Archives par étiquette : Exploration sous-marine

L’invention d’une vie sous-marine

> À propos du livre de Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon,
Éditions de l’Homme sans Poids, 2017.

> Photo du Frédéric Dumas dans le célèbre nez sous-marin de la Calypso1

Passionné par l’univers sous-marin dévoilé par Un cinéaste nommé Cousteau, auquel il a consacré une biographie filmique, Franck Machu n’a pas pu résister à l’appel d’une autre figure essentielle de cette aventure Frédéric Dumas, un autre fils de la Méditerranée. J’aurais aimé en écrire une recension, mais j’ai mis du temps avant de lire ce gros livre qui ouvre de multiples pistes de réflexion que je vais suivre au risque de ne pas résumer la vie déjà fort riche et passionnante d’un pionnier de l’exploration des fonds sous-marins.

Continuer la lecture

  1. F. Machu, Op. cit., p. 203. []

Manières de concevoir un engin sous-marin


> Plan du futur FNRS 3 [bathyscaphe] ébauché par Dumas1

Menées dans une école d’architecture, c’est-à-dire parmi des praticiens parfois très pointilleux sur ce qui est ou qui n’est pas de l’architecture, mes recherches sur l’architecture sous-marine s’intéressent principalement à une architecture sans architectes. J’ai déjà abordé cette question à partir de la pratique de l’architecte J. Rougerie et aussi sous l’angle de la forme des habitats sous-marins et sous celui de la figure du concepteur d’habitats ou d’engins destinés à évoluer dans cet environnement. Je voudrais dans ce billet l’aborder plus directement sous l’angle de la conception, des principes d’une conception marine sinon subaquatique. Cela à partir du récit que fait le compagnon de Cousteau, Philippe Tailliez des aventures et des aléas du premier bathyscaphe conçu scientifiquement par le célèbre Auguste Piccard.

Cette analyse menée à partir d’un chapitre de l’ouvrage de Tailliez et, comme on le verra plus loin, d’un « dessin » de Frédéric Dumas, est une étape dans un travail que j’intitule, Cousteau, architecte ? qui pourrait donner lieu à un petit ouvrage examinant la figure singulière du non-architecte Jacques-Yves Cousteau, marin, explorateur, homme d’images et pionnier des premières expériences de maisons sous la mer qui ont eu une influence considérable sur la possibilité d’une architecture pour ce milieu extrême. Ce travail et cet ouvrage devant être articulés à une réflexion symétrique sur la production d’une architecture sous-marine singulière par l’architecte Jacques Rougerie.

Continuer la lecture

  1. Publié dans Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon, Éditions de l’Homme sans poids, 2017, p. 98. F. Machu indique que ce plan a été inséré dans un rapport par fait Cousteau en vue de la réalisation du FNRS 3. []

Le plongeur, l’île paradisiaque et la crise du modernisme

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Le Mon intérêt personnel pour le monde sous-marin s’est construit et structuré autour des livres et films de Cousteau, mais il doit aussi à l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky.

Né à Paris en 1917, de parents russes émigrés, comme Cousteau et d’autres, il découvre le monde sous-marin alors qu’il est démobilisé sur la Côte d’Azur durant l’Occupation. Dix mètres sous la mer, son premier livre rendant compte de ce parcours est publié en 1946 avec une préface de Léon Bertin (professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris) et des photographies de Cousteau. Mais c’est sans doute son tour du monde de l’exploration sous-marine, à quatre sur un voilier de 12 mètres, le désormais célèbre Moana, qui lui apporte célébrité, consécration littéraire et l’envie de prolonger ces aventures marines.

Continuer la lecture