Archives par étiquette : Cousteau

La mystérieuse sentinelle des profondeurs


> « Deep Sentinel (TM) System », dans L’Arca International, n° 176, 2024 (détail)

C’est une revue d’architecture internationale n’hésitant pas à présenter des projets hautement technologiques qui m’a incité à mener l’enquête sur le projet Deep™ et son énigmatique sentinelle des profondeurs.

Continuer la lecture

Des villes sous la mer ?


> Les vestiges d’une ville sous-marine imaginaire ?

La littérature d’anticipation a parfois imaginé et décrit l’existence de ville sous la mer, un rêve qui interroge parfois ses critiques, mais qu’en est-il du côté des véritables acteurs des divers programmes d’installation des humains sur le plateau continental ?

Continuer la lecture

Le marin-philosophe et les océanautes


> bioluminescence sur la mer (détail), dessin de R. Casati, 2019
(Roberto Casati, Philosophie de l’océan, PUF, 2022).

Après avoir écrit une recension du livre Philosophie de l’océan de Roberto Casati, philosophe cognitiviste et marin aguerri à la pratique de la voile, je souhaite m’y replonger dans l’esprit de ce carnet. Sans remettre fondamentalement en question ma lecture enthousiaste de cette philosophie cognitive et environnementale adoptant un point de vue maritime, je voudrais revenir sur ce qu’elle nous dit du projet d’habiter (sous) la mer.

Continuer la lecture

Déco façon Nautilus

Dezeen – article cité, 2023

Je m’éloigne un petit peu de mon sujet de prédilection qui est le fait de tenter de vivre sous la mer, vraiment ou réellement, mais il est intéressant de relever la persistance d’architecture tentant de simuler, d’approcher ou d’évoquer décorativement cette ambition…

Continuer la lecture

Le naufrage des maisons sous la mer


Couverture AV Monographías n° 246, 2022

Interrogeant, ici et , les pratiques architecturales visant à construire et à habiter la mer, j’ai été attiré par la couverture du dernier numéro de la revue d’architecture espagnole AV Monographías consacré à l’agence norvégienne Snøhetta en mettant en scène son célèbre Underwater Restaurant. Ce beau projet m’incite à revenir sur les conditions possibilité d’une architecture sous-marine, aujourd’hui. 

Continuer la lecture

« La joie de vivre sous la mer »


> Jean-Albert Foëx, Rendez-vous sous la mer, Paris, Nouvelles éditions latines, 1954.

Poursuivant inlassablement la lecture des premiers récits de découverte de la plongée et du monde sous-marin, j’ai été tout particulièrement attiré par un chapitre du Rendez-vous sous la mer de Jean-Albert Foëx, publié en 1954. Il y est question de « vivre » dans ce nouveau monde, un programme au cœur de mes recherches, même si cette vie et ses plaisirs ne sont pas exactement ceux que j’attendais.

Continuer la lecture

Homo aquaticus, l’idée de vivre sous la mer


> couv. L’Aventure sous-marine, n°42, 1961 (Homo aquaticus)

Pour aller à l’essentiel, je présente souvent mes recherches comme un questionnement des programmes et projets d’habitats sous-marins, qui se décline autour d’une série d’exemples de maisons sous la mer. Je souhaiterais revenir en amont de ces réalités, pour questionner l’idée de vivre sous la mer, de devenir un « homo aquaticus ».

Continuer la lecture

Exploiter la mer demain, en 1972


> Claude Riffaud, Demain la mer, Paris, L’école des Loisirs, 1972 (couverture)

Un an avant la crise de 1973, mettant fin aux Trente Glorieuses, Claude Riffaud, ancien officier de Marine devenu responsable de « l’Aménagement du Plateau Continental » auprès du Centre national pour l’exploitation des océans, a écrit une histoire et un panorama des projets de pénétration, de conquête et d’exploitation de la mer, en privilégiant la rationalité industrielle et économique aux grands rêves d’habiter sous la mer.

Continuer la lecture

De l’homme-poisson à l’océanographie


> Vsevolod de Romanovsky, L’homme-poisson et ses conquêtes, Paris, Stock, 1955.

Comme d’autres scientifiques, l’océanographe Vsevolod de Romanovsky a publié en 1955, un petit livre oscillant entre « parfait manuel » de plongée et panorama des explorations, découvertes concernant le monde sous-marin.

Continuer la lecture

Un week-end au fond des mers


> Claude Francis-Boeuf, L’exploration sous-marine, Paris, Éditions Elzévir, 1947.

À travers quelques livres évoquant les débuts de la plongée sous-marine, il s’agit de poursuivre une enquête sur les motivations à explorer, exploiter et, surtout, à habiter le fond des mers. Commençons cette mini-série par un petit livre de Claude Francis-Bœuf, un océanographe proche de Cousteau.

Continuer la lecture

Psychanalyse du « plongeur cosmique »


> « L’Homme retourne à la mer », Encyclopédie Cousteau, vol. XII

Mes recherches sur l’habiter sous-marin interrogent les programmes rationnels de colonisation de cet espace, mais aussi le désir de retourner à la mer, d’être et de vivre sous l’eau. Cousteau, Dumas et beaucoup d’autres pionniers ne parlent que du plaisir particulier rencontré au contact de ce monde singulier où ils souhaitent séjourner ou habiter. Tout cela mérite sans doute un petit détour psychanalytique en lisant le Thalassa (1929) de Sandor Ferenczi, inventif disciple de Freud.

Continuer la lecture

Première fenêtre ouverte sous la mer [2] Ouverture…


> Le Nautilus et ses fameux hublots, ill. Vingt mille lieues…

Vingt mille lieues sous les mers, le célèbre roman de Jules Verne, a eu une influence considérable sur l’imaginaire de la conquête de l’espace sous-marin et ses projets d’habitation. Après un premier épisode qui nous a permis de parcourir l’intérieur (bourgeois) du Nautilus, poursuivons la lecture de ce roman très confiné jusqu’à l’ouverture d’une première fenêtre sous la mer.

Continuer la lecture

Première fenêtre ouverte sous la mer [1] Enfermés…


> Réfugiés sur la coque du Nautilus, ill. Vingt mille lieues

Vingt mille lieues sous les mers, le célèbre roman de Jules Verne, a eu une influence considérable sur l’imaginaire de la conquête de l’espace sous-marin, mais également sur ses projets d’habitation1. Il est donc intéressant de suivre ce roman dont l’intrigue tient à l’espace d’un bâtiment sous-marin, le célèbre Nautilus2. 

Continuer la lecture

Habiter le « Monde du silence »


> J.-Y. Cousteau et F. Dumas, Le Monde du silence,
Paris, Éditions de Paris, [1953] 1956.

Comme le relève très justement Michael Bess, Cousteau a joué un rôle fondamental en rendant accessible « une dimension nouvelle, en dessous, au-delà » de la mer1. Il l’a fait en allant y voir, au moyen de masques, d’appareils photos et de caméras, mais aussi par l’écrit. Ainsi, avant le mondialement célèbre Monde du silence, projeté sur les écrans de cinéma en 1956, il y eut… Le Monde du silence, un livre à succès, écrit avec Frédéric Dumas publié en 1953. Écrit dix ans après la mise au point du scaphandre autonome, il y est déjà question d’habiter sous la mer.

Continuer la lecture