Metropolis issue », Archigram Magazine, n° 5, 1964, p. 18 :

essai

> Voir aussi le numéro complet sur le site The Archigram Archival Project, University of Westminster : http://archigram.westminster.ac.uk/project.php?revID=3085

Continuer la lecture

Au plus profond… d’une recherche

> Robert Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965. 

J’ai présenté récemment cet ouvrage, en expliquant qu’il avait joué un rôle important au tout début de ma recherche sur les programmes et projets d’habitats sous-marins.

Bien sûr, le livre n’est pas à l’origine de la recherche, mais sa lecture m’a convaincu que je pouvais me lancer dans un tel travail. En effet, si j’avais envie depuis longtemps d’étudier les maisons sous-marines, j’avais surtout en tête les images du Précontinent II de J.-Y. Cousteau que je mettais en relation avec le projet Galathée de l’architecte J. Rougerie.

Ces deux habitats bornaient ma recherche d’un point de vue historique (1963 à 1977), ainsi que de l’expérimentation techno-industrielle à la réalisation architecturale. Mais je craignais alors de ne pas pouvoir aller beaucoup plus loin et de devoir limiter mon propos à l’analyse de ces deux opérations exceptionnelles.

Continuer la lecture

De la chasse à la conquête du monde sous-marin

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Forcément décriée aujourd’hui, sur terre comme sous la mer, la chasse sous-marine moderne* qui s’est développée sur la Côte d’Azur française autour de la Seconde Guerre mondiale, est souvent présentée par ses pionniers comme la première étape d’un mouvement de découverte de ce milieu, conduisant à son exploration voire sa conquête, mais aussi à sa protection (ce que ne dis pas encore la citation ci-dessous, mais d’autres Cousteau, Gorsky et d’autres s’en chargeront) :

« Les « fadas » ont inventé plus qu’un sport, c’est de leurs bricolages, de leur passion surtout que tout est parti. Ils sont descendus d’abord pour tuer des poissons, ils ont voulu ensuite rapporter des images et la photo sous-marine est née, ils ont voulu aller voir plus bas et le scaphandre autonome a été mis au point, puis la soucoupe plongeante (qui permet l’exploration du plateau continental, c’est-à-dire la bordure des continents de 0 à 300 m). Suisses, Américains, Italiens et Belges ont suivi et le bathyscaphe s’est posé dans la fosse des Mariannes, par 11.000 mètres de fond, au plus profond des océans ; aujourd’hui, enfin, les techniques de vie en saturation permettent à l’homme non plus de plonger mais de « vivre » sous la mer. » p. 49.

De la chasse à la photo, au scaphandre autonome, à la soucoupe plongeante, au bathyscaphe et aux… maisons sous la mer ! Portrait de Cousteau ou histoire d’une quête oubliée ?

* Sténuit rappelle en préambule que « les Polynésiens chassent sous la mer depuis que le monde est monde », ibid.

Plongée à saturation & courbe de sécurité

Lorsque le commandant Cousteau, George F. Bond (médecin de l’US Navy qui lance les premières expérimentations de plongée à saturation en caisson hyperbare), Edwin Link ou Robert Sténuit cherchent à justifier la nécessité de développer des habitats sous-marins, ils sont obligés d’en revenir aux paliers de décompression que doivent faire les plongeurs qui restent un certain temps à une certaine profondeur…

Je suis parfois obligé d’expliquer cela en utilisant des schémas contemporains pour faire rapidement comprendre ces principes. Pour remonter aux sources, je m’appuie ici sur la table/courbe de sécurité qui illustre le petit manuel de plongée sous-marine écrit par le premier océanaute de l’histoire, Robert Sténuit.

Continuer la lecture

Plongeurs plutôt qu’astronautes ?

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Il est intéressant de s’arrêter sur le petit manuel de plongée sous-marine publié par Robert Sténuit en 1967 (1ère édition en 1963), soit quelques années après ses deux premières expériences de vie dans deux maisons sous la mer (Man-in-sea I en 1962, II en 1965).

Continuer la lecture

Le plongeur, L’île… (suite)

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Pour faire suite au précédent billet sur le livre de l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky, on pourrait ajouter une planche composée de deux photos de Tahiti, l’île (faussement) paradisiaque où commence le périple du chercheur d’île en quête de rupture avec la vie moderne.

La photo du haut de la page montre un groupe de danseurs « seulement vêtus du costume traditionnel » (légende, p. 24), tandis que la photo du bas dévoile l’envers du décor des danseurs « mitraillés à bout portant par une armée de touristes » (ibid.). On se doute que l’auteur a cotoyé les photographes de ce spectacle qui lui donne envie de prendre le large à la recherche de la véritable dernière île.

Citer ce billet : “Le plongeur, L’île… (suite)”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 17/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/99.

« C’est le temps qui commande »

Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965, p. 133

Dans un chapitre de La Dernière île (1965), précisément intitulé Le temps qui commande, Bernard Gorsky revient sur une expédition de pêche qu’il compte mener avec les habitants de l’île de Mouli.

Mais même dans cette île paradisiaque, le temps peut être maussade et, impatient, le voyageur interroge Benoît, un de ses compagnons, qui lui répond tranquillement que c’est le temps qui commande. Réponse qui suscite ces réflexion de l’auteur :

« Jamais je crois les problèmes des rapports entre l’homme et la nature ne me fut posé avec plus de justesse et d’acuité que par cette simple phrase et l’intonation avec laquelle Benoît la prononça. […] Benoît et les siens se soumettaient inconditionnellement à ce qu’ils ne voulaient pas tenter de dominer et ainsi ce qui pouvait les détruire. Les miens ne se soumettaient à rien et voulaient tout dominer au risque d’être détruit. Benoît et les siens ne faisaient que perpétuer l’espèce en s’acheminant vers la mort. Les miens s’acheminaient également vers la mort en perpétrant la fin de l’espèce. Tous, nous étions avertis de l’Apocalypse. La conception moulienne ne permettait-elle pas de tout sauver ? Le monde entier n’était-il pas une tribu ? » p. 160-161.

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Citer ce billet : “« C’est le temps qui commande »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 01/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/77.