Archives par étiquette : Piccard

Manières de concevoir un engin sous-marin


> Plan du futur FNRS 3 [bathyscaphe] ébauché par Dumas1

Menées dans une école d’architecture, c’est-à-dire parmi des praticiens parfois très pointilleux sur ce qui est ou qui n’est pas de l’architecture, mes recherches sur l’architecture sous-marine s’intéressent principalement à une architecture sans architectes. J’ai déjà abordé cette question à partir de la pratique de l’architecte J. Rougerie et aussi sous l’angle de la forme des habitats sous-marins et sous celui de la figure du concepteur d’habitats ou d’engins destinés à évoluer dans cet environnement. Je voudrais dans ce billet l’aborder plus directement sous l’angle de la conception, des principes d’une conception marine sinon subaquatique. Cela à partir du récit que fait le compagnon de Cousteau, Philippe Tailliez des aventures et des aléas du premier bathyscaphe conçu scientifiquement par le célèbre Auguste Piccard.

Cette analyse menée à partir d’un chapitre de l’ouvrage de Tailliez et, comme on le verra plus loin, d’un « dessin » de Frédéric Dumas, est une étape dans un travail que j’intitule, Cousteau, architecte ? qui pourrait donner lieu à un petit ouvrage examinant la figure singulière du non-architecte Jacques-Yves Cousteau, marin, explorateur, homme d’images et pionnier des premières expériences de maisons sous la mer qui ont eu une influence considérable sur la possibilité d’une architecture pour ce milieu extrême. Ce travail et cet ouvrage devant être articulés à une réflexion symétrique sur la production d’une architecture sous-marine singulière par l’architecte Jacques Rougerie.

Continuer la lecture

  1. Publié dans Franck Machu, Frédéric Dumas, fils de Poséidon, Éditions de l’Homme sans poids, 2017, p. 98. F. Machu indique que ce plan a été inséré dans un rapport par fait Cousteau en vue de la réalisation du FNRS 3. []

Sous la mer comme au ciel ?


> Illustration article J. Chouteau « Aspects physiologiques de la plongée » (1970)

Après avoir organisé une journée d’étude du réseau ARCHES (réseau disruptif sur les architectures extrêmes) au siège du Centre national d’études spatiales à Paris le 22 novembre dernier, nous avons pu constater que les programmes spatiaux à destination de la Lune ou de Mars mobilisaient toujours quelques jeunes architectes. Il n’en va pas de même pour les projets d’habitats sous-marins, même si ces derniers ont par le passé entretenu des liens très fort avec la conquête de l’espace intersidéral.

Revenons brièvement et de façon non exhaustive sur ces liens.

Continuer la lecture