Archives par étiquette : Sténuit

Encore une première « maison » sous l’eau ?


> Une première maison sous la mer conçue par Simon Lake en 1919 ?

La question de la première maison sous-marine ou subaquatique est un tube sans fond, je l’ai déjà abordée, mais un nouvel exemple américain m’incite à l’évoquer à nouveau.

Continuer la lecture

CONFINEMENT, version sous-marine

[Spécial Covid-19]

> Robert Sténuit confiné à l’intérieur de son cylindre en 1962.

Le « confinement », c’est-à-dire le fait d’être retiré ou de s’enfermer dans des limites étroites selon la définition qu’en donne le Cntrl, est une expérience d’une extrême actualité. Une grande partie de la population française (et bien au-delà) est aujourd’hui confinée et on commence à voir ici et là des articles ou témoignages sur les pratiques de spécialistes de cette expérience, comme les spationautes. Des expériences qui nous ramènent aux précurseurs de tout cela que furent les océanautes qui nous intéressent.

Continuer la lecture

Caisson ou maison sous la mer ?


> Marion C. Link, Windows in the sea, Washington, Smithsonian Institution Press, 1973, p. 34.

J’ai précédemment abordé la question du « premier » océanaute, comme première personne ayant habité sous la mer. Rappelons qu’il s’agissait alors non seulement de départager les deux pionniers de l’habitat sous-marin que sont Edwin Link avec son programme Man-in-Sea et Jacques-Yves Cousteau avec Précontinent, mais de faire entrer dans cette course un troisième pionnier, Hannes Keller qui durant l’été 62 mène une première expérience de plongée profonde au moyen d’un « caisson cylindrique baptisé : “Diogène” [un] engin, constitué par un cylindre vertical, est du type employé pour le sauvetage des sous-mariniers » (F. Clouzot, « Les trois Diogènes » dans Études et sports sous-marins, n° 17, 1962).

Continuer la lecture

Sous la mer comme au ciel ?


> Illustration article J. Chouteau « Aspects physiologiques de la plongée » (1970)

Après avoir organisé une journée d’étude du réseau ARCHES (réseau disruptif sur les architectures extrêmes) au siège du Centre national d’études spatiales à Paris le 22 novembre dernier, nous avons pu constater que les programmes spatiaux à destination de la Lune ou de Mars mobilisaient toujours quelques jeunes architectes. Il n’en va pas de même pour les projets d’habitats sous-marins, même si ces derniers ont par le passé entretenu des liens très fort avec la conquête de l’espace intersidéral.

Revenons brièvement et de façon non exhaustive sur ces liens.

Continuer la lecture

La question du premier « océanaute »


> Dessin de Diogène – Précontinent I, dans B. Kolar et O. Unger, L’aventure merveilleuse des explorations sous-marines, Paris, Grund, 1977, p. 118-119.

Comme beaucoup de recherches, l’étude sociohistorique des programmes et projets d’habitats sous-marins n’est pas sans poser des questions de périodisation : par quelle date commencer et quand arrêter ? Ainsi, j’ai souvent indiqué en sous-titre de ma recherche que je travaillais sur les maisons sous-marines des années 1960 aux années 1980, puis j’ai finalement décidé de déplacer l’enquête en la faisant se poursuivre jusqu’à aujourd’hui.
On notera que ces deux bornes ne posent pas les mêmes questions et je vais me contenter pour ce billet, de traiter la question du « premier ».

Continuer la lecture

Au plus profond… d’une recherche

> Robert Sténuit, Les jours les plus profonds, Paris, Plon, 1965. 

J’ai présenté récemment cet ouvrage, en expliquant qu’il avait joué un rôle important au tout début de ma recherche sur les programmes et projets d’habitats sous-marins.

Bien sûr, le livre n’est pas à l’origine de la recherche, mais sa lecture m’a convaincu que je pouvais me lancer dans un tel travail. En effet, si j’avais envie depuis longtemps d’étudier les maisons sous-marines, j’avais surtout en tête les images du Précontinent II de J.-Y. Cousteau que je mettais en relation avec le projet Galathée de l’architecte J. Rougerie.

Ces deux habitats bornaient ma recherche d’un point de vue historique (1963 à 1977), ainsi que de l’expérimentation techno-industrielle à la réalisation architecturale. Mais je craignais alors de ne pas pouvoir aller beaucoup plus loin et de devoir limiter mon propos à l’analyse de ces deux opérations exceptionnelles.

Continuer la lecture

De la chasse à la conquête du monde sous-marin

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Forcément décriée aujourd’hui, sur terre comme sous la mer, la chasse sous-marine moderne* qui s’est développée sur la Côte d’Azur française autour de la Seconde Guerre mondiale, est souvent présentée par ses pionniers comme la première étape d’un mouvement de découverte de ce milieu, conduisant à son exploration voire sa conquête, mais aussi à sa protection (ce que ne dis pas encore la citation ci-dessous, mais d’autres Cousteau, Gorsky et d’autres s’en chargeront) :

« Les « fadas » ont inventé plus qu’un sport, c’est de leurs bricolages, de leur passion surtout que tout est parti. Ils sont descendus d’abord pour tuer des poissons, ils ont voulu ensuite rapporter des images et la photo sous-marine est née, ils ont voulu aller voir plus bas et le scaphandre autonome a été mis au point, puis la soucoupe plongeante (qui permet l’exploration du plateau continental, c’est-à-dire la bordure des continents de 0 à 300 m). Suisses, Américains, Italiens et Belges ont suivi et le bathyscaphe s’est posé dans la fosse des Mariannes, par 11.000 mètres de fond, au plus profond des océans ; aujourd’hui, enfin, les techniques de vie en saturation permettent à l’homme non plus de plonger mais de « vivre » sous la mer. » p. 49.

De la chasse à la photo, au scaphandre autonome, à la soucoupe plongeante, au bathyscaphe et aux… maisons sous la mer ! Portrait de Cousteau ou histoire d’une quête oubliée ?

* Sténuit rappelle en préambule que « les Polynésiens chassent sous la mer depuis que le monde est monde », ibid.

Plongée à saturation & courbe de sécurité

Lorsque le commandant Cousteau, George F. Bond (médecin de l’US Navy qui lance les premières expérimentations de plongée à saturation en caisson hyperbare), Edwin Link ou Robert Sténuit cherchent à justifier la nécessité de développer des habitats sous-marins, ils sont obligés d’en revenir aux paliers de décompression que doivent faire les plongeurs qui restent un certain temps à une certaine profondeur…

Je suis parfois obligé d’expliquer cela en utilisant des schémas contemporains pour faire rapidement comprendre ces principes. Pour remonter aux sources, je m’appuie ici sur la table/courbe de sécurité qui illustre le petit manuel de plongée sous-marine écrit par le premier océanaute de l’histoire, Robert Sténuit.

Continuer la lecture

Plongeurs plutôt qu’astronautes ?

> Robert Sténuit, Vacances chez Neptune [La Plongée sous-marine], Dargaud éditeur, Bruxelles, [1963] 1967.

Il est intéressant de s’arrêter sur le petit manuel de plongée sous-marine publié par Robert Sténuit en 1967 (1ère édition en 1963), soit quelques années après ses deux premières expériences de vie dans deux maisons sous la mer (Man-in-sea I en 1962, II en 1965).

Continuer la lecture