Archives par étiquette : Gorsky

Le plongeur, L’île… (suite)

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Pour faire suite au précédent billet sur le livre de l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky, on pourrait ajouter une planche composée de deux photos de Tahiti, l’île (faussement) paradisiaque où commence le périple du chercheur d’île en quête de rupture avec la vie moderne.

La photo du haut de la page montre un groupe de danseurs « seulement vêtus du costume traditionnel » (légende, p. 24), tandis que la photo du bas dévoile l’envers du décor des danseurs « mitraillés à bout portant par une armée de touristes » (ibid.). On se doute que l’auteur a cotoyé les photographes de ce spectacle qui lui donne envie de prendre le large à la recherche de la véritable dernière île.

Citer ce billet : “Le plongeur, L’île… (suite)”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 17/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/99.

« C’est le temps qui commande »

Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965, p. 133

Dans un chapitre de La Dernière île (1965), précisément intitulé Le temps qui commande, Bernard Gorsky revient sur une expédition de pêche qu’il compte mener avec les habitants de l’île de Mouli.

Mais même dans cette île paradisiaque, le temps peut être maussade et, impatient, le voyageur interroge Benoît, un de ses compagnons, qui lui répond tranquillement que c’est le temps qui commande. Réponse qui suscite ces réflexion de l’auteur :

« Jamais je crois les problèmes des rapports entre l’homme et la nature ne me fut posé avec plus de justesse et d’acuité que par cette simple phrase et l’intonation avec laquelle Benoît la prononça. […] Benoît et les siens se soumettaient inconditionnellement à ce qu’ils ne voulaient pas tenter de dominer et ainsi ce qui pouvait les détruire. Les miens ne se soumettaient à rien et voulaient tout dominer au risque d’être détruit. Benoît et les siens ne faisaient que perpétuer l’espèce en s’acheminant vers la mort. Les miens s’acheminaient également vers la mort en perpétrant la fin de l’espèce. Tous, nous étions avertis de l’Apocalypse. La conception moulienne ne permettait-elle pas de tout sauver ? Le monde entier n’était-il pas une tribu ? » p. 160-161.

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Citer ce billet : “« C’est le temps qui commande »”, par Christophe Camus. Publié sur Habiter et construire sous la mer | HCSM le 01/10/2019. Lien : https://hcsm.hypotheses.org/77.

Le plongeur, l’île paradisiaque et la crise du modernisme

> Bernard Gorsky, La Dernière île, Paris, Albin Michel, 1965.

Le Mon intérêt personnel pour le monde sous-marin s’est construit et structuré autour des livres et films de Cousteau, mais il doit aussi à l’explorateur-écrivain Bernard Gorsky.

Né à Paris en 1917, de parents russes émigrés, comme Cousteau et d’autres, il découvre le monde sous-marin alors qu’il est démobilisé sur la Côte d’Azur durant l’Occupation. Dix mètres sous la mer, son premier livre rendant compte de ce parcours est publié en 1946 avec une préface de Léon Bertin (professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris) et des photographies de Cousteau. Mais c’est sans doute son tour du monde de l’exploration sous-marine, à quatre sur un voilier de 12 mètres, le désormais célèbre Moana, qui lui apporte célébrité, consécration littéraire et l’envie de prolonger ces aventures marines.

Continuer la lecture